cerveau ia fusion startup

Votre cerveau bientôt fusionné avec l’IA ? C’est le pari fou de cette startup

Une équipe de chercheurs australiens veut fusionner l’IA avec des cellules cérébrales humaines, et leur créature parvient déjà à jouer au jeu vidéo Pong. Ils viennent de recevoir 600 000 dollars du gouvernement, et leur projet pourrait donner naissance à des ordinateurs biologiques d’un genre nouveau ou nous permettre d’incorporer l’IA à nos cerveaux… zoom sur un projet fou !

Afin d’éviter un grand remplacement du travail humain, la seule solution pourrait être de fusionner nos cerveaux avec l’IA pour leur permettre de rester compétitifs.

C’est ce que prévoit Elon Musk avec sa startup Neuralink, visant à concevoir une puce cérébrale qui nous dotera d’un ordinateur directement intégré à notre esprit.

Toutefois, cela pourrait ne pas suffire pour rivaliser avec les machines du futur. Car de l’autre côté, une équipe de chercheurs australiens compte créer une IA dotée de cellules cérébrales humaines

Pour leur projet Dishbrain, en collaboration avec la startup Cortical Labs, les scientifiques de la Monarch University viennent d’obtenir 600 000 dollars de la part de l’Office of National Intelligence d’Australie.

L’IA biologique arrive déjà à jouer à Pong

Ils ont d’ores et déjà démontré avec succès comment un cluster de 800 000 cellules cérébrales dans une boîte de Petri est capable de jouer au jeu vidéo Pong.

Un arc d’électrodes utilise l’activité électrique pour donner un feedback aux cellules, de manière à leur indiquer quand la raquette frappe la balle.

L’idée de ces scientifiques consiste à fusionner la biologie avec l’IA, dans le but de repousser les frontières de technologies comme les voitures autonomes, les drones ou les robots de livraisons.

Grâce à cette invention, une machine deviendrait capable d’apprendre tout au long de son temps de vie à la manière d’un cerveau humain.

Ceci lui permettrait d’acquérir de nouvelles compétences sans perdre les anciennes, et d’appliquer ses connaissances à de nouvelles tâches. Il pourrait donc s’agir d’une piste vers la création d’une AGI (intelligence artificielle générale).

Ordinateurs humains, ou humains ordinateurs ?

Afin de poursuivre le développement, les chercheurs vont cultiver des cellules cérébrales dans le plateau de laboratoire DishBrain. Bien entendu, ce projet d’envergure va prendre beaucoup de temps.

Selon Adeel Razi, dirigeant de l’équipe, « dans le futur, cette nouvelle technologie pourrait surpasser les performances des machines existantes basées seulement sur des processeurs de silicone ».

Son équipe compte créer des machines IA capables de répliquer les capacités d’apprentissage de ces réseaux de neurones biologiques, et améliorer ce hardware jusqu’à ce qu’il soit assez viable pour remplacer les ordinateurs traditionnels.

D’après ses dires, ces travaux pourraient avoir d’importantes conséquences dans une large variété de domaines comme la robotique, l’automatisation, la découverte de médicaments, mais aussi les interfaces cerveau-machine.

Il espère aussi permettre à l’Australie de se placer parmi les leaders mondiaux de l’intelligence artificielle en lui conférant un avantage stratégique significatif…

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *