L’IA va remplacer plus d’un quart des emplois selon l’OECD : voici lesquels
L’IA va remplacer plus d’un quart des emplois selon l’OECD : voici lesquels

L’IA va remplacer plus d’un quart des emplois selon l’OECD : voici lesquels

Une recherche menée par l’OECD (Organisation for Economic Cooperation and Development), un organisme international d’études économiques, a révélé que l’IA va remplacer plus d’un quart des emplois. Certains secteurs seraient plus menacés que d’autres. Découvrez lesquels.

IA : les emplois hautement qualifiés parmi les plus menacés

Selon les perspectives de l’OECD, les emplois hautement qualifiés dans les secteurs du droit, de la finance, de la culture, des sciences, de l’ingénierie, des affaires ou encore de la médecine font partie des plus menacés par l’IA. Ces secteurs sont, selon les experts, les plus exposés à l’automatisation basée par l’IA

Cela correspond à 27 % des emplois dans les pays membres de l’OECD parmi lesquels le Royaume-Uni, le Japon, l’Allemagne, les États-Unis, l’Australie et le Canada. « Il est clair que le potentiel de substitution des emplois basés sur l’IA reste important, ce qui fait craindre une baisse des salaires et des pertes d’emplois », explique l’organisme.

« Les professions de la finance, de la médecine et des activités juridiques, qui nécessitent souvent de nombreuses années d’études et dont les fonctions essentielles reposent sur l’expérience accumulée pour prendre des décisions, peuvent soudainement se retrouver exposées au risque d’automatisation de l’IA », ajoute l’OECD.

Marché du travail : l’humain est-il réellement en concurrence avec l’IA ?

Pour le moment, l’IA est encore en train de transformer les métiers, souligne l’OECD. Le remplacement viendra plus tard. Si beaucoup perçoivent l’intelligence artificielle comme une menace, il faut reconnaître que les outils d’IA apparaissent aujourd’hui comme un soutien pour de nombreux secteurs

Par essence, les ressources d’IA sont conçues pour soutenir la croissance de l’industrie. Cette technologie peut entre autres effectuer des tâches répétitives, chronophage et/ou banales avec plus d’efficacité et de précision que les humains. Ce qui permet aux employés de se concentrer sur des tâches plus complexes et créatives qui nécessitent un jugement et une expertise humaine.

L’IA peut également aider les entreprises à analyser les données et à identifier des modèles et des tendances que les humains pourraient ne pas être en mesure de voir. Pour faire court, l’IA peut améliorer l’efficacité et réduire les coûts. Mais c’est justement cette réduction des coûts qui inquiète aussi les employés, les entreprises pouvant les remplacer par une main-d’œuvre intelligente beaucoup moins chère

L’IA va créer de nouveaux emplois

Si l’IA, l’automatisation et la robotique ont effectivement le potentiel de supprimer certains emplois, l’intelligence artificielle et toutes les technologies connexes en créeront d’autres. Selon les experts, l’IA n’est pas purement destructrice. Elle imposera la création de nouveaux emplois (surtout techniques). Par ailleurs, les métiers existants seront reconstruits. 

L’IA présente également de nombreuses opportunités qui permettent des reconversions professionnelles. En effet, l’intelligence artificielle qui, soit dit en passant ne remplace pas l’intelligence humaine, nécessite un ensemble de compétences différent des emplois traditionnels.

Les analystes et les experts sont d’avis que l’adoption de l’IA peut améliorer et augmenter les capacités humaines, plutôt que de les remplacer. En améliorant les compétences des employés et en adoptant l’IA comme outil, les entreprises peuvent se positionner pour réussir dans un paysage numérique en évolution rapide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


The reCAPTCHA verification period has expired. Please reload the page.

Pin It on Pinterest