view of a server room at the Equinix Paris data centre called PA8 , Equinix first International Business Exchange (IBX), in the northern Parisian suburb of Pantin. Equinix, is a global data center that delivers retail colocation and interconnection services. The PA8 bring an investment of some 64 million euros (73 million dollars).Pantin, FRANCE - 18/02/2019.//CHAMUSSY_lcham011/1902181753/Credit:CHAMUSSY/SIPA/1902181756

Francfort va imposer des règles plus strictes sur les Data Centers

La ville allemande, Francfort a fait étalage de son nouveau programme de développement. Ce projet vise à équilibrer la croissance des data centers compte tenu de la disponibilité de l’espace et des autres ressources. Une initiative qui pourrait réduire le risque de « croissance incontrôlée » en matière de centre de traitement de données.

L’Allemagne affiche un besoin accru en data center

Francfort est un point d’ancrage pour l’industrie de data centers en Allemagne. En effet, plus de mille réseaux internationaux sont connectés à DE-CIX qui est le plus important point d’échange Internet au monde. Par ailleurs, l’industrie financière affiche un besoin croissant de données rapides. Cela explique donc la construction des 60 data centers en colocation dans la région. Francfort devient, à ce titre, un des sites de data centers les plus importants en Europe. Face à cela, la municipalité de la ville envisage un nouveau plan d’aménagement urbain.

Le covid-19 a accéléré de façon exponentielle le développement de l’industrie des centres de traitement de données. Alors qu’actuellement, 65 hectares sont consacrés aux data centers, cette surface est amenée à augmenter d’ici peu. En effet, rien que dans la zone du Rhin-Main, de plus en plus de clusters de data centers font leur apparition. Sans compter que la demande accrue en jeux, en vidéo streaming et en visioconférence requiert une puissance de calcul additionnelle. Pour finir, avec les fuites de données ici et là, les entreprises allemandes sont soucieuses de la sécurité de leurs données. Elles aspirent alors à conserver leurs données dans leur propre pays.

Francfort rencontre des soucis dans le déploiement de data centers

Face au problème de gestion d’espace que rencontre Francfort, celui-ci n’envisage pas le fait que les data centers prennent plus de place. A l’avenir, lorsqu’un de ces établissements sera amené à se développer, un aménagement en hauteur plutôt qu’en largeur sera alors privilégié. Puis, n’oublions pas que les data centers consomment beaucoup d’énergie. Comme solution au problème, Francfort a l’intention d’exploiter la chaleur produite et en faire une source d’énergie qui optimisera le bilan énergétique des résidences avoisinantes.

Cette noble initiative ne surprend pas. En effet, l’Allemagne est connu comme étant le premier fabricant de data centers éco-énergétiques dans le monde. En tenant compte des propos de la municipalité comme quoi, afin de fonctionner, une nouvelle infrastructure aurait besoin de 10 mégawatts supplémentaires, ce n’est qu’un mal pour un bien.

Il est aussi vrai que l’Allemagne a tout pour être un emplacement attrayant de data centers. Elle bénéficie d’une bonne alimentation en électricité, une législation favorable et même une protection sur le plan juridique. Le seul bémol, ce sont les coûts accessoires. Les taxes et prélèvements sont effectivement de l’ordre de 113,11 euros par MWh dans le pays. Or, au Pays-Bas, les frais accessoires sont largement faibles avec 17,08 euros par MWh. Ce record est suivi de près par la Suède qui, elle, propose une marge basse de 17,70 euros par MWh.

Pin It on Pinterest