Google se concentre sur les projets Cloud inactifs pour réduire les émissions de carbone

Avec les émissions importantes de carbone de nos jours, Google a décidé de fournir son aide aux utilisateurs du Cloud. En fait, l’entreprise leur a lancé de nouveaux outils permettant de gérer la consommation d’énergie de leurs projets inactifs. Cependant, l’énergie sera donc économisée. 

Google met de nouveaux outils à la disposition de ses clients pour la réduction des émissions carbones. Grace à cette initiative, le développement est également à leur portée dorénavant.

Les nouvelles fonctionnalités Google

Chris Talbott, responsable de Google Sustainability a déclaré dans un communiqué : « Il peut être difficile pour les entreprises de comprendre, de réduire et de rendre compte avec précision des émissions de carbone. »

La société a de ce fait présenté mercredi la nouvelle suite Carbon Sense. Avec les fonctionnalités de cet outil, les entreprises ont la possibilité de quantifier, de déclarer et de réduire leurs émissions. Les nouveaux outils sont alors détaillés ci-après.

Premièrement, Google propose désormais une version plus large de sa fonction « Active Assist. » C’est plus précisément « un recommandeur de projets sans surveillance. » Deuxièmement, les utilisateurs disposent d’un autre atout de la suite Carbon Sense, nommé Carbon FootPrint. Il a été lancé l’année dernière. Et finalement, une autre fonctionnalité appelée « signaux bas carbone » sera également mise en place. Elle a aussi été lancée en 2021.

Des avantages considérables

En présence de la fonction Active Assist, les clients peuvent facilement et plus rapidement repérer leurs projets d’inactivité énergivores. Les fonctionnalités de l’outil procèdent par l’offre de recommandations simples, comme l’extinction des machines virtuelles inactives. Et d’après ces recommandations, la suppression d’un projet inactif pourrait réduire jusqu’à quelques kilogrammes de CO2 par mois. Outre cette réduction considérable, la fonction diminue également les coûts d’infrastructures et les risques de cyber-sécurité. Même si elle est très souvent négligée, elle est toutefois considérée comme la meilleure. « Assistance active » peut être utilisée pour n’importe quelle informatique.

Par ailleurs, à travers Carbon FootPrint, les clients Google peuvent mesurer et surveiller les émissions brutes de carbone de leurs diverses utilisations. Cette surveillance peut s’effectuer par projet, par produit et par région. Elle permet un accès facile aux données brutes sur les émissions liées à l’énergie. En fait, les clients pourraient en avoir besoin pour les inventaires de carbone internes et les divulgations de carbone externes.

Avec la fonctionnalité « signaux à faible émission de carbone », les clients peuvent choisir des régions plus propres pour exécuter leurs projets consommateurs de données. La fonction met à la connaissance des clients les emplacements plus durables et moins encombrés pour leurs charges de travail.

Une bonne voie pour Google

 Au fait, l’objectif de Google pour 2030 est de gérer ses opérations en data center avec une énergie sans carbone 24h/24 et 7j/7. Cependant, grâce à ces nouvelles fonctionnalités, les empreintes carbones seront considérablement diminuées. Dès lors, cela va permettre à Google d’économiser grandement de l’énergie pour l’atteinte de ses objectifs.

Sources & crédits Source : axios - Crédit :

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest