chatgpt travail métiers remplacement

ChatGPT : voici les métiers les plus menacés d’un grand remplacement par l’IA

ChatGPT est un puissant outil, mais risque aussi de faire disparaître certains métiers. Découvrez quels sont les professions les plus menacées par un « grand remplacement » par l’IA dans les années à venir…

L’intelligence artificielle ChatGPT est déjà utilisée par de nombreux professionnels, afin d’automatiser le travail au quotidien. Cet outil est exploité pour le marketing, mais aussi par les agents immobiliers pour la rédaction d’annonces.

Même les étudiants s’en servent pour rédiger leurs dissertations, et les cybercriminels pour créer des malwares. Il existe de nombreuses façons de gagner de l’argent avec ChatGPT, et vous pouvez consulter notre guide complet pour en savoir plus.

Cette innovation technologique majeure pourrait bien initier un grand chamboulement, et Bill Gates est convaincu qu’elle va changer le monde. Comme à chaque révolution industrielle, des métiers vont être remplacés ou supprimés pendant que de nouvelles professions émergent.

Face à la puissance du chatbot d’OpenAI et des IA similaires comme Google Bard, une question évidente se pose : quels métiers vont être remplacés, et dans combien de temps ?

Programmeur informatique

ChatGPT peut facilement écrire du code informatique pour programmer des applications et des logicielles. Cette IA est capable de déceler les erreurs dans le code rédigé par des humains, et convertir des idées formulées en langage naturel en code.

Pour l’heure, il s’agit plutôt d’un assistant que d’un remplaçant pour les programmeurs. Toutefois, dans un avenir proche, l’IA va s’améliorer et risque de faire disparaître ce métier en le rendant inutile.

Différents métiers de la tech comme développeur logiciel, développeur web ou même Data Scientist sont très demandés à l’heure actuelle, mais pourraient être prochainement automatisés par l’IA.

Elle est capable de produire du code plus rapidement, permettant d’accomplir des travaux avec moins d’employés. Même OpenAI, le créateur de ChatGPT, envisage déjà de remplacer ses propres ingénieurs logiciels…

https://www.youtube.com/watch?v=c0QbWr_Xm7c

Journaliste

Les métiers de l’univers des médias comme journaliste, rédacteur technique, publicitaire ou tout autre rôle impliquant la création de contenu sont directement menacés par ChatGPT et les outils similaires.

Pour cause, l’IA est capable de lire, écrire et comprendre les données basées sur le texte. Au fil du temps, sa capacité à analyser et interpréter le langage et l’information va s’améliorer. Selon l’économiste Paul Krugman, ChatGPT est déjà capable d’écrire « plus efficacement que les humains ».

D’ailleurs, l’industrie des médias a déjà commencé à expérimenter le contenu généré par IA. Le site web BuzzFeed a annoncé son intention d’utiliser ChatGPT pour produire de nombreux dossiers.

De même, CNET a utilisé un outil similaire pour écrire des dizaines d’articles. Même si des corrections ont dû être apportées par la suite, les améliorations futures vont permettre de remplacer totalement l’humain dans ce domaine.

Certes, un robot n’est pas capable de faire preuve d’esprit critique indispensable au journaliste. Mais à l’heure actuelle, combien de journalistes humains possèdent encore cette qualité ?

Assistant juridique

Dans le domaine du droit et de la justice, les métiers comme parajuriste ou assistant juridique sont dans le collimateur de l’IA.

Ces professions consistent principalement à consommer de larges volumes d’informations, à les synthétiser et à les présenter de façon plus digeste.

Or, il s’agit là encore d’une tâche à la portée de ChatGPT. Les données sont structurées, textuelles, et peuvent donc être aisément traitées par l’IA générative.

De manière générale, ChatGPT menace tous les métiers liés au langage. Toutefois, là encore, un certain degré de jugement humain est requis pour comprendre ce que requiert un client ou un employeur.

Analyste de marché

Les analystes de marché sont très utiles pour collecter des données, identifier des tendances et les utiliser pour concevoir une compagne marketing efficace ou suggérer de nouvelles idées de produit.

Toutefois, l’IA excelle pour l’analyse de données et la prédiction de résultats. Par conséquent, ce métier pourrait être entièrement automatisé dans un avenir proche.

Enseignant

Partout dans le monde, les enseignants s’inquiètent de voir leurs étudiants exploiter ChatGPT pour faire leurs devoirs à leur place ou tricher aux examens. Toutefois, ils devraient surtout s’inquiéter de se faire voler leur poste par l’IA.

Selon Pengchen Shi du Rochester Institute of Technology, interrogé par le New York Post, le chatbot peut déjà donner des cours très facilement.

Les seules limites actuelles sont les bugs techniques et les erreurs factuelles que commet l’IA, mais ces obstacles peuvent être surmontés rapidement.

Dès lors, rien n’empêchera de remplacer les enseignants par des robots à l’exception d’une volonté de protéger leurs emplois et de maintenir un contact humain dans les établissements scolaires…

Analyste financier

Les métiers du secteur de la finance comme analyste ou conseiller personnel sont également menacés par ChatGPT. Pour cause, ces professions requièrent de manipuler de larges volumes de données numériques.

Or, l’IA est capable d’identifier des tendances sur un marché, de mettre en lumière les performances des différents investissements d’un portefeuille, de communiquer et d’utiliser d’autres données pour prédire un meilleur mélange d’investissement.

Par conséquent, même si ces professionnels sont hautement rémunérés à l’heure actuelle, une large part de leur travail peut être automatisée…

Trader

Les « loups de Wall Street » risquent de retourner chasser dans la forêt, remplacés par ChatGPT. De nombreux traders utilisent déjà ce chatbot pour créer des algorithmes d’automatisation.

Les débutants dans les banques d’investissement sont particulièrement menacés, puisqu’ils passent deux ou trois ans après leurs études à travailler comme des robots sur Excel. Aucune des tâches qui leur sont confiées n’est hors portée de l’IA.

Graphiste

Si ChatGPT est spécialisé dans le langage et le texte, les graphistes doivent faire face à un autre type d’IA : les outils « text-to-art » tels que DALL-E, StableDiffusion ou MidJourney.

Ces plateformes permettent de générer des images impressionnantes à partir d’un simple texte. En décembre 2022, trois professeurs de Harvard ont publié un article pointant du doigt la façon dont DALL-E risque de bouleverser toute l’industrie du graphisme.

Des millions de personnes sont désormais capables de créer et manipuler des images, et l’économie pourrait s’en trouver chamboulée. Selon ces experts, les récentes avancées dans l’IA vont induire une période difficile de souffrance économique pour les métiers impactés et les professionnels peinant à s’adapter.

Secrétaire

Une large part du métier de secrétaire consiste à écrire des emails ou à gérer des emplois du temps, notamment pour planifier ou annuler des rendez-vous.

Or, ChatGPT peut très facilement rédiger de tels contenus. Il n’y a pas de créativité impliquée, et il est plus efficace de confier cette tâche à l’IA que de charger une personne de s’en charger manuellement. Les postes de secrétaire les plus basiques sont donc directement menacés.

Comptable

Jusqu’à présent, le métier de comptable était perçu comme une profession très stable. Pourtant, même cette activité est mise en péril par l’IA.

Selon Brett Caraway de l’Université de Toronto, les métiers intellectuels sont particulièrement menacés par cette nouvelle technologie. A ses yeux, ceci concerne notamment les comptables et les avocats.

Cet expert s’attend à ce que cette innovation perturbe profondément le marché de l’emploi et la politique. Il estime que certains professionnels ont déjà été mis au chômage par l’IA.

Agent de service client

Voilà déjà plusieurs années que les entreprises utilisent des robots pour leurs services clients. En vous rendant sur un site web, vous avez probablement déjà communiqué avec un chatbot vous proposant son assistance.

Avec ChatGPT et d’autres IA similaires, cette tendance va inévitablement s’accentuer. Selon une étude publiée en 2022 par Gartner, les chatbots seront le principal canal de service client pour 25% des entreprises d’ici 2027.

Vous connaissez désormais les métiers les plus menacés par ChatGPT et les IA similaires. Malgré la volonté politique et l’intérêt économique de préserver les emplois, l’automatisation sera la voie la plus viable pour les entreprises et il sera difficile de les empêcher de l’emprunter.

Afin d’éviter de subir ce remplacement, il est recommandé de suivre des formations pour acquérir de nouvelles compétences en vue d’une éventuelle reconversion.

Le créateur de ChatGPT révèle quels sont les métiers menacés

Le 20 mars 2023, OpenAI a publié une étude menée aux côtés d’Open Research et de l’Université de Pennsylvanie.

Intitulée « GPTs are GPTs: An Early Look at the Labor Market Impact Potential of Large Language Models », cette étude révèle quels sont les métiers risquant d’être remplacés par ChatGPT.

Ironiquement, les résultats de cette recherche suggèrent que les métiers à haut salaire sont plus à risque que les professions moins bien rémunérées.

De manière générale, les métiers ne nécessitant pas de diplôme sont davantage à l’abri. En revanche, l’avenir semble compromis pour tous les rôles impliquant de la programmation ou de la rédaction.

Les secteurs comme la finance, l’éducation, le journalisme, l’ingénierie et le graphisme sont particulièrement en danger.

En revanche, les métiers dépendant de la pensée critique ou de l’esprit scientifique ne sont pas menacés d’automatisation… pour le moment.

L’étude confirme ainsi un risque de grand remplacement pour les professions de :

  • Mathématicien
  • Spécialiste en déclaration d’impôts
  • Analyste financier quantitatif (Quant)
  • Rédacteur et écrivain
  • Designer d’interface numérique (UI) ou web
  • Sténotypiste judiciaire
  • Sous-titreur
  • Relecteur
  • Comptable
  • Journaliste
  • Assistant administratif

Voici au contraire les métiers à l’abri de ChatGPT, toujours selon OpenAI :

  • Opérateur d’équipement agricole
  • Athlète et sportif professionnel
  • Mécanicien automobile
  • Maçon
  • Cuisinier
  • Employé de cafétéria
  • Barman
  • Plongeur en restauration
  • Installateur et réparateur de câble électrique
  • Charpentier
  • Peintre
  • Plombier
  • Boucher et poissonnier
  • Abatteur
  • Tailleur de pierre

Vous l’aurez compris : alors que les métiers manuels ont longtemps été dévalorisés en France, nous allons probablement assister à un retour en force de ces professions à l’ère de l’IA. Du moins, jusqu’à ce que ChatGPT possède un corps robotique

Goldman Sachs prédit le remplacement de 300 millions d’emplois

Un nouveau rapport publié le 28 mars 2023 par Goldman Sachs confirme les dangers d’un remplacement massif par l’intelligence artificielle.

Selon cette étude, les systèmes d’IA générative pourraient mener à une « discrimination significative » sur le marché du travail et affecter environ 300 millions d’emplois à temps plein dans le monde.

Pour tirer cette conclusion alarmante, les chercheurs Joseph Briggs et Devesh Kodnani ont analysé les données sur l’emploi en Europe et aux États-Unis.

D’après leurs estimations, l’automatisation pourrait impacter les deux tiers des emplois actuels à différents degrés. À elle seule, l’IA générative pourrait remplacer un quart des travailleurs actuels.

Une nouvelle fois, tout comme OpenAI, Goldman Sachs estime que les « cols blancs » sont les plus menacés. Les employés des secteurs du droit et de l’administration sont particulièrement exposés.

Toujours d’après le rapport, une implémentation massive de l’IA générative pourrait permettre une importante réduction des coûts du travail et la création de nouveaux emplois.

Déjà à l’heure actuelle, le rôle de Prompt Engineer (ingénieur de prompt) connaît un véritable essor. Il consiste à rédiger des prompts de haute qualité pour diriger les outils comme ChatGPT avec précision ou pour les tester. Consultez notre dossier complet sur ce métier pour tout savoir.

Par ailleurs, les chercheurs de Goldman Sachs estiment que l’IA pourrait fortement augmenter la productivité mondiale. Au total, le PIB mondial annuel pourrait augmenter de 7% grâce à cette technologie !

ChatGPT affirme pouvoir remplacer 5 millions d’emplois rien qu’aux aux Etats-Unis

Il s’avère que ChatGPT lui-même sait qu’il risque de voler des emplois. L’entreprise Challenger, Gray & Christmas a récemment demandé à l’IA le nombre de travailleurs qu’elle s’attend à remplacer, et sa réponse fait froid dans le dos : 4,8 millions rien qu’aux Etats-Unis

De quoi renforcer les craintes des salariés et des législateurs quant aux risques des LLM tels que ChatGPT.

Selon Andrew Challenger, toutefois, à l’heure actuelle, « l’intelligence artificielle devrait être vue comme un outil pour soutenir les travailleurs et non comme un remplacement pour leurs rôles ».

En effet, « les modèles de langage prédictifs peuvent être utilisés pour automatiser des tâches, donnant aux travailleurs plus de temps pour se focaliser sur celles impliquant un plus haut niveau de réflexion ».

L’entreprise a aussi demandé à l’IA quels sont les métiers qu’elle peut remplacer. Les professions citées en réponse sont celles de représentant de service client, rédacteur technique, traducteur et interprète, ou encore commis à la saisie de données.

En termes d’industries et secteurs d’activité, ChatGPT estime pouvoir exceller dans les domaines de la data science, du machine learning, de l’informatique, des mathématiques et statistiques, de la robotique et de l’automatisation, et de l’entreprise…

L’IA va effacer 83 millions d’emplois d’ici 2027, selon le WEF

Au-delà d’un bouleversement, le monde de l’emploi traverse une véritable révolution causée par les chatbots IA comme ChatGPT, Microsoft Bing et Google Bard.

Si des métiers disparaissent, de nouvelles professions voient le jour. Selon l’étude Future of Jobs 2023 menée par le Forum Économique Mondial, 69 millions de postes vont être créés dans les cinq prochaines années.

Selon la même source, toutefois, 83 millions d’emplois seront supprimés d’ici 2027. Cette étude se base sur un sondage réalisé auprès de 803 entreprises, pour un total de 11,3 millions d’employés.

Ces organisations représentent 27 industries et proviennent de 45 pays différents. Au total, 10,2% des emplois vont croître et 12,3% vont décliner. Un total de 23% des jobs seront impactés par l’IA.

L’IA va remplacer 80% des métiers humains, et c’est tant mieux selon le CEO de SingularityNET

Selon Ben Goertzel, chef d’entreprise américano-brésilien du domaine de la tech, l’intelligence artificielle va remplacer 80% des métiers humains « dans les prochaines années ».

Lors du Web Summit de Rio de Janeiro, début mai 2023, il a déclaré que « à peu près tous les métiers liés aux formalités administratives vont pouvoir être automatisés ».

À ses yeux, il ne s’agit toutefois d’une chose négative. Cela va permettre aux gens de « trouver de meilleures choses à faire de leur vie que travailler pour un salaire ».

Malgré tout, le businessman de 56 ans admet que des problèmes sociaux risquent de survenir quand « l’IA va rendre les métiers humains obsolètes l’un après l’autre ». Néanmoins, il ne sait pas comment résoudre ces problèmes.

Il est également pessimiste concernant les intentions des grandes entreprises de la tech développant les produits IA.

Selon lui, « les entreprises finançant la recherche en IA n’accordent aucune importance au fait de faire de bonnes choses. Elles veulent maximiser leur profit ».

De son côté, Goertzen est le CEO de SingularityNET : un groupe de recherche développant une « IA générale » dotée de capacités cognitives humaines.

En dépit de ses inquiétudes, il s’oppose à l’idée d’une pause dans le développement de l’IA réclamée par grand nombre d’experts.

Il estime qu’il s’agit d’une idée « bizarre », qui reviendrait à interdire internet. En effet, comme ChatGPT, « internet vous donne des informations au bout des doigts et propage de fausses informations ».

Partisan d’une « société libre », Goertzel est convaincu que l’IA contribuera à améliorer la société tant que les intentions derrière son développement sont bonnes.

Les robots dotés d’intelligence artificielle pourraient notamment tenir compagnie aux nombreuses personnes âgées esseulées aux États-Unis. Ils pourraient écouter leurs histoires, répondre à leurs questions, les aider à appeler leurs enfants ou même à commander en ligne.

Comme le souligne l’entrepreneur, un tel cas d’usage de l’IA n’élimine pas de jobs humains puisqu’il n’y a tout simplement pas assez d’infirmières et d’aides à domicile pour couvrir la demande.

L’OCDE publie un rapport alarmant sur l’IA

C’est au tour de l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE) de partager ses funestes prédictions sur le futur de l’IA.

Dans son rapport intitulé « The Future of Work : How does artificial intelligence affect jobs and skills », publié début juillet 2023, l’institution révèle quels sont les métiers les plus vulnérables à l’automatisation.

D’après cette enquête, ce sont ironiquement les emplois les plus qualifiés qui sont les plus menacés par cette technologie révolutionnaire.

Les avocats, ingénieurs, médecins et autres professionnels aux compétences cognitives élevées risquent de voir leurs métiers automatisés ou externalisés.

Plus précisément, ce sont les qualifications telles que l’analyse, la résolution de problèmes, ou encore la prise de décision qui sont dans le collimateur.

L’intelligence artificielle est en effet capable d’effectuer ces tâches plus efficacement que les humains, et pour un coût nettement moindre.

Au total, environ 27% des emplois des 38 pays membres de l’organisation sont en voie de disparition. Outre la France, ceci concerne aussi le Royaume-Uni, l’Allemagne, les États-Unis ou encore le Japon.

À l’inverse, les métiers exigeant des compétences sociales ou créatives devraient être épargnés. Ceci inclut la collaboration, l’empathie ou l’innovation puisque ces aptitudes sont plus difficiles à reproduire par les machines.

Les travailleurs tels que les enseignants, les artistes ou les infirmiers pourraient donc être à l’abri du grand remplacement… du moins pour le moment.

Au-delà des niveaux et de la qualité des emplois, l’OCDE estime que l’IA va impacter la manière dont le travail est organisé, le type de tâches que les travailleurs effectuent et les compétences requises.

On déplore aussi des risques liés à la protection de la vie privée, à l’intensité du travail et aux préjugés. L’enquête révèle un large fossé entre ce que les travailleurs pensent aujourd’hui de l’usage de l’IA et leurs craintes pour le futur.

Face à ces constats, l’organisation appelle à l’action politique immédiate pour éviter de laisser de nombreux actifs sur le carreau.

Pour permettre aux professionnels de s’adapter à l’IA, il pourrait être judicieux d’user de cette technologie pour concevoir des formations et les dispenser.

À l’heure actuelle, malgré les efforts déployés par les gouvernements au cours des dernières années, le taux de participation des personnes peu qualifiées aux formations reste inférieur à ceux des personnes moyennement ou hautement qualifiées.

Pour combler cet écart, l’OCDE préconise d’inclure les fondamentaux de l’IA à l’enseignement initial. Pour une analyse plus approfondie de ce rapport, consultez notre article dédié en suivant ce lien !

L’IA va impacter 60% des emplois en France selon le FMI

À travers un billet de blog publié le dimanche 14 janvier 2024, la directrice du FMI Kristalina Georgieva prédit que les pays développés comme la France seront les plus impactés par l’IA.

Selon elle, cette technologie pourrait affecter 40% des emplois dans les pays émergents comme l’Inde ou le Brésil, et 26% dans les pays les plus pauvres tels que le Burundi ou le Sierra Leone.

En ce qui concerne les pays les plus développés, ce sont jusqu’à 60% des emplois qui pourraient être perturbés. Pour cause, ce sont les emplois intellectuels qui sont les plus en péril…

Néanmoins, la moitié des emplois concernés devrait principalement profiter de la hausse de productivité offerte par cette technologie.

L’autre moitié en revanche va devenir inutile à cause de la capacité des machines à exécuter les tâches automatiquement. Cela risque de réduire le nombre d’offres d’emploi, et de faire chuter les salaires selon les analystes du FMI.

Dans les cas les plus extrêmes, les métiers vont tout bonnement disparaître. C’est un problème, en particulier pour les travailleurs âgés qui auront du mal à s’adapter à ce changement et à se reconvertir.

Afin d’éviter des situations dramatiques, la directrice du FMI appelle donc les gouvernements à mettre en place des « filets de sécurité sociale » et des programmes de formation.

L’IA coûte trop cher pour vous remplacer, selon le MIT

Selon une étude publiée par le MIT en janvier 2024, le grand remplacement par l’IA ne surviendra pas tout de suite. Pour cause, à l’heure actuelle, les outils d’automatisation coûtent plus cher que de verser un salaire à un employé.

En analysant les métiers précédemment identifiés comme « exposés » à l’intelligence artificielle, Niel Thompson et son équipe de chercheurs ont découvert que le remplacement ne serait bénéfique que dans 23% des cas.

Par exemple, une IA de Computer Vision (vision par ordinateur) a la capacité technique de remplacer un employé d’hypermarché en charge des inventaires et de la vérification des prix. Cependant, cette automatisation est plus coûteuse qu’un salaire.

Comme pour les précédentes révolutions industrielles, les chercheurs du MIT s’attendent donc à ce que l’adoption de l’IA en entreprise se fasse de manière progressive. Cela va laisser du temps aux employeurs, aux travailleurs et surtout aux législateurs de déterminer comment éviter une vague de chômage…

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

17 commentaires

17 Commentaires

  1. Je ne pense pas qu’une IA puisse remplacer réellement un enseignant. Un enseignant est bien plus qu’un producteur de cours, c’est aussi lui qui incarne, exécute ce cours auprès des élèves en manégeant des interactions et des feedbacks qui permettent aux élèves de s’approprier les connaissances. Les cours en ligne et exerciseurs actuels qui existent déjà en nombre sur internet n’ont pas remplacé les enseignants, mais les enseignants s’en servent. . Cela sera pareil pour l’IA. De même, les MOOC n’ont qu’un succès relatif en définitive, avec très peu d’élèves qui « vont au bout », même des MOOC de grande qualité. De toute façon, qui mieux qu’un humain peut instruire et éduquer un enfant humain ?

  2. C’est juste hallucinant !!! Dans quel monde de dégénérés vivons nous ? Sommes nous si stupides que même si nous voyons bien que ces IA feront plus de mal que de bien, rien n’est fait pour les supprimer et les interdire !!!
    C’est dingue d’être aussi cons…
    Déjà avec le réchauffement climatique, des scientifiques nous avaient prévenu il y a plus de 20 ans. Et qu’avons nous fait !!! Rien !!! L’homme n’en a fait qu’à sa tête, toujours sûr d’être le plus fort, d’être au dessus de tout !!! Résultat aujourd’hui, on ne peut que constater les catastrophes déclenchées par la stupidité de l’homme. Et on sait que ça ne va faire qu’empirer….
    A-t-on compris la leçon ? Non !!! On continue de plus belle … Ce sera exactement la même chose avec ces foutus IA… Et elles n’en sont qu’à leur balbutiement !!! Ce qui signifie qu’exponentiellement, elles vont submerger l’humain rapidement…. Très rapidement. Normal, elles apprennent beaucoup plus vite que nous….
    Nous le savons et que faisons nous ? Toujours rien !!!
    Cette société est en perdition constante….
    Comme disait Corbin : l’homme est capable du meilleur comme du pire, mais c’est vraiment dans le pire qu’il est le meilleur…. Ça se vérifie tous les jours et ça n’a jamais été aussi vrai qu’avec ces IA…
    Allez, amusez vous bien avec votre dernier jouet…. Ça va pas durer… Quand il aura pris votre place, ça rira jaune…. Ou pas !!!!!
    On nous aura prévenu pourtant !!!!

  3. Seule erreur dans cette liste : enseignant.
    Nous sommes des animaux sociaux, nous avons besoin de l’autre pour exister. Il en est de meme transmettre un savoir.
    Une IA ne pourra jamais etre aussi efficace qu’un enseignant. C’est pas la faute de l’IA qui pourra etre 1000 fois meilleure qu l’enseignant mais de l’eleve qui est un etre humain, et dont la capacité d’apprendre decoule d’un autre etre humain ou d’un animal.
    Seuls les eleves en cursus avancé (fac) arrivent à apprendre par ecran interposé, du reste, les resultats le montrent assez, un enseignement digital, meme parfait n’est pas aussi bon qu’un enseignant mediocre.
    A moins d’arriver à totalement personifier un robot (sans vallée derangeante), les enseignants seront toujours là, meme si le metier evoluera beaucoup.

  4. ChatGPT qui va remplacer les programmeurs LOL
    Quelle inepsie ! Qui a créé ChatGPT ? Des programmeurs. Terminator, c’est pas pour demain. L’IA n’est pas aussi « intelligente » que l’aimeraient de nombreuses multinationales (pour remplacer ses salariés). Par contre c’est un outil supplémentaire et performant dans plusieurs domaines, notamment la médecine.

  5. Il ne faut pas dire ‘une activité est mise en péril’ mais plutôt une activité ‘pourrait être mise en péril dans un futur proche (?)’. D’autres part même si l’IA est très utile, je ne sais pas si les grandes sociétés vont accepter de livrer leur savoir comme ressource d’apprentissage aux IA si facilement des lors qu’elles sont alimentées par toute la planète comme un service publique et non privé (le même probleme existe avec les notions de cloud publique et privé sous une autre forme). Pour avoir une IA efficace et rentable pour générer du code il faut lui donner un contexte et un entraînement pour que la sortie générée corresponde aux besoins et soit fiable. Un programme informatique ce n’est pas que du code technique, mais surtout fonctionnelle qui passe par une compréhension de spécifications fonctionnelles souvent juridiquement interdites a une exploitation publique. Certes certains postes disparaîtront pour les simples intégrateurs/utilisateurs mais pas pour les concepteurs. D’autres postes seront créés afin de contrôler la configuration, administrer la maintenabilite des outils à base d’IA. Ne vulgarisons pas les choses trop vite. C’est nouveau, ça va évoluer, et on fera le point en temps voulu. La légitimité juridique reste une question à élucider..

  6. A se demander si cet article n’a pas lui même été écrit par une « intelligence » pour le coup très artificielle ! Les métiers vont changer, on va en demander plus pour moins de temps qu’avant car cet outil permet de limiter la perte de temps en recherche d’informations. De la même façon que Google a diminué le temps de trouver de l’info pertinente a une époque où on se « refilait » les bonnes URL car aucun moteur n’était pleinement satisfaisant.

    Tous ces « experts » qui témoignent de grands bouleversements à venir, sont comme cet article : à la recherche de visibilité et d’audience. Et ça marche, puisque je suis ici 🙂 mais ça n’ira pas beaucoup plus loin. Quand on regardera 10 ou 20 ans en arrière. Repensez à ces gens qui prédisait les voitures volantes, le bug de l’an 2000 etc. J’espère que ces « experts » n’aurons pas trop honte.

    Dire que cet outil va faire le boulot à la place des gens c’est comme dire que Google allait supprimer ces mêmes emplois y’a 20 ans car le premier résultat allait donner la réponse a une question… Ces emplois sont toujours là, on leur en demande toujours plus, car c’est bien plus facile de gueuler après quelqu’un pour son retard que de chercher le bon « prompt » pour obtenir la bonne réponse, s’il y en a une… Combien de fois avez vous demandé à un collègue une information alors que vous avez Google dans votre poche ?

  7. Selon une étude, c’est 40% de nos emplois qui sont potentiellement remplaçables par des IA. Autant dire qu’une société capitaliste où près de la moitié des gens est au chômage n’est pas viable…

  8. Le cretins qui ont écrit ce tissu d’âneries, eux, ne sont pas artificiels …

  9. À un moment faudrait arrêter avec les anneries au sujet de chatGPT. Il ne remplacera jamais le moindre emploi simplement car il n est pas autonome et donc absolument pas en capacité de faire les emplois sans les inputs bah d un employé en fait. ChatGPT n’est rien de plus qu’un google boosté (et pas fiable en plus). Il n’a rien d’une révolution dans le domaine de l’IA. Son principal talent c est d’être accessible facilement. Des IA expérimentales ou privées qui sont bien plus autonomes, puissantes et fiables que ChatGPT il y a en plein et depuis des années (et elles ont rien remplacé du tout non plus).

    Franchement écrire un torchon pareil pour un site qui se présente quand même comme sachant de quoi ils parlent au sujet de l’info c est écœurant.

    Les IA ne remplaçeront pas les humains. Pas dans 20 ni 40 ni 100 ans (si jamais on est encore là). Une IA étant donné les modèles actuels que l on développe ne peut pas faire preuve d autonomie poussée, d’émotions (indispensables dans le social), d’esprit critique ou encore d’analyse d’un modèle incohérent ou en dehors de son apprentissage. Une IA n est en vérité qu’une large machine analysant une situation pour produire la meilleure réponse qu’elle puisse. Si elle ne comprend pas la question ou que sa meilleure réponse n’est pas la bonne (chose qui arrive extrêmement souvent) une IA va se planter totalement. Arrêtez d être alarmistes, personne ne va se faire piquer son métier dans les années à venir.

  10. Comme vous le voyez nous validons tous les commentaires, même les plus hostiles et véhéments. Nous sommes ouverts au débat et ravis d’avoir votre opinion sous cet article. C’est votre point de vue et il est légitime, mais il faut bien comprendre que la version actuelle de ChatGPT n’est qu’un prélude. Au cours des mois, des années à venir, l’IA va se développer à une vitesse fulgurante. Sans être alarmiste, il ne faut pas non plus tomber dans l’excès inverse et penser que cette technologie n’aura aucun impact sur le marché du travail. Merci de nous lire.

  11. ChatGPT permet surtout de faire du buzz sur ce mot clé très demandé 😉

    L’auteur de cet article reste sur une couche de réflexion très impersonnelle et sans donner son point de vue (c’est sans doute pour cela qu’un commentateur a pensé qu’il était écrit par un Chatbot).

    Le point de vue, c’est selon moi ce qui différencie un rédacteur web humain (mon métier) d’un ordinateur.
    Je ne m’inquiète pas du tout pour le futur de mon job !

    L’humain n’attend pas une simple information. Il veut un point de vue, un ressenti, du vécu.

    C’est pour cela qu’un prof (meme con) restera meilleur qu’une IA, car plus intéressant. Pour cela qu’un journaliste restera indispensable pour présenter les infos (vous vous voyez en train d’écouter une IA devant la tv ?).Etc .

    Par contre, il ne faut pas jeter le bébé avec l’eau du bain : les IA vont permettre à l’humain de franchir un immense pas en boostant toutes ses activités répétitives.

    A quand une assemblée legislative assistée par IA pour nous forcer à rester rationnels dans les décisions politiques ?

  12. Je viens de monter une start-up avec le projet innovant de créer la débilité artificielle, le challenge est énorme car il est très difficile de dépasser l’Homme sur ce terrain.

  13. Combien d’imprimeries ont encore des ouvriers typographes pour faire l’assemblage de textes avec caractères en plomb et mise en place manuelle des photos associées pour une mise en page à « l’ancienne » ?
    Très très peu sauf si un ancien ouvrier retraité exerce ponctuellement dans un musée de l’imprimerie pour montrer son savoir faire.
    Il y a 28 ans, j’ai appris sur le tas à utiliser la suite de logiciels COREL DRAW sur PC après 3 jours de formation.
    A mon époque de lycéen, on n’avait pas de PC pour apprendre le graphisme et la mise en page.
    On faisait cela à l’ancienne .
    Depuis, j’ai changé 13 fois d’entreprises et de domaines d’activités.
    Ainsi va la vie professionnelle, il faut s’adapter en permanence pour ne pas disparaitre.
    Dommage que les services RH restent bloqués sur des paramètre antédiluviens pour la sélection de candidats « entrant ou cochant » toutes les cases.
    Je ne suis pas pro AI car ayant exercé durant 8 ans dans 3 emplois de rédacteur technique, je suis le premier menacé – concerné.

