Encore des milliards d’investissements en cloud computing

 Ni l’inflation, ni le combat russo-ukrainien ni la menace de récession ne semblent pas trop impacter les investisseurs privés en data centers. Au fait, ils fournissent encore des milliards de dollars d’investissements dans les data centers alimentant le cloud computing.

Des accords sans fin

Synergy Research Group vient notamment de publier cette nouvelle sur les investissements dans les data centers qui alimentent le cloud computing. D’après lui, 87 accords de fusion et acquisitions ont été conclus entre janvier et fin juin. Cependant, ces chiffres amènent jusqu’à une somme considérable de 24 milliards de dollars. Et en plus, ce n’est pas tout. Les analystes déclarent également que des accords en suspens valant 18 milliards de dollars doivent être conclus avant la fin de l’année.

Cela dit, Synergy déclare que ces investissements hyper croissants sont liés à l’activité record de fusions et acquisitions en 2021. Effectivement, l’organisation a noté 209 transactions conclues au total pour cette année passée. Pourtant, celles-ci coûtaient en tout plus de 48 milliards de dollars. Et comparé à 2020, les chiffres ont bien augmenté de 41 %.

Des investissements consacrés au cloud computing

Les analystes de Synergy ont proclamé qu’une grande partie des fonds sont dépensé dans les data centers. D’ailleurs, il est vraiment devenu évident et indéniable que le cloud computing est en train de dominer les data centers. Eux qui, se concentrent de jour en jour sur la transformation numérique. Dès lors, le cloud computing leur est très avantageux, vu qu’il prend presque tout en charge. Ce « tout » va du travail à distance aux modèles commerciaux totalement inédits.

Et qui dirige ?

Les analystes de Synergy ont déclaré les quatre sociétés en tête dans ces investissements élevés pour le cloud computing. Ce sont des entreprises acquises par des capitaux privés, occupant les places n° 3 à 6 sur le marché américain. Ces fournisseurs englobent CyrusOne, Switch, QTS et CoreSite, l’entreprise à l’origine d’Arrcus. Un des grands motifs de cet élan est bien évidemment la soif de profiter de l’engouement du cloud computing.

Aujourd’hui, la demande de capacité des data centers ne cesse d’augmenter. L’analyste en chef de Synergy Research Group John Dinsdale explique alors que c’est à cause de l’hyper croissance des marchés du cloud. Selon lui, le grand souci d’aujourd’hui est ni plus ni moins les travaux en besoins de financement. Et ce problème affecte même les supposés « géants » du cloud computing.

« Le problème, c’est que la construction et l’exploitation de grandes flottes de centres de données sont très gourmandes en capital. Même les plus grands opérateurs de centres de données ont dû rechercher des financements externes pour leur permettre d’atteindre leurs objectifs de croissance tout en protégeant leurs bilans. Alors que le niveau d’activité de fusions et acquisitions qui en résultent a explosé, la quasi-totalité des investissements supplémentaires provient du capital-investissement », a-t-il déclaré. Le capital-investissement représentait 42 % de la valeur des transactions en data centers entre 2015 et 2018. Puis, 65 % entre 2019 et 2021. Au premier trimestre de 2022, ce pourcentage arrive même à plus de 90 %.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest