microsoft azure government cloud gouvernement

Microsoft Azure veut garder les données des gouvernements sur son cloud

Microsoft Azure souhaite que le gouvernement américain stocke ses données confidentielles sur son cloud. La firme vient ainsi d’annoncer l’intégration de Azure Stack avec Azure Government, une version gouvernementale d’Office 365, et l’extension de Azure Government Secret à deux nouveaux Data Centers.

Dans le courant de l’année 2018, le gouvernement américain pourra utiliser les technologies cloud de Microsoft sur ses propres serveurs grâce à l’intégration de Azure Stack avec Azure Government. L’objectif de la firme de Redmond est bien entendu de séduire les agences locales et fédérales pour gagner des parts de marché sur le secteur public.

Les agences gouvernementales ont généralement besoin d’avoir leurs propres serveurs on-premise, comme lors d’une opération militaire ou pour les ambassades à l’étranger. Grâce à Azure Stack, ces agences seront en mesure de profiter des avantages du Cloud Computing de Microsoft tout en conservant leurs données sur site.

En parallèle, Microsoft a également annoncé une version spéciale de Office 365 destinée aux gouvernements. Le cloud Azure Government Secret, dédié au stockage d’informations secrètes, sera aussi étendu à deux nouvelles régions. Au total, Azure Government Secret sera disponible dans huit régions de Data Centers différentes.

Microsoft Azure veut gagner des parts de marché sur le secteur public américain

microsoft azure government

Selon les dernières estimations de Canalys, le marché du cloud computing devrait croître de 36% en 2018 pour atteindre une valeur de 74,7 milliards de dollars. Le marché est actuellement dominé par Amazon Web Services avec 32% de parts du marché. Microsoft arrive en seconde position avec 14% de parts du marché.

Sur le secteur public, AWS domine grâce à des clients comme la CIA. Cependant, Microsoft est parvenu à resserrer l’écart en nouant des partenariats avec les agences gouvernementales, et compte continuer à étendre sa présence. C’est en tous cas l’interprétation de Rick Holgate, analyste chez Gartner.