  14. C’est fou de lire à quel point les gens peuvent prendre peur et être hostiles à l’évolution ….Ils tentent de se rassurer en disant ,en se disant « ce n’est pas possible  » ! Ils feraient mieux de se demander comment ils vont s’adapter et ce qu’il faut faire pour rester performants …..

  15. Tant bien même qu’un tel modèle soit assez fiable pour concurrencer un humain qui s’est entraîné spécifiquement sur une tâche pendant des années, reste nombre d’embûches notamment légales et de droits d’auteurs : Github Copilot y fait d’ailleurs face. Et de responsabilité.

    D’autre part, ces modèles ont des centaines de milliards de paramètres, chaque requête demande la réalisation d’un nombre de calculs du même ordre de grandeur. Ils ne peuvent tourner que sur de grosses machines à carte graphiques boostées très onéreuses et surtout ils sont très énergivores. Donc dans un monde faisant face à une double crise énergétique et climatique, ce n’est absolument pas durable ni même souhaitable. Comment allez vous trouvez suffisamment de métaux pour alimenter les serveurs, les transformateurs d’énergie ainsi que tout le reste de l’économie qui essayera de se passer d’énergie fossiles ? La croissance repose sur l’énergie et les transformateurs que l’on est capable de créer principalement, la façon dont on la dépense est beaucoup moins limitante. Si on pouvait déjà construire des centrales nucléaires et panneaux solaires pour se nourrir, se chauffer, se déplacer, se soigner et faire en sorte que la planète soit encre viable à la fin du siècle ça serait déjà très bien. Ces modèles sont une blague pour le plus optimiste, les derniers soubresauts d’une culture du « progrès » qui n’a toujours pas intégré que rien ne se perd, rien ne se créé tout se transforme pour les plus réalistes. Même si c’était possible, le rapport bénéfice risque n’est pas du tout favorable !

    En l’an 2000, les êtres humains devaient être remplacés par des robots … Il y a 10 ans on parlait déjà de remplacer les radiologue par des réseaux convolutionnels …
    Les modèles de machine learning ne sont pas très récents il existe beaucoup d’approches mais il est très complexe de générer de la valeur avec, c’est de la r&d, chaque tâche pour chaque sous domaine est spécifique.

    Je terminerais par le nombre en constante augmentation de bullshit jobs [au sens de David Graeber] créés en entreprise. Vous pensez que des emplois qu’une ia pourrait remplacer seraient détruits ? mais pas du tout besoin qu’une IA puisse les remplacer pour que les emplois soient inutiles et non détruits ! Combien de chefs de projets / managers / fonctions supports / consultants en tout genre avons nous ? et sur chaque poste quelle part de nos tâches de reporting, « rituels », séminaires, réunions d’équipes, workshops, brainstorming, ect. sont réellement utiles ? Si on pouvait déjà nous supprimer les gourous de l’agile et du bullshits qui ne font que perpétuer le micro management et démocratiser le tracking par rien du tout ça ne coûterait rien aux entreprises, ça générerait de la motivation et de l’autonomie de ceux qui font réellement le travail, engineers would be engineers again, pas besoin de modèle d’lA générative, ni de serveurs pour faire des économies et améliorer la situation des travailleurs.

    L’innovation de la semaine de 4 jours serait un vrai progrès pour pallier à la déjà existante surpopulation en entreprise. pas ChatGPT.

  16. Après avoir testé, en tant que développeur et formateur en développement informatique, je peux dire que les risques sont bien réels.
    Y compris pour le métier d’enseignant.
    Nous avons réussi à externaliser l’intelligence humaine. Les conséquences sociales et humaines vont être énormes.
    Sans un changement de système économique, ça risque d’être la cata. La même économie avec 30 ou 40% d’emploi en moins ça ne tient pas. Et ce n’est pas les quelques centaines d’intérieur »prompt » qui sont eux mêmes vite remplacé qui vont y changer quelques chose.
    La productivité du travail va exploser, les coûts pour l’entreprise s’effondrer. Le temps de travail ne doit plus être là mesure des prix. Le temps de travail ne doit plus être là mesure du salaire. Il faut changer de paradigme ou ça va être Détroit partout…
    On peu créer un petit paradis ou l’enfer, va falloir choisir

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *