La France humiliée ?! Réponse du gouvernement aux cyberattaques de lycées

Seulement une interpellation depuis la cyberattaque terroriste contre les lycées. La réponse du gouvernement français ne convainc pas.

L'enquête se poursuit pour retrouver les auteurs de la cyberattaque terroriste ayant frappé les lycées en Île-de-France. Une seule interpellation depuis le début de cette affaire, un résultat n'étant pas à la hauteur. Pendant ce temps, tous les établissements scolaires en France se retrouvent sans espace numérique de travail (ENT).

Les plateformes numériques scolaires ont été la cible d'un piratage massif. Des centaines de lycées de la région francilienne avaient alors reçu des menaces de mort et d'attentat.

Le gouvernement avait alors annoncé vouloir rapidement identifier les auteurs de cette attaque. Il y a également eu la promesse d'une réponse ferme. Où en sommes-nous aujourd'hui ?

Nouvelle stratégie pour renforcer la sécurité des ENT

Ce sont plus de 150 établissements scolaires franciliens — répartis dans 20 académies — qui ont subi de plein fouet cette cyberattaque des ENT. Un bilan fourni par le ministère de l'Éducation nationale.

Une vaste opération de levée de doutes dans les heures ayant suivi l'incident a permis de sécuriser plusieurs sites. Mais jusque-là, aucun attentat à la bombe.

Jeudi dernier, le ministère de l'Éducation nationale a accueilli une réunion cruciale pour discuter de la sécurité numérique en milieu scolaire. Pour les autorités compétentes, il s'agit d'éviter que ce genre d'événement ne se reproduise.

Les intervenants auraient ainsi étudié la mise en place d'une feuille de route commune « visant à mieux sécuriser les ENT et les logiciels de vie scolaire, à court et moyen terme ».

Interpellation d'un mineur de 17 ans

Rappelons que la région Île-de-France a porté plainte, avait annoncé sa présidente dans une publication sur X. Le parquet de Paris a également ouvert une enquête.

Le souhait des autorités est de rapidement identifier les auteurs, et de sévèrement les sanctionner. Cependant, il n'y a eu aucune identification à ce jour.

D'autre part, l'Agence France-Presse pense savoir que les autorités ont procédé à une interpellation. Une information obtenue d'une source proche du dossier.

L'individu en question serait un mineur de 17 ans. Sa garde à vue aurait eu lieu à Malakoff dans le département des Hauts-de-Seine.

Fin des ENT après la cyberattaque terroriste sur les lycées ?

Les espaces numériques de travail ne fonctionnent plus dans la région francilienne depuis le piratage massif. Cette décision avait permis de calmer les choses au moment des faits.

Après l'Île-de-France, les ENT sont désormais désactivées dans tout le pays. Nicole Belloubet, ministre de l'Éducation nationale, en a elle-même fait l'annonce.

« À la suite des piratages et menaces, j'ai décidé de suspendre à titre préventif toutes les messageries des espaces numériques dans nos établissements scolaires », a expliqué la ministre sur X après la réunion de jeudi.

Cette mesure a pour objectif de « déployer un véritable bouclier numérique ». La suspension devrait s'étendre jusqu'aux vacances de printemps selon madame Belloubet.

Le ministère va saisir cette occasion pour réinitialiser les comptes de tous les élèves pendant cette période. La sécurité des ENT sera renforcée pour éviter une nouvelle attaque.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *