Google, angleterre, londres, britanniques

Google : les données des utilisateurs britanniques ne seront plus protégées par le RGPD de l’UE

Suite au Brexit, Google va migrer les données personnelles et les comptes de ses utilisateurs britanniques de l’UE vers les États-Unis.

Selon le journal anglais The Guardian, cela implique qu’ils seront désormais soumis à la législation américaine. Cette dernière est de fait plus laxiste que le règlement général sur la protection des données (RGPD) de l’Union européenne dont bénéficiaient jusqu’ici les sujets de Sa Majesté.

Google préviendra ses utilisateurs britanniques du changement

D’après des sources citées par le quotidien, Google informera ses utilisateurs britanniques de ce changement de juridiction. Ainsi, le géant des moteurs de recherche demandera à chacun d’eux d’accepter de nouvelles conditions générales d’utilisation.

Achetez des leads sur la marketplace I.T

Mais la firme se veut rassurante. D’après un communiqué, elle entend ne rien changer à sa politique relative à la protection de la vie privée. Cela implique notamment la collecte et le traitement des données ainsi que la coopération avec les forces de l’ordre. De plus, l’entreprise devra toujours appliquer les lois britanniques.

rgpd dangers données

Pourquoi cette décision ?

De fait, la décision de Google de migrer les données de ses utilisateurs britanniques de ses bureaux en Irlande à ceux aux États-Unis résulte des incertitudes face au Brexit. En effet, jusqu’ici, on ne sait pas encore si Londres conservera le RGPD ou adoptera une nouvelle loi moins contraignante.

Dans ce deuxième cas, si Google n’avait rien changé, l’entreprise aurait eu du mal à coopérer avec les autorités britanniques pour des enquêtes criminelles. Si ces dernières voulaient en effet accéder à des informations sur ses citoyens auprès du géant du web, la loi européenne très stricte aurait forcé Google à refuser.

Or, la nouvelle loi américaine Cloud Act facilitera l’obtention par l’État britannique de données détenues par des firmes américaines. De plus, Londres et Washington sont en plein pourparlers sur un accord commercial, qui pourrait encore influencer le dossier.

Les utilisateurs britanniques de Google doivent-ils s’inquiéter ?

Il est compréhensible qu’une société ne veuille pas se retrouver entre deux juridictions différentes. Toutefois, le choix des États-Unis pour les données de ses utilisateurs britanniques n’est pas anodin pour Google. Peu importe les tentatives de la firme pour rassurer outre-Manche, on ne peut nier le fait que la législation américaine ne protège presque pas les internautes.

En tout cas, Google est le premier géant de l’industrie Tech à prendre une décision sur la question. Facebook et les autres devront se prononcer très prochainement, et ces entreprises pourraient bien suivre les pas du moteur de recherche.

Sources & crédits Source : https://www.theguardian.com/technology/2020/feb/20/uk-google-users-to-lose-eu-gdpr-data-protections-brexit - Crédit :