projet ceti

Une IA va nous permettre de parler avec les baleines

Le projet CETI lancé par des chercheurs a pour but de créer une IA capable de déchiffrer le langage des cachalots. Pour la première fois, l’humain serait capable de communiquer directement avec d’autres mammifères…

Les dauphins et les baleines sont des mammifères dotés d’une grande intelligence. Et si nous pouvions enfin communiquer avec eux ?

Tel est l’objectif du projet CETI (Cetacean Translation Initiative) lancé par une équipe de scientifiques. Grâce à l’intelligence artificielle, l’humain pourrait être en mesure de décoder le langage des cachalots et de communiquer avec eux.

Pour communiquer entre eux, les cachalots utilisent des sons de clics appelés  » codas « . Les chercheurs comptent décrypter ces sons grâce à la technologie de Traitement Naturel du Langage (NLP), une sous-catégorie d’intelligence artificielle focalisée sur le traitement du langage oral et écrit.

Un algorithme NLP a déjà réussi à déchiffrer des codas, avec un résultat prometteur. Le système fonctionne déjà très bien,  » du moins pour les tâches relativement simples  » affirme le directeur du projet Michael Bronstein.

Un besoin massif de données

Toutefois, pour mener le projet à bien et atteindre le but fixé par les chercheurs, il sera nécessaire d’amasser un volume colossal de données. La première étape sera de collecter quatre milliards de codas de cachalot.

L’équipe compte d’abord se baser sur les études précédemment conduites dans le cadre du Dominica Sperm Whale Project, pour lequel ont été collectées un peu moins de 100 000 codas.

projet ceti schéma

En comparaison, le modèle GPT-3 créé par Open AI, considéré comme la référence dans le domaine du NLP, a été entraînée sur près de 175 milliards de mots. Autant dire que le dataset existant ne suffira pas.

De plus, il sera nécessaire de contextualiser les codas. Tout comme nos mots, les sons émis par les baleines n’ont pas de sens sans contexte. Il faudra donc étudier l’habitat naturel de ces créatures pendant plusieurs années.

À la découverte d’une civilisation cachée

Si les scientifiques du Projet CETI parviennent à accomplir cette quête, il sera bel et bien possible de développer un modèle IA capable de communiquer dans le langage des cachalots. Il s’agirait d’une révolution transformant la façon dont nous interagissons avec la nature.

Toujours selon Michael Bronstein,  » si nous découvrons qu’une civilisation entière existe sous notre nez, cela résultera peut être par un changement dans la façon dont nous traitons notre environnement. Et peut-être que nous respecterons davantage le monde vivant « . Un pari optimiste…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest