deepFakes nus

Les femmes reçoivent de plus en plus de DeepFakes nus : que faire ?

Entre les mains de mauvaises personnes, la technologie peut causer de nombreux dégâts. Les deepFakes nus sont courants en ce moment.

Tout le monde connaît les deepFakes. Cette technologie exploite l'image d'une tierce personne. Les utilisateurs peuvent alors transposer le visage d'un individu sur un autre. Le concept est valide sur les photos, et les vidéos. L'autre facette de cette haute technologie est bien pire. Avec cette IA, les usurpateurs peuvent créer des contenus à caractère sexuel, d'où les deepFakes nus. Ici, les femmes sont les victimes.

20 filles ont vu des deepfakes nus d'elles-mêmes en Espagne

Cette histoire a fait la une des réseaux sociaux espagnols. En effet, des photos nues d'adolescentes circulent sur internet, au vu de tous. Il s'agit d'images deepFakes, mais les rendus se rapprochent de la réalité.

Ces filles ont reçu ces photos à caractère sexuel sur leur messagerie. Miriam, une des mères a même déclaré : « Les montages sont très réalistes… C'est un vrai scandale ». Cette phrase en dit long sur la performance de la technologie deepFake.

Selon les mères des victimes, ces photos sont déjà sur des réseaux sociaux douteux, comme Onlyfans. Il s'avère que certaines images sont disponibles sur des sites pornographiques.

Le choc a été terrible pour ces filles, qui n'ont pris aucune photo à caractère sexuel. C'est là que la question se pose. Comment les usurpateurs ont-ils réussi à avoir ces photos ?

DeepFakes nus: les criminels ont utilisé des techniques faciles

Des logiciels deepFakes et des plateformes sont à disposition de tous les internautes. Ces outils permettent d'exploiter cette technologie. Certains ont des performances optimales, avec des rendus réalistes.

Il y a une application qui s'intitule ClothOff. Cette dernière facture les deepFakes nus à 10 euros pour 25 photos à caractère sexuel. Même si mes résultats ne sont pas réels, les séquelles psychologiques des victimes sont inévitables.

Les criminels ont d'abord utilisé Instagram pour avoir les vraies photos des filles. Ensuite, ils sont passés par diverses applications pour avoir des deepFakes nus. Puis viennent les partages sur les réseaux sociaux, tels que WhatsApp. Les photos sont parvenues à la majorité des élèves du lycée, et des mères des victimes.

Fatima Gomez, une autre mère, a même affirmé un chantage de la part des criminels. Selon elle, sa fille aurait discuté avec un garçon sur internet. Ce dernier a demandé de l'argent. Logiquement, la fille a refusé, et il a ensuite envoyé des photos nues d'elle.

Les mères ont uni leur force pour sanctionner les criminels

Il n'y a aucun doute. Ces deepFakes nus sont des crimes. En plus des partages d'images à caractère sexuel, certaines photos sont considérées comme pédopornographiques. En effet, la plus jeune des victimes n'avait que 11 ans.

Les mères des filles ont alors porté plainte auprès de la Police nationale espagnole. Les criminels ont été identifiés après l'enquête. L'affaire est actuellement au tribunal, avec des peines assez lourdes pour les usurpateurs.

Dénoncer le crime est la meilleure réaction face à des deepFakes nus. Toutefois, il faut être attentif avant de partager ses photos sur les réseaux sociaux. 

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *