Accueil > Analytics > Facebook a vendu vos données, 250 pages de preuves accablantes
facebook vente données preuves

Facebook a vendu vos données, 250 pages de preuves accablantes

Facebook a bel et bien vendu les données des utilisateurs du réseau social à des tiers. C’est ce qu’affirme Damian Collins, président de la DCMSC de la Chambre des Communes britanniques avec 250 pages d’emails internes à l’appui.

Il y a quelques jours, le président de la Commission sur le numérique, la culture et les médias (DCMSC) de la Chambre des Communes, Damian Collins, accusait Facebook d’avoir vendu les données de ses utilisateurs à des tiers dès 2012. Il s’appuyait notamment sur des emails internes saisi auprès de l’entreprise Six4Three.

Toutefois, ces emails n’avaient pas été dévoilés publiquement. Ce 6 décembre 2018, estimant n’avoir ” pas reçu de réponses franches de Facebook sur ces questions importantes “, Damian Collins a tout simplement décidé de lever le voile sur ces 250 pages d’email ” dans l’intérêt du public “.

Facebook a même collecté les données des utilisateurs du VPN Onavo

facebook vente données onavo

Un résumé rédigé par Collins met en lumière plusieurs ” problèmes-clés “. On apprend notamment que Facebook a noué des accords avec plusieurs entreprises afin de leur permettre ” un accès total aux données des amis des utilisateurs ” du réseau social. Pourtant, la firme avait promis de mettre un terme définitif à ces pratiques en 2015.

De même, et peut-être plus grave encore, les emails semblent prouver que Facebook a collecté les données des utilisateurs du service VPN Onavo pour Android à leur insu afin d’étudier la façon dont ils l’utilisent. Sachant qu’un VPN est justement censé garantir la confidentialité des utilisateurs, c’est un véritable coup de poignard dans le dos de la part du géant américain !

Suite à ces révélations, Facebook tente de se justifier et affirme à nouveau n’avoir ” jamais vendu les données des gens “. Selon un porte-parole, les documents publiés ” sont présentés de façon trompeuse et sortis du contexte “. Mark Zuckerberg a publié un billet sur sa propre page Facebook pour essayer de démentir ces accusations. Le chef d’entreprise déclