etats unis data leak base de données intelligence artificielle

Etats-Unis : des voix s’élèvent contre la création d’un centre national dédié à l’IA

 Aux Etats-Unis, les critiques pleuvent sur la création éventuelle d’un centre de recherche national dédié à l’intelligence artificielle.

Des dirigeants de grands groupes technologiques américains souhaitent que le gouvernement fédéral investisse dans un « cloud national« . Objectif : maintenir le leadership des Etats-Unis dans le domaine de l’intelligence artificielle.

Une idée favorablement accueillie par la Maison-Blanche. Il y a quelques jours,  cette dernière a ainsi décidé de commander un rapport pour en évaluer la pertinence. En arrière-plan, il s’agit aussi de contenir le bond en avant chinois dans ce secteur clé pour l’avenir des Etats-Unis.

Etats-Unis : les critiques pleuvent sur la création d’un centre national dédié à l’IA

Un enthousiasme qui est pourtant loin de faire l’unanimité aux Etats-Unis. Deux groupes de recherche réputés basés à New York, Data & Society et AI Now Institute, ont ainsi récemment fait part publiquement de leur scepticisme.

Selon eux, c’est essentiellement l’appât du gain qui motive ces entreprises qui souhaitent un cloud national. Pour cause, ce sont elles qui possèdent l’essentiel des infrastructures nécessaires au fonctionnement de celui-ci. Il faudra donc leur verser de l’argent public pour accéder aux services liés à ces infrastructures.

Plus important encore, ces sociétés seraient surtout intéressées par la prochaine génération de contrats d’armements du Pentagone. Contrats aux montants mirobolants qui devraient consacrer l’intégration de l’intelligence artificielle et de la robotique au sein de l’armée.

Pour Meredith Whittaker, cofondatrice de AI Now Institute, la mise sur pied d’un centre national de recherche relève d’une démarche de subvention publique déguisée. « Il s’agit essentiellement d’une subvention aux grandes entreprises technologiques », a-t-elle martelé.

Des infrastructures d’intelligence artificielle contrôlées par les agences publiques

Mme Whittaker et ses collègues chercheurs critiquent également l’absence de réflexion du gouvernement sur la protection de la vie privée aux Etats-Unis. Ils considèrent aussi que les dangers liés à la supposée avance de la Chine en matière d’intelligence artificielle font souvent l’objet d’exagération.

Ces voix contestataires ne sont toutefois pas totalement opposées à tout projet national aux Etats-Unis. A condition que la  puissance informatique fournie ne soit pas aux seuls bénéfices des grands groupes. Un principe qui semble ne pas susciter de nouveaux désaccords.

Andrew Moore, responsable de l’intelligence artificielle chez Google Cloud, a ainsi déclaré que le rôle de Google sera moindre dans tout effort national. Le futur centre de recherche « sera dirigé par les universitaires et les agences de financement gouvernementales concernées », a-t-il assuré.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest