tsunami ia travail fmi

Le « tsunami de l’IA » va dévaster le marché du travail ! Alerte rouge du FMI

Tous aux abris ! La directrice du FMI alerte sur le « tsunami » de l'IA qui se profile à l'horizon et risque de « dévaster le marché mondial de l'emploi ». Elle estime que nous avons « très peu de temps pour préparer les gens et les entreprises » à ce grand bouleversement. Alors, à quoi faut-il s'attendre et comment se protéger ?

L'intelligence artificielle va remplacer des emplois. On le sait depuis longtemps, et plusieurs organismes ont déjà prévenu de ce « grand remplacement » du travail humain.

En avril 2023, une étude de Goldman Sachs indiquait par exemple que l'IA pourrait toucher près de 300 millions d'emplois en Europe et aux États-Unis.

Cette technologie peut largement accroître la productivité dans une grande variété de secteurs, et permet l'automatisation des tâches les plus pénibles, dangereuses ou rébarbatives.

Le créateur de , , a lui-même publié une liste des métiers les plus à risque et de ceux qui ont le moins de chances d'être automatisés. Contrairement aux autres innovations technologiques, celle-ci menace davantage les métiers intellectuels que manuels.

Toutefois, jusqu'à présent, on pensait que ce remplacement se ferait progressivement, petit à petit, au fil des prochaines décennies. C'est loin d'être le cas.

« Nous avons très peu de temps pour préparer les gens »

Ce 16 mai 2024, la directrice du Fonds Monétaire International, Kristalina Georgieva, a tiré la sonnette d'alarme : l'IA va frapper le marché du travail comme un véritable « tsunami ».

Lors d'un événement organisé à Zurich, en Suisse, elle a averti que « l'intelligence artificielle peut apporter une augmentation massive de productivité si nous la gérons bien, mais elle peut aussi mener à davantage de désinformation et, bien sûr, d'inégalités dans notre société ».

Dans un rapport publié en janvier 2024, même si elle prédisait que l'IA pourrait impacter environ 40% des emplois dans le monde, Georgieva adoptait un ton plus optimiste.

Elle estimait que « l'ère de l'IA est devant nous, et c'est toujours en notre pouvoir de s'assurer qu'elle apporte la prospérité pour tous ». Elle semble désormais nettement plus inquiète.

Toujours d'après ses dires, « nous avons très peu de temps pour préparer les gens et les entreprises à ce qui arrive ».

Les entreprises licencient déjà massivement en catimini

Comment expliquer ce changement de ton ? Les craintes du FMI ont peut-être été renforcées par les investissements massifs des géants de la tech dans l'IA, l'émergence de modèles beaucoup plus intelligents comme 3 Opus ou GPT-4o, ou encore les mesures drastiques prises par les grandes entreprises.

Par exemple, a déjà cessé de recruter pour près de 7800 rôles qu'elle estime susceptibles de changer à cause de l'IA. Le CEO Arvind Krishna a décidé de totalement changer sa stratégie d'embauche.

Depuis le début 2024, les analystes sont convaincus que beaucoup d'entreprises de la tech ont déjà commencé à licencier massivement pour remplacer leurs employés par l'IA sans toutefois l'admettre.

Il en va de même pour les entreprises de la finance, qui admettent licencier en raison des « technologies émergentes » ou autres euphémismes pour désigner l'explosion de l'IA.

Par exemple, en janvier 2024, BlackRock a remercié 3% de ses employés. La firme a expliqué que l'une des raisons était « les nouvelles technologies qui sont vouées à transformer notre industrie, et toutes les autres industries ».

Et cette vision semble être très répandue parmi les dirigeants d'entreprise. Selon un sondage mené auprès de 2000 cadres en avril 2024, 41% s'attendent à ce que la taille de leurs effectifs diminue au cours des cinq prochaines années à cause de l'IA.

L'économie peut-elle résister à cette immense vague ?

Pour terminer sur une note optimiste, notons que certains doutent encore du grand remplacement du travail par l'IA. Selon Marc Warner, CEO du cabinet de conseil Faculty, les vrais capacités de l'IA sont surestimées à cause de la hype qui entoure l'industrie.

Il compare notamment les promesses de l'IA à celles des voitures autonomes, qui ont mis beaucoup plus longtemps que prévu à se concrétiser.

D'autres sont persuadés que l'IA va aussi créer de nombreux nouveaux emplois. Le Forum Economique Mondial s'attend par exemple à ce qu'elle élimine 85 millions de rôles, mais en crée 97 millions.

Même son de cloche chez Jan Hatzius, économiste en chef de Goldman Sachs, convaincu que l'intelligence artificielle va tout aussi bien créer que détruire des emplois sans toutefois pouvoir prédire de quel côté penchera la balance.

Durant son discours, Georgieva s'est elle aussi voulue rassurante en évoquant d'autres problèmes que l'économie mondiale est parvenue à surmonter. Elle a rappelé que « l'an dernier il y avait des craintes que la plupart des économies tombent dans la récession, et ce n'est pas arrivé ».

De même, « l'inflation qui nous a frappés avec une très grande force est sur le déclin, presque partout ». Ceci suggère que l'économie peut résister à l'immense vague d'intelligence artificielle qui se dresse à l'horizon…

Et vous, qu'en pensez-vous ? Craignez-vous qu'une IA vous remplace ? Les machines sont-elles capables de faire votre travail ? Partagez vos impressions et témoignages en commentaire !

Restez à la pointe de l'information avec LEBIGDATA.FR !

Abonnez-vous à notre chaîne YouTube et rejoignez-nous sur Google Actualités pour garder une longueur d'avance.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *