L'Australie développe sa main-d'œuvre en cybersécurité

Main-d’œuvre en cybersécurité : une subvention de 60 millions de dollars pour l’Australie

Le deuxième cycle du Fonds d’innovation du partenariat pour les compétences en cybersécurité (CSSPIF) a été annoncé. Des subventions comprises entre 250 000 et 3 millions de dollars visant à améliorer la qualité et la disponibilité de la main-d’œuvre en cybersécurité en Australie sont prévues.

Soutenir des projets innovants stimulant la main-d’oeuvre 

Melissa Price, ministre des Sciences et de la Technologie, et Karen Andrews, ministre de l’Intérieur, ont fait une déclaration conjointe. Elles annoncent que les subventions soutiendront des projets innovants. Les projets doivent également stimuler la main-d’œuvre australienne en matière de cybersécurité

Le gouvernement cherche à soutenir des projets qui amélioreront la diversité de la main-d’œuvre australienne. L’Etat soutient en particulier ceux qui stimuleront la participation des femmes, des aborigènes et des insulaires du détroit de Torres. Et ce, en renforçant les partenariats entre l’industrie, les établissements d’enseignement et les gouvernements.

Ces subventions concernent aussi les projets intégrant les personnes basées dans des zones régionales et reculées, ainsi que les personnes aux antécédents de neurodivergence. Price a déclaré que ce Fonds d’innovation était essentiel pour assurer la sécurité numérique des Australiens

Main-d’oeuvre en cybersécurité : augmenter les capacités au fil des années

L'Australie développe sa main-d'œuvre en cybersécurité

Le ministre Andrews a déclaré que le deuxième tour du CSSPIF s’appuierait sur les travaux déjà en cours avec un financement de 1,67 milliard de dollars. Ces travaux comprennent le plan d’action contre les ransomwares récemment publié. Ils incluent également la législation visant à protéger les infrastructures critiques contre les attaques. 

Pour compléter les actions du gouvernement, ce fonds renforcera également les capacités de l’industrie, améliorera la diversité et créera de nouveaux emplois. Un certain nombre d’activités sont éligibles pour un soutien, parmi lesquelles :

  • l’aide aux étudiants dans leur cheminement de formation et de carrière
  • le renforcement des capacités des professionnels prêts à l’emploi par le biais de stages en entreprise
  • le développement des cours spécialisés en cybersécurité pour les professionnels
  • les programmes de reconversion
  • le développement professionnel
  • l’établissement de cyber-laboratoires et d’installations de formation.

Les candidats doivent soumettre une candidature conjointe, avec une organisation chef de file et au moins un autre partenaire du projet.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest