Microsoft devient la cible de plaintes antitrust au Danemark et en Italie

Des fournisseurs cloud danois et italiens viennent de déposer une plainte contre Microsoft. Adressée à l’organisme de surveillance antitrust de l’UE, cette plainte porte sur les mauvaises pratiques concurrentielles du géant américain.

Bloomberg rapporte que ce dernier limiterait le choix des services de cloud computing des utilisateurs. Toujours selon ce rapport, une plainte a également été déposée l’année dernière. Cependant, seule celle du géant français OVHcloud a été mise en avant.

Les clients de Microsoft victimes de ses mauvaises pratiques antitrust

La clientèle de Microsoft déplore, à ce titre, l’obligation de payer plus cher pour les mêmes services Microsoft. C’est le cas par exemple dans l’utilisation d’Office ou de Windows lorsque ces derniers sont éxécutés via d’autres plateformes clouds que Microsoft Azure. Cette pratique de l’entreprise cloud s’apparente ainsi à un abus de pouvoir. Il cherche clairement à « saper ses concurrents » qui se trouvent dans d’autres zones géographiques.

Un porte-parole d’Aruba Spa a annoncé que ces méthodes peu scrupuleuses ont été citées dans la plainte d’OVH. Cependant, on retrouve également dans la liste des plaignants Danishy Cloud Community qui est une société de cloud située au Danemark.

L’absence de communication entre fournisseurs de cloud pointée du doigt

Face au cours des événements, Brad Smith, président de Microsoft a fait une déclaration lors d’une interview. Ce problème résulterait, d’après lui, d’un manque de communication directe avec les autres fournisseurs de cloud en Europe. « Je ne pense pas qu’il y ait eu quoi que ce soit de proche du niveau de dialogue que nous devons poursuivre pour résoudre ce problème » ajoute-t-il. Microsoft a, par ailleurs, évoqué une leçon là tirer de cette situation. En tant que société, il est impératif de prioriser la façon dont les collaborations s’effectuent avec ces autres fournisseurs de cloud européens.

Au début de ce mois, Reuters a évoqué l’intérêt des régulateurs de l’Union Européenne sur les activités cloud de Microsoft. L’entreprise a fait l’objet d’une analyse minutieuse, notamment en ce qui concerne ses accords de licence. Cet examen a abouti à une sanction pécuniaire de 1,6 milliard d’euros pour le géant américain. Une amende qui, rappelons-le, est justifiée par l’existence de « diverses violations des règles antitrust au cours de la dernière décennie ».

Selon les dernières nouvelles, des interrogations ont été faites sur les entreprises concurrentes, mais aussi les clients de Microsoft. Ces investigations sur les accords de licence et l’activité cloud ont pris la forme d’un questionnaire. Avec les plaintes déposées par les autres sociétés de cloud, Microsoft a de quoi s’inquiéter.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest