coronavirus sars cov 2 covid-19 ia infectieux

COVID-19 : l’IA révèle que le coronavirus est devenu plus infectieux

Les mutations ont rendu le coronavirus SARS-CoV-2 plus infectieux et susceptible de provoquer la maladie COVID-19. C’est ce que révèle un modèle de Machine Learning développé par la Michigan State University…

Depuis son apparition fin 2019, le coronavirus SARS-CoV-2 a subi de nombreuses mutations. C’est tout à fait normal pour un virus, et beaucoup de ces mutations le rendent d’ailleurs moins dangereux.

Cependant, en l’occurrence, il semblerait que les mutations multiples aient rendu le SARS-CoV-2 plus infectieux. C’est du moins ce que semble révéler un modèle de Machine Learning développé par les chercheurs de la Michigan State University…

Le modèle en question a été développé par le chercheur Guowei Wei, professeur au département de biologie moléculaire de l’université américaine. Il a permis d’analyser le génotype de plus de 20 000 échantillons de génome du coronavirus.

Ainsi, les chercheurs ont pu analyser les mutations de la protéine de pointe du SARS-CoV-2 : cette protéine qui provoque l’infection en interagissant avec le récepteur ACE2 présent dans le corps humain.

Le réseau de neurones a analysé plus de 8000 enregistrements d’interaction de protéine pour déterminer l’impact des mutations connues à l’heure actuelle sur  » l’affinité de liaison  » entre la protéine de pointe du virus et le récepteur ACE-2.

COVID-19 : 5 des 6 souches principales de SARS-CoV-2 sont devenues plus infectieuses

Ce faisant, ils ont découvert avec effroi que cinq des six principales souches connues sont devenues plus infectieuses de par une affinité de liaison accrue. Par conséquent, la crise du COVID-19 semble loin d’être terminée et le risque d’une deuxième vague se confirme…

Afin d’anticiper le futur, les chercheurs ont ensuite utilisé leur modèle de Machine Learning pour analyser les 3686 futures mutations possibles sur 194 sites de mutations possibles. Les résultats sont inquiétants, puisque de nombreux résidus sur l’interface de liaison ont de fortes chances de muter en de nouvelles souches plus infectieuses du virus.

L’étude menée par les chercheurs de la Michigan State University est disponible sur le site ArXiv. Cependant, Guowei Wei précise que davantage d’études sont nécessaires pour véritablement comprendre l’impact des mutations sur l’infectiosité du SARS-CoV-2…