Oracle ouvre un premier Data Center en France, à Marseille

Le prochain data center d’Oracle, une entreprise technologique américaine, sera édifié en France, à Marseille. Cette installation s’inscrit dans la stratégie du géant à se rapprocher de sa clientèle française. Il aspire, en effet, à avancer la transition de cette dernière tant sur le plan écologique que digitale.

Ce projet représente beaucoup pour Oracle. En effet, il s’agit de son tout premier data center en Hexagone. Pour cela, l’entreprise a choisi un site situé dans le sud de la France, à Marseille. Pour le géant américain, la nouvelle infrastructure numérique n’est pas qu’un centre de traitement de données ordinaire. Il s’agit littéralement d’une toute nouvelle région Cloud située en France. Karine Picard, la dirigeante du groupe en France, le souligne durant la publication vidéo du 16 juin dernier.

Selon elle, l’initiative de créer une infrastructure performante et compétitive permettra de répondre aux exigences en termes de sécurité, de disponibilité et de flexibilité des clients. Sachant que de nombreux acteurs Français utilisent les solutions qu’Oracle propose, celui-ci cherche à renforcer ce lien. Cela passe par la fourniture d’une offre cloud aussi bien complète que variée.

La gestion de données, incontournable pour le secteur aérien

Le nouveau data center arrive au bon moment. En effet, la pandémie a encouragé la numérisation de l’économie tout en mettant en évidence l’importance des données dans le processus. C’est une transformation qui, selon Benoît Fremont, directeur commercial d’Oracle, constitue une opportunité pour les filières qui ont peiné à faire face à la crise. A ce titre, les acteurs de l’aéronautique doivent transiter vers des modèles économiques qui leur permettent de gérer ces écarts.

En exploitant le cloud, ces derniers seront capables de « répondre aux défis auxquels ils sont confrontés à travers la gestion de la donnée, l’analyse et la prédiction des comportements clients avec, à la clé, agilité et rapidité ». L’offre d’Oracle repose ainsi sur une capacité de traitement de calcul Haute Performance ou « High Performance Computing ». Cet outil permet d’intervenir dans le processus de production. Des solutions d’analyse sont aussi fournies, au même titre que les bases de données autonomes basées sur les outils IA.

Les promesses de décarbonations d’Oracle

Les solutions technologiques intéressent parce qu’elles réduisent l’impact environnemental des entreprises. Cela passe effectivement par une bonification de l’efficience énergétique de tout le système industriel. Par ailleurs, Oracle est persuadé de l’importance du digital et de la donnée dans l’accélération du cycle d’innovation. Cela vaut pour le secteur aérien, mais également pour les opérations navales et ferroviaires.

D’après Benoît Fremont, « Oracle est le partenaire idéal puisque le groupe, signataire de l’appel Tech For Good du Président Macron, utilise une énergie 100 % renouvelable dans l’intégralité de ses data centers en Europe ». Il projette d’en faire de même dans le monde entier, et ce, avant 2025. On notera aussi que quelques-uns de ses clients ont vu leur empreinte carbone chuter de 93 %. Il a suffi pourtant de migrer leurs programmes informatiques vers le cloud public Oracle.

Pin It on Pinterest