À cause des écrans, vos enfants n’auront aucune personnalité selon cette chercheuse

Les écrans engendrent des enfants sans personnalité. Une génération de conformistes constituera la société de demain, alerte cette éminente sociologue française.

Les nouvelles technologies ont significativement transformé notre monde. Nous vivons aujourd'hui à un rythme effréné dans une société médiatisée où il faut voir et être vu. Ce que nous sommes en train de devenir, Claudine Haroche n'en est pas fan. La chercheuse évoque les impacts des écrans qui font de nos enfants des êtres sans personnalité.

Précisons que Haroche est une figure emblématique du Centre national de la recherche scientifique (CNRS). L'anthropologue et sociologue française y a passé une grande partie de sa carrière. De plus, elle en est actuellement la directrice émérite.

Les enfants grandiront dans un monde sans contact direct

L'anthropologue française a évoqué le problème des écrans dans un entretien accordé à la branche espagnole de la BBC. Elle était alors au Mexique pour le Hay Festival Querétaro ayant eu lieu du 7 au 10 novembre dernier.

Ses écrits relatent souvent le changement de valeur de chaque sens au cours de l'évolution humaine. Dans son entretien, Haroche prend d'ailleurs en exemple le Moyen Âge, époque où l'ouïe et le toucher avaient beaucoup d'importance. Les relations dans la société reposaient alors sur le contact direct.

D'autre part, le monde contemporain valorise davantage la vue. Les écrans prennent ainsi une place importante dans la vie des gens. Ils offrent « un faux sens de la réalité et du toucher » selon la sociologue. La société perd progressivement le contact direct avec les gens. Les impacts sur le plan psychologique sont considérables.

Comment les écrans font des enfants sans personnalité ?

Les individus possèdent des contacts, des gens avec qui parler à tout moment et n'importe où sur les réseaux sociaux. Néanmoins, ces relations n'ont pas de profondeur, ni le temps de réfléchir profondément sur soi. Cette situation conduit au conformisme.

Dans cette société, il n'existe pas de frontière entre le monde intérieur et celui extérieur. Les personnes risquent de ne pas pouvoir s'exprimer librement. Récemment, de plus en plus de gens jugent collectivement en fonction des publications et des commentaires. C'est ainsi que se produit le harcèlement en ligne.

Vient ensuite la question de la cancel culture ou  la culture de l'effacement. Les individus qui ne pensent pas comme le voudraient les minorités actives deviennent la cible de harcèlement – l'objectif étant de les mettre au ban de la société. C'est de cette manière que les écrans cultivent des enfants n'ayant aucune personnalité.

Des enfants sans personnalité, au profit de qui ?

Claudine Haroche a également souligné le grand défaut du système néolibéral. Ce dernier libère les individus, mais dans le même temps, les rend dépendants. La libération s'accompagne d'un isolement social trop poussé, ce qui a pour conséquence de fragiliser les personnes.

Des individus sans personnalité se plient facilement aux règles. Ils remettent celles-ci en cause très rarement. Le système néolibéral se nourrit de ce délitement du tissu social. Les États et les gouvernements tirent également avantage de la société qui devient davantage conformiste.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *