Accueil > Sécurité > Protection des données : Facebook est un  » gangster numérique « 
facebook gangster numérique uk

Protection des données : Facebook est un  » gangster numérique « 

Le Royaume-Uni accuse Facebook d’avoir sciemment et volontairement enfreint les lois sur la protection des données personnelles. Au travers d’un rapport de plus de 100 pages, la firme de Zuckerberg et ses pratiques sont violemment condamnées.

Fin 2018, le Comité du Numérique, de la Culture, des Médias et du Sport du Royaume-Uni obtenait des documents internes à Facebook. Ces documents ont été fournis par le développeur d’applications Six4Three, après que ce dernier ait porté plainte contre la firme de Marc Zuckerberg auprès de la justice californienne.

Après analyse de ces documents, qui comportaient notamment des échanges entre Zuckerberg et les exécutifs de son entreprise, les législateurs britanniques viennent de rendre leur verdict. Selon le comité, le célèbre réseau social a  » volontairement et sciemment  » violé les lois en vigueur sur la protection des données ainsi que celles sur la concurrence.

Protection des données : Facebook accusé d’avoir volontairement enfreint la loi par le Royaume-Uni

facebook données uk

Les documents prouveraient notamment que Facebook avait la volonté  » d’outrepasser  » les paramètres de confidentialité de ses utilisateurs afin de transférer leurs données aux développeurs d’applications. En outre, les documents démontreraient que la firme américaine était en mesure de  » priver  » certains développeurs de données pour les forcer à faire faillite.

Dans son rapport, le comité emploie des termes forts et reproche notamment à Facebook d’agir comme un  » gangster numérique «  qui se considère au-dessus des lois. Il est aussi reproché à Zuckerberg d’avoir refusé, à plusieurs reprises, d’apparaître devant le comité en 2018. Sa structure de management est par ailleurs jugée trop opaque.

En réponse, Facebook refuse d’admettre avoir enfreint les lois. Selon son porte-parole, la firme soutient la législation efficace de la confidentialité et est ouverte à une régulation sensée. En décembre 2018, l’entreprise affirmait déjà que les documents issus du procès avec Six4Three avaient été  » choisis de manière sélective  » et qu’ils ne révélaient  » qu’un côté de l’histoire « . Rappelons toutefois que Facebook a du faire face à de nombreux scandales liés à la collecte de données au fil des derniers mois, notamment lors de la fameuse affaire Cambridge Analytica.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend