Desi : une IA pour comprendre les mystères de l’énergie noire

DESI, une collaboration internationale placée sous l’égide de Berkeley Lab, vise une carte 3D de l’univers pour tenter de percer les mystères de l’énergie noire.

Étudier la lumière de dizaines de millions de galaxies

Une quête de cinq ans pour cartographier l’univers et percer les mystères de l’énergie noire  a officiellement débuté le 17 mai, à l’observatoire national de Kitt Peak, près de Tucson, en Arizona. Le Dark Energy Spectroscopic Instrument (DESI) capturera et étudiera la lumière de dizaines de millions de galaxies et d’autres objets distants de l’univers. DESI est une collaboration scientifique internationale gérée par le DOE (Department of Energy) du Lawrence Berkeley National Laboratory (laboratoire de Berkeley).

En collectant la lumière de quelque 30 millions de galaxies, les scientifiques du projet affirment que DESI les aidera à construire une carte 3D de l’univers avec des détails sans précédent. Les données les aideront à mieux comprendre la force répulsive associée à l’énergie noire qui entraîne l’accélération de l’expansion de l’univers sur de vastes distances cosmiques.

Une expérience étonnante bien pilotée

Jim Siegrist, directeur associé pour la physique des hautes énergies au DOE, a déclaré être ravi de voir le démarrage de DESI, le premier projet d’énergie noire de nouvelle génération à commencer son étude scientifique. Il félicite Berkeley Lab qui continue d’améliorer les capacités pour étudier la nature de l’énergie noire depuis la direction de la découverte initiale en 1999. Le Berkeley Lab du DOE a dirigé avec succès l’équipe DESI de 13 pays, de la conception à la mise en service du premier spectrographe multiobjets au monde. 

La forte collaboration inter-institutions avec NSF a permis au DOE d’installer et d’exploiter DESI sur son télescope Mayall, ce qui est nécessaire pour mener à bien cette expérience étonnante. Parallèlement à sa mission principale d’études sur l’énergie noire, l’ensemble de données sera utilisé par la communauté scientifique au sens large pour une multitude d’études astrophysiques.

Qu’est-ce qui distingue DESI des précédents relevés du ciel ? 

Le directeur du projet, Michael Levi de Berkeley Lab, a déclaré pouvoir mesurer 10 fois plus de spectres de galaxies. Ces spectres donnent une troisième dimension. Au lieu d’images bidimensionnelles de galaxies, de quasars et d’autres objets distants, l’instrument collecte la lumière ou les spectres du cosmos de telle sorte qu’il devient une machine à voyager dans le temps permettant de placer ces objets sur une chronologie qui il y a 11 milliards d’années.

Le lancement officiel de l’enquête quinquennale de DESI fait suite à un essai de quatre mois de son instrumentation personnalisée qui a capturé quatre millions de spectres de galaxies. Les spectres collectés par DESI sont les composants de la lumière correspondant aux couleurs de l’arc-en-ciel. Leurs caractéristiques, y compris la longueur d’onde, révèlent des informations comme la composition chimique des objets observés ainsi que des informations sur leur distance et leur vitesse relatives.

Pin It on Pinterest