Accueil > Sécurité > Facebook : ouverture d’une enquête pénale sur la vente de données
facebook enquête pénale données

Facebook : ouverture d’une enquête pénale sur la vente de données

La descente aux enfers continue pour Facebook. Une enquête pénale a été ouverte par les procureurs fédéraux de New York au sujet des pratiques de partage de données entre le réseau social et les entreprises technologiques comme Apple, Amazon et Microsoft…

En décembre 2018, le New York Times révélait que Facebook a secrètement partagé les données de ses utilisateurs avec plus de 150 entreprises. Parmi ces entreprises, on compte notamment les géants de la tech tels qu’Amazon, Apple, Microsoft ou encore Sony.

Dans le cadre de ces accords secrets, les partenaires de Facebook étaient en mesure de voir la liste d’amis des utilisateurs, leurs informations de contact et d’autres données. Bien souvent, l’accès à ces données était fourni sans le consentement des centaines de millions d’utilisateurs concernés.

Par exemple, grâce à l’aide de Facebook, le moteur de recherche Bing de Microsoft était apte à cartographier les amis de tous les utilisateurs de Facebook sans leur consentement. De même, Amazon a pu obtenir les noms d’utilisateurs et les informations de contact des utilisateurs. Apple, de son côté, était en mesure de dissimuler la collecte de données Facebook par l’iPhone.

Facebook a mis un terme à la plupart de ces accords au cours des deux dernières années. Cependant, le passé rattrape la firme de Mark Zuckerberg et des procureurs fédéraux à New York ont ouvert une enquête pénale sur ces pratiques de partage de données. Dans ce contexte, un grand jury a exigé d’au moins deux fabricants majeurs de smartphones qu’ils fournissent des informations sur le sujet.

Facebook risque une amende plusieurs milliards de dollars

facebook amende milliards

Selon les défenseurs de la confidentialité, ces partenariats secrets violent l’accord passé entre Facebook et la FTC en 2011. De plus, ils considèrent que Mark Zuckerberg n’a pas tenu parole puisqu’il avait promis de cesser de partager les données des amis de ses utilisateurs avec des développeurs tiers il y a de cela plusieurs années.

Si la justice confirme les torts de Facebook, la FTC pourrait lui infliger une amende de plusieurs milliards de dollars. Il s’agirait de la plus grande sanction jamais imposée par une autorité antitrust.

Par le biais d’un communiqué officiel, un porte-parole de Facebook a affirmé que l’entreprise est prête à coopérer avec les enquêteurs. Un témoignage public a été fourni, ainsi que des réponses aux questions posées et la firme promet de continuer en ce sens.

Cette ouverture d’enquête survient au moment précis où Facebook tente de se racheter. En effet, la semaine dernière, Mark Zuckerberg a exprimé son intention de faire de la confidentialité la nouvelle priorité de Facebook. Malheureusement pour lui, il semblerait qu’il soit un peu trop tard pour ce changement de philosophie…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend