Tout savoir sur Ethereum

Ethereum : tout savoir sur la deuxième cryptomonnaie la plus populaire

À l’heure actuelle, l’Ethereum est la deuxième cryptomonnaie la plus populaire, après Bitcoin.

On dit toujours que le Bitcoin est l’avenir présumé de l’argent, alors qu’est-ce que l’Ethereum ? Pour ceux qui connaissent très bien la cryptomonnaie, il est tout à fait normal de se poser cette question, étant donné que l’Ethereum apparaît toujours à côté du Bitcoin lors des échanges et dans les actualités. Toutefois, il convient de noter que l’Ethereum n’est pas en concurrence directe avec le Bitcoin. En fait, ce dernier a des objectifs, des fonctionnalités et même une technologie différents.

C’est quoi l’Ethereum ? Comment fonctionne-t-il ? Qu’est-ce que l’Éther ? Quels sont les avantages et les inconvénients de l’utiliser ? Zoom sur l’Ethereum.

Ethereum : de quoi s’agit-il ?

L’Ethereum est une plateforme open source qui utilise la technologie blockchain. En effet, il s’agit d’un écosystème complet où chacun peut créer et exécuter des applications numériques décentralisées ou « dapps », des contrats intelligents et même posséder des cryptomonnaies.

En d’autres termes, l’Ethereum permet aux utilisateurs de conclure des accords et d’effectuer des transactions directement entre eux pour acheter, vendre et échanger des biens et des services sans intermédiaire. Ainsi, les utilisateurs peuvent contourner les banques pour transférer de l’argent et aussi éviter d’avoir recours à un avocat pour rédiger un contrat de vente. En fait, tout est accessible et lisible par tout le monde, il est donc facile d’éviter de se faire arnaquer.

Vitalik Buterin, le fondateur d'Ethereum

Une petite histoire

Ethereum est actuellement l’une des plus anciennes cryptomonnaies du marché. Ce dernier a été fondé par un programmeur appelé Vitalik Buterin, un Russo-canadien de 19 ans. En fait, il a créé l’Ethereum afin de répondre aux lacunes de Bitcoin.

Le fondateur a publié le livre blanc de l’Ethereum en 2013, détaillant les contrats intelligents afin de permettre le développement d’applications numériques décentralisées. En fait, Buterin avait l’intention de les unifier. Pour lui, l’unification de la façon dont les dapps fonctionnent et interagissent était le seul moyen de maintenir l’adoption. Ainsi, l’Ethereum 1.0 est né.

En savoir un peu plus sur Ethereum

Considérez-le comme l’App Store d’Apple : un espace pour des dizaines de milliers d’applications différentes, respectant toutes le même ensemble de règles. Ce dernier est codé en dur dans le réseau et est appliqué de manière autonome, avec des développeurs capables d’utiliser leurs propres règles au sein des Dapps.

Bien sûr, la construction d’un tel réseau n’est pas facile. Alors Buterin et ses cofondateurs (Gavin Wood, Jeffrey Wilcke, Charles Hoskinson, Mihai Alisie, Anthony Di Iorio et Amir Chetrit) ont organisé une prévente symbolique pour collecter 20 millions de dollars, finançant les développements présents et futurs d’Ethereum.

Le groupe a également mis en place la Fondation Ethereum en Suisse, avec pour mission de maintenir et de développer le réseau. Peu de temps après, Buterin a annoncé que la fondation fonctionnerait comme un organisme à but non lucratif. Cela a provoqué le départ de certains cofondateurs.

The DAO

Au fil du temps, les développeurs sont venus sur Ethereum avec leurs propres idées décentralisées. En 2016, ces utilisateurs ont fondé The DAO, un groupe démocratique qui a voté pour les changements et les propositions du réseau. Toutefois, l’Ethereum a subi le plus gros revers de son histoire cette année-là. En fait, les pirates informatiques ont découvert la vulnérabilité dans la blockchain de l’Ethereum d’où l’effondrement total du projet.

Cela a provoqué des débats massifs. En effet, cette crise a dérivé au point que la blockchain d’origine de l’Ethereum s’est divisée en deux. Dans ce contexte, le réseau d’origine est connu sous le nom de l’Ethereum Classic, tandis que l’Ethereum actuel est une nouvelle branche de la blockchain originale créée par hard fork.

L’évolution de l’Ethereum

En 2017 et 2018, la plupart des cryptomonnaies lancées dans cette période ont été créées dans la blockchain de l’Ethereum. Par conséquent, il a pu acquérir une notoriété mondiale. De plus, de nombreuses grandes entreprises ont commencé à réfléchir à la manière dont elles pourraient tirer parti de l’Ethereum.

Comment fonctionne Ethereum

Comment fonctionne l’Ethereum ?

Comme Bitcoin, le réseau Ethereum existe sur des milliers d’ordinateurs dans le monde. En d’autres termes, l’Ethereum fonctionne via un réseau mondial d’ordinateurs qui fonctionnent ensemble comme un superordinateur. En fait, le réseau rassemble et exécute des contrats intelligents ainsi que des applications qui sont, en théorie, indépendantes de toute interférence ou censure de tiers, car la blockchain est résistante à la falsification.

Les contrats intelligents sont programmés et auto-exécutables, ce qui réduit considérablement le risque de fraude. C’est comme un automate ou un distributeur automatique qui exécute les conditions du contrat numériquement. Une fois que certaines conditions sont remplies, comme le virement d’un paiement par exemple, alors la marchandise est acheminée ou rendue accessible à l’acheteur.

Ethereum Virtual Machine (EVM)

Ethereum est essentiellement un système décentralisé unique qui exécute un ordinateur appelé Ethereum Virtual Machine (EVM). Chaque nœud contient une copie de cet ordinateur, ce qui signifie que toutes les interactions doivent être vérifiées afin que chacun puisse mettre à jour sa copie.

Les interactions réseau sont par ailleurs considérées comme des « transactions ». Ces dernières sont stockées dans des blocs sur la blockchain Ethereum. Les mineurs valident ces blocs avant de les engager dans le réseau et de servir d’historique des transactions. Il est à noter que chaque bloc dispose d’un code unique à 64 chiffres.

Qu’est-ce que l’Ether ?

L’exécution des codes pour alimenter les dapps est coûteuse et consomme beaucoup d’énergie. C’est pourquoi Ethereum a créé Ether, sa propre cryptomonnaie, afin d’inciter les programmeurs à exécuter le protocole sur leurs ordinateurs. En effet, ces professionnels sont rémunérés en pièces d’Ether virtuelles pour leur contribution aux ressources et à l’écriture d’applications de qualité afin que le réseau reste sain.

Tout comme les mineurs de Bitcoin  sont payés pour maintenir la blockchain en résolvant des problèmes de calcul qui leur permettent d’ajouter des transactions au grand livre public, les développeurs utilisent également l’Éther pour créer et lancer un contrat intelligent sur la plateforme Ethereum. Dans ce contexte, ils reçoivent 3 éthers pour chaque nouveau bloc qu’ils ajoutent au grand livre. Ether est également destiné aux utilisateurs qui souhaitent accéder aux contrats intelligents sur la blockchain ethereum.

Les différences entre Bitcoins et Ethereum

Alors que Bitcoin est la cryptomonnaie la plus courante, la communauté Ethereum a l’ambition d’étendre le projet. En fait, Bitcoin a du mal à s’étendre, ce qui amène certains à croire qu’il s’agit davantage d’une réserve de valeur, similaire à l’or.

D’autre part, Ethereum a l’intention de dépasser notre infrastructure Internet actuelle. En effet, ce dernier prévoit d’automatiser de nombreux processus qui nécessitent encore des intermédiaires. Cela inclut l’utilisation d’une boutique d’applications ou la collaboration avec des gestionnaires de fonds. Par conséquent, l’Ethereum est davantage utilisé comme moyen d’interagir avec le réseau que de transfert d’argent, bien qu’il puisse également le faire.

Les développeurs peuvent s’appuyer sur l’Ethereum, en créant un jeton unique et compatible Éther pour chaque Dapp. Bien que le processus ne soit pas parfait, cela signifie que tous les jetons basés sur l’Ethereum sont techniquement interopérables. Par contre, le réseau de Bitcoin est juste pour le Bitcoin.

Quels sont les avantages de cette cryptomonnaie?

Quels sont les avantages de l’Ethereum ?

Outre la décentralisation et l’anonymat, l’Ethereum présente également divers autres avantages. À titre d’exemple, si quelqu’un tweete quelque chose d’offensant, Twitter peut choisir de retirer et de punir cet utilisateur. Cependant, sur une plateforme de médias sociaux basée sur l’Ethereum, cela ne peut se produire que si la communauté vote pour le faire. De cette façon, les utilisateurs ayant des points de vue différents peuvent discuter comme bon leur semble, et les gens peuvent décider ce qui doit et ne doit pas être dit.

Évite les intermédiaires

Les contrats intelligents automatisent de nombreuses étapes prises par les autorités centrales sur le web traditionnel. Cela réduit considérablement les falsifications. En effet, il n’y aura pas des intermédiaires tiers comme les avocats qui rédigent et interprètent les contrats, les banques qui font l’intermédiaire dans les transactions financières ou les services d’hébergement web tiers.

Facile à acquérir

À part cela, il est facile d’acquérir la cryptomonnaie Éther. En effet, des entreprises comme PayPal et sa filiale Venmo prennent en charge l’achat de crypto avec une monnaie fiduciaire directement dans l’application. Compte tenu des millions de clients sur chaque plateforme, ils sont obligés de s’impliquer le plus tôt possible.

Innovation constante

Une grande communauté de développeurs Ethereum est constamment à la recherche de nouvelles façons d’améliorer le réseau et de développer de nouvelles applications.

Quels sont les inconvénients de l’Ethereum ?

Bien que cela semble être la plateforme parfaite, Ethereum a quelques problèmes clés qui doivent être résolus. Le premier inconvénient est l’évolutivité. En fait, Buterin a imaginé Ethereum tel qu’il est aujourd’hui sur le Web, avec des millions d’utilisateurs interagissant à la fois. Cependant, en raison de l’algorithme de consensus PoW, une telle interaction est limitée par les délais de validation des blocs. Le second inconvénient est l’accessibilité. En effet, l’interaction est difficile pour ceux qui ne connaissent pas la technologie.

Pin It on Pinterest