fn meka rappeur ia tout savoir

FN Meka : tout savoir sur la première IA qui rappe et vient de signer chez Capitol

FN Meka est le premier rappeur virtuel signé par un grand label de musique. Cette IA capable d’écrire des rimes et de composer des instrus vient de rejoindre le label Capitol Records d’Universal Music Group. Découvrez tout ce que vous devez savoir sur ce nouveau phénomène…

À première vue, FN Meka ne semble pas différent des autres rappeurs. Il conduit une Rolls-Royce dorée, un camion Tesla orné du logo Gucci, et une Lamborghini verte. Sur TikTok, il cumule 10 millions de followers et plus d’un milliard de vues. Dans ses vidéos, on peut le voir arrosé de billets de 100 dollars aux côtés de femmes sexy.

La seule différence avec les autres rappeurs est que FN Meka n’est pas réel. Il s’agit d’un robot rappeur, propulsé par une intelligence artificielle.

Les textes sont écrits par une IA, entraînée à écrire des rimes comme un véritable MC. La voix est celle d’un humain, mais FN Meka sera bientôt capable de rapper lui-même.

Cette intelligence artificielle a été entraînée en analysant les chansons populaires de genres spécifiques. En se basant sur ces chansons, la technologie génère des suggestions pour les blocs de constructions de nouvelles chansons tels que les paroles, les accords, les mélodies ou le tempo.

Depuis 2019, ce rappeur virtuel rencontrait déjà un certain succès avec ses chansons « Speed Demon », « Internet », ou son morceau le plus populaire jusqu’à présent : « Moonwalking ». Son style criant n’est pas sans rappeler celui de Teskashi69.

À présent, FN Meka vient d’entrer dans la cour des grands en signant chez le label Capitol Records d’Universal Music Group. Un rêve que peu de rappeurs humains parviennent à réaliser…

Le premier artiste virtuel signé par un grand label

Suite à sa signature chez Capitol Records en août 2022, FN Meka est désormais le premier artiste virtuel signé par un grand label. Selon Ryan Ruden, vice-président du marketing expérimental au sein de la maison de disques, ce projet est « à l’intersection de la musique, de la technologie et de la culture jeu vidéo ».

Il ne s’agit selon lui « que d’un premier aperçu de ce qui va arriver ». D’après lui, il s’agit d’une grande première et d’une « évolution des 80 ans d’histoire d’innovation de Capitol Records ».

Le 12 août 2022, FN Meka a fêté sa signature en fanfare en dévoilant son single « Florida Water » produit par Turbo et DJ Holiday. Auparavant, ces producteurs ont travaillé avec des rappeurs mondialement connus comme Travis Scott, Young Thung ou encore Lil Baby.

Le rappeur Gunna prête sa voix, et le streamer de jeu vidéo Cody « Clix » Conrod apparait dans le clip. Autant dire que FN Meka n’est pas entouré par des anonymes.

Dans cette nouvelle chanson, FN Meka enchaîne les rimes telles que « Tesla, Gucci, Cybertruck / I wreck that shit, don’t give a fuck » (à traduire par « je casse cette *****, rien à ****** »). Ces vers riches en poésie moderne ont été générés par une IA, même s’ils sont rappés par un véritable être humain.

Cette chanson est libre de droit, et peut être utilisée gratuitement par les créateurs sur les plateformes comme Twitch et YouTube sans risquer de démonétisation ou de suppression par le label.

En effet, Capitol a noué un partenariat avec la startup Slip.stream, qui propose une bibliothèque de plus de 100 000 chansons et effets sonores libres de droits, mais produits par de vrais artistes.

Cette signature par Capitol Records a une grande importance symbolique. Désormais, il est clair que l’IA et les artistes virtuels vont jouer un rôle majeur dans l’industrie de la musique et le monde de l’art…

Les origines de FN Meka

Derrière FN Meka, se cache toute une équipe de vraies personnes. Ce rappeur IA est créé par Factory New : un label regroupant uniquement des artistes virtuels.

Cette entreprise est co-fondée par Anthony Martini, auparavant fondateur de Commission Records et possédant une expérience dans le développement d’artiste traditionnel. Il a notamment travaillé avec des rappeurs comme Tyga, Lil Dicky ou Madeintyo.

Selon lui, le concept de FN Meka n’est pas différent de celui d’artistes plus anciens comme DJ Marshmello, Gorillaz ou même 50 Cent. D’après lui « en regardant n’importe quel grand artiste humain, le plus fantastique vous êtes, le plus vous incarnez un personnage. N’importe quel grand artiste doit vendre une sorte d’histoire. C’est juste le prochain niveau. Il y a eu des précédents par le passé, même des personnages pseudo virtuels. Regardez Gorillaz. Regardez un mec comme Marshmello : il n’est pas réel non plus. Il pourrait aussi être un être numérique et ça ne ferait pas de différence pour les fans de sa musique. Nous essayons d’effacer la frontière encore plus et d’emmener tout le monde vers le futur ».

https://www.tiktok.com/@fnmeka/video/7131144006049811758?referer_url=https%3A%2F%2Fdjmag.com%2F&referer_video_id=7131144006049811758&refer=embed&referer_url=https://djmag.com/news/ai-powered-virtual-rapper-fn-meka-has-been-signed-capitol-records

Le co-fondateur et CEO de la plateforme de distribution numérique Vydia, Roy LaManna, partage l’avis de Martini. En guise d’autre exemple, il cite le rappeur controversé Tekashi69 pour démontrer en quoi les artistes les plus célèbres sont tout simplement des caricatures d’eux-mêmes.

Comme il l’explique, « je pense que ce rappeur est l’exemple parfait de ce dont nous parlons là. Il est un peu comme un meme. Sa musique, principalement au départ, était co-écrite ou écrite par son producteur. Il y a Daniel Hernandez, le vrai gars, et puis il y a le personnage de Tekashi qui est presque un personnage de cartoon attirant les gens dans sa narration ».

Ainsi, selon Roy LaManna, « la question est de savoir si le personnage Tekashi69 de Daniel Hernandez pourrait exister dans un espace virtuel, et je pense qu’Anthony et son équipe prouvent que la réponse est oui ».

À l’origine, FN Meka n’est pas pensé pour être un rappeur. Son créateur Brandon Le est issu du domaine du jeu vidéo, et créait des objets virtuels et des apparences pour les avatars. Il avait conçu FN Meka pour l’aider à vendre ses créations.

Au début de sa carrière musicale, FN Meka a publié d’autres démos. Elles ont toutefois étaient supprimées pour maintenir un niveau de qualité. Son équipe tient à ce que le contenu soit de la plus haute qualité, pour que le robot rappeur puisse être pris au sérieux. Elle souhaite qu’il puisse rivaliser avec n’importe quel artiste, humain ou virtuel.

Les artistes ne sont-ils que des personnages ?

Aux yeux de Roy LaManna, l’élément humain est peut-être moins important que la narration et le contenu d’un artiste. Il cite Britney Spears en guise d’exemple : «  c’est une personnalité. Elle n’était pas nécessairement la meilleure chanteuse, et beaucoup de sa musique était écrite par d’autres personnes. Puis c’est allé dans une narration, elle est sortie avec Justin Timberlake, c’était un tout et des gens s’y sont vraiment investis».

Il se demande ainsi « quelle portion de cela dépend du facteur humain ? Je pense que c’est beaucoup moins que les gens réalisent, et que c’est testé aujourd’hui parce que la technologie a atteint un certain point où c’est une option viable. Je pense que nous voyons seulement les prémices de ce truc ».

De même, Martini ajoute que la plupart des artistes modernes ont une image créée par un label ou une équipe de management « au moins au début, quand vous essayez de développer un certain narratif et de bâtir une marque ».

Ainsi, il estime que « nous faisons la même chose, sauf que nous ne sommes pas limités au monde humain, ou à la forme humaine. Nous allons prendre cette vieille idée de créer une marque et de créer un narratif derrière les artistes et l’emmener au prochain niveau ».

FN Meka sur TikTok

https://www.tiktok.com/@fnmeka/video/6894285566980984069?referer_url=https%3A%2F%2Fwww.thedailybeast.com%2F&referer_video_id=6894285566980984069&refer=embed&referer_url=https://www.thedailybeast.com/meet-fn-meka-the-worlds-first-ai-robot-rapper-who-sells-nfts?ref=scroll

FN Meka vit principalement sur TikTok, où ses vidéos ont été visionnées plus d’un milliard de fois. Même s’il a aussi un compte Instagram, il ne compte que 206 000 followers et les utilisateurs de ce réseau social n’interagissent pas autant avec lui.

Ses fans viennent pour voir ses designs d’accessoires personnalisés, comme une PS5 couplée à une machine à café Starbucks, une poussette Louis Vuitton, un fusil à pompe Apple Air Pods ou une Batmobile Gucci.

Le but de Factory New et Vydia est d’utiliser FN Meka comme une forme de test de marketing pour évaluer l’intérêt du public pour ce type de personnages. L’objectif est de vérifier si ces artistes virtuels peuvent être rentables dans l’industrie de la musique ou même dans le domaine des NFT.

@fnmeka

Like my setup in my car? #zerotwo #weeb #rollsroyce

♬ Hai phút hơn – marlene

Selon LaManna, sur TikTok, « FN Meka a la capacité de faire des études de marché sur la viralité des chansons en relâchant de petits extraits de chansons, en demandant aux gens quand il devrait les relaxer, quelles chansons, et qu’est-ce qui doit être mis dedans en guise de composants, si c’est un NFT, ou tout autre genre de design qui peut accompagner pour aider à le propulser ».

L’équipe derrière FN Meka analyse ensuite les données pour déterminer ce qui fonctionne. Cet artiste virtuel est donc le fruit d’une symbiose entre le Big Data, l’IA et la communication numérique.

Bienvenue dans l’ère des influenceurs virtuels

fn meka metro

Les grandes maisons de disques s’intéressent de plus en plus aux artistes virtuels. Auparavant, Universal Music Group a investi dans ce domaine via son label 10:22PM dédié au Web3 avec le groupe NFT KingShip composé de singes du Bored Ape Yacht Club. En outre, UMG a noué un partenariat avec l’entreprise Genies spécialisée dans la création d’avatars pour créer des artistes et des accessoires numériques.

De même, Warner Records a noué un partenariat avec le géant de la K-Pop SM Entertainment et son « Metaverse Girl Group » composé de quatre membres humains et quatre membres virtuels. Dans le même temps, le label asiatique Whet Records de Warner a signé un deal avec l’artiste virtuelle Ha Jiang.

Les Japonais de Sony Music ont quant à eux lancé des versions virtuelles de leurs artistes sur la plateforme Roblox. Parmi les autres leaders du milieu, on compte Space Bomb et ses artistes virtuels Xen, SUBI ou encore AntiFragile.

Au-delà, le rappeur FN Meka s’inscrit dans une tendance plus générale d’influenceurs virtuels. On peut le comparer avec Miguela Sousa : une influenceuse Instagram générée par ordinateur, en partenariat avec des marques comme MINI et en couverture de plusieurs magazines. Elle a également participé à la Fashion Week, et s’est elle aussi aventurée dans le domaine de la musique.

Ainsi, Martini est convaincu que FN Meka a le potentiel de faire beaucoup plus de la musique. Selon lui, il pourrait devenir ambassadeur de différentes entreprises. Il explique avoir été approché par « une tonne de marques, dont plusieurs marques de mode luxueuses et prestigieuses ».

En 2021, FN Meka a d’ailleurs vendu un dessin sous forme de NFT pour 6500 dollars sur la plateforme SuperRare. Selon Martini, « il ya beaucoup d’intérêt dans ce domaine pour le type de choses que nous faisons, mais pour Meka il s’agit vraiment de trouver des choses qui s’accordent naturellement avec sa base de fans, son image de marque ».

Le véritable espoir des créateurs de FN Meka est que cette IA qui rappe ne soit pas seulement là pour quelques années, mais pour toujours à la manière dont « le personnage de Batman transcende Adam West, Michael Keaton, Christian Bale et tout le monde »…

Et vous, que pensez-vous des artistes virtuels ? Faut-il laisser l’art aux humains, ou peut-on laisser l’IA créer de la musique du moment qu’elle parvient à nous émouvoir et nous faire danser ? Donnez votre avis sur ce nouveau phénomène en commentaire !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest