Coup de filet sur le Dark Web : Europol arrête les dealers par centaines

Coup de filet sur le Dark Web : Europol arrête les dealers par centaines

Après le démantèlement d’Hydra, le plus grand marketplace du Dark Web en avril dernier, Europol arrête cette fois-ci des centaines de dealers opérant sur ces marchés noirs du Web. 

Des millions d’euros et un peu moins d’une tonne de drogue saisis

Entre les dealers du Dark Web et les autorités, la guerre est loin d’être terminée. Mais dans cette lutte acharnée, Europol remporte encore une fois la bataille. Après avoir réussi à fermer le marketplace Hydra en avril, Europol a cette fois-ci arrêté 288 suspects impliqués dans un vaste réseau de trafic de drogue sur le Dark Web

L’opération baptisée SpecTor, a conjointement été menée par les autorités de neufs pays : l’Allemagne, l’Autriche, la France, les Pays-Bas, la Pologne, le Brésil, le Royaume-Uni, les États-Unis et la Suisse. Les autorités de chaque pays ont mené des actions distinctes, mais complémentaires qui ont permis cette arrestation.

https://twitter.com/Europol/status/1653369324587843586?s=20

Dans le cadre de cette affaire, les forces de l’ordre ont notamment arrêtés des suspects opérant sur Monopoly Market, un marché noir en ligne axé principalement sur la drogue. D’ailleurs, l’opération a permis de saisir 258 kg d’amphétamines, 43 kg de cocaïne, 43 kg de MDMA et plus de 10 kg de LSD ainsi que de pilules d’ecstasy.

Europol a également saisi plus de 50,8 millions d’euros en espèces et en cryptomonnaies ainsi que 117 armes à feu. Des 288 suspects, plus de la moitié,153 personnes en l’occurrence, ont été arrêtées aux États-Unis. 53 d’entre elles ont été appréhendées en Allemagne. Les autres pays comptent 10 arrestations et moins.

Lutte contre les dealers du Dark Web : une succession de succès pour Europol 

La criminalité a toujours existé, mais les technologies modernes ont largement facilité les crimes. Le Web a aussi ajouté une dimension sans frontière aux trafics en tout genre. Mais les forces de l’ordre ont fait des progrès dans la répression de la cybercriminalité qui foisonnent dans l’ombre d’Internet. Par ailleurs, les coalitions s’avèrent être une stratégie payante.

Preuve en est avec les succès de ces nombreuses opérations de grande envergure menées conjointement entre de nombreux pays. En 2020, l’opération DisrupTor a permis l’arrestation de 179 trafiquants du Dark Web. L’année suivante, les forces de l’ordre ont arrêté 150 cybercriminels dans le cadre de l’opération Dark HunTor

Catherine De Bolle, directrice exécutive d’Europol reconnait ces succès des forces de l’ordre sur le Dark Web. Elle déclare : « Notre coalition […] sur trois continents prouve que nous réussissons tous mieux lorsque nous travaillons ensemble. Cette opération envoie un message fort aux criminels du Dark Web : les forces de l’ordre internationales ont les moyens et la capacité de vous identifier et de vous tenir responsable de vos activités illégales, même sur le Dark web ».

Cependant, la criminalité en ligne évolue rapidement. De nombreux marchés du Dark Web existent toujours et de nouveaux marketplaces verront probablement le jour. Mais les forces de l’ordre suivent le mouvement en infiltrant les groupes, les marchés et les canaux de communication du Dark Web.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *