Accueil > Business > Juridique > Protection des données personnelles : Une enquête RGPD cible Google
google gdpr

Protection des données personnelles : Une enquête RGPD cible Google

Google est visé par une enquête menée par l’autorité de protection des données irlandaise depuis le 22 mai. La Data Protection Commissionner veut en savoir davantage après le dépôt d’une plainte en septembre dernier.

Il fallait s’y attendre. Le RGPD, le règlement sur la protection des données personnelles existent parce que les géants du Web sont soupçonnés de pratiques douteuses concernant le traitement des informations personnelles.

Une plainte d’un concurrent

En septembre 2018, l’éditeur du navigateur Web Brave portait plainte contre Google. Selon lui, le système de ventes aux enchères de publicité inclus dans Ad Exchange ne respecte pas le RGPD.

Ce système qui permet à un publicitaire de cibler en temps réel un internaute en particulier requiert les données de connexion, de localisation, les thématiques des sites visités et aussi son identifiant Google. Selon Johnny Ryan, l’homme derrière Brave et l’inventeur du JavaScript, l’outil traite et analyse des données personnelles sans que l’utilisateur n’ait connaissance de leur nature ou de leur quantité.

Google note et participe à l’enquête

L’enquête menée par l’autorité irlandaise vise donc à comprendre si l’outil en question respecte ou non le règlement européen. De son côté, Google a publié un communiqué de presse où elle affirme qu’elle va pleinement participer avec la DPC.

La firme de Mountain View écrit : “Nous participerons pleinement à l’enquête de la DPC et nous nous réjouissons de l’opportunité de clarifier davantage les règles européennes de protection des données pour les appels d’offres en temps réel « […] « Les acheteurs agréés qui utilisent nos systèmes sont soumis à des politiques et normes strictes. »

En janvier dernier, c’est la CNIL qui faisait tomber le couperet sur le géant américain en France. Il est condamné à verser 50 millions d’euros dans le cadre du RGPD. L’autorité française lui reproche une trop grande opacité auprès des internautes qui ne savent pas dans quelles mesures leurs données sont exploitées. Le fondateur de Brave émet peu ou prou le même reproche concernant Ad Exchange.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend