Accueil > Intelligence artificielle > Europe : 40% des startups d’intelligence artificielle n’ont même pas d’IA
ia startups europe

Europe : 40% des startups d’intelligence artificielle n’ont même pas d’IA

Près de 40% des startups européennes d’intelligence artificielle n’ont aucune application d’IA. C’est ce que révèle une alarmante étude menée par MMC, qui démontre que les investisseurs peinent à distinguer les vraies startups IA des charlatans opportunistes.

L’intelligence artificielle est une technologie très à la mode. Encouragés par les prévisions idylliques des analystes et l’enthousiasme des gouvernements, les investisseurs n’hésitent plus à faire pleuvoir les billets pour ne pas laisser filer les opportunités offertes par la révolution industrielle annoncée. À titre de comparaison, en 2018, les sommes levées à chaque levée de fonds étaient en moyenne 15% plus élevées pour les startups IA que pour les startups dédiées au développement de logiciels.

Cependant, le terme  » intelligence artificielle  » a été appliqué à une grande variété de technologies. De simples logiciels permettant d’automatiser des tâches à des réseaux de neurones extrêmement complexes en passant par les algorithmes de Machine Learning, la notion d’IA englobe désormais tout un ensemble de technologies aussi nombreuses que différentes.

Par conséquent, il peut être difficile pour les investisseurs de distinguer les véritables startups d’intelligence artificielle de celles qui cherchent uniquement à surfer sur la vague. Or, les startups de cette seconde catégorie s’avèrent nombreuses selon une nouvelle étude réalisée par MMC.

En passant en revue les informations publiques ou les interviews d’exécutifs de 2830 startups IA basées en Europe, la société d’investissement londonienne s’est rendu compte que 40% d’entre elles n’ont même pas d’application d’intelligence artificielle

Europe : les investisseurs ne peuvent distinguer les vraies startups IA des opportunistes

investisseur startup ia

Pourtant, ces startups se décrivent généralement comme  » AI-focused «  (centrées sur l’IA). Par exemple, la startup londonienne Skyscape analyse les toits afin de trouver de l’espace inutilisé pour les pistes d’atterrissage de drones, les fermes urbaines et d’autres projets. Elle n’utilise actuellement ni Machine Learning, ni intelligence artificielle, mais se décrit comme une startup IA. D’après son fondateur, Brandon Bell, Skyscape  » se prépare  » actuellement à l’implémentation de l’IA en assemblant des données et des connaissances.

Selon Ophelia Brown de Blossom Capital, il incombe aux investisseurs de vérifier que les produits développés par les startups correspondent réellement à leurs promesses. Malheureusement, compte tenu de la complexité de l’intelligence artificielle, de nombreuses sociétés d’investissement ne sont pas en mesure de procéder à cette vérification et se laissent facilement entourlouper.

Cette confusion, couplée à l’intérêt des investisseurs pour les startups IA, explique certainement partiellement l’explosion du nombre de ces startups. En 2018, près de 8% des startups fondées en Europe étaient dédiées à l’IA contre environ 3% en 2015. Néanmoins, Simon Cook, CEO de Draper Esprit, invite les investisseurs à distinguer le bon grain de l’ivraie :  » l’IA est devenue un mot passe-partout souvent utilisé de manière frauduleuse « …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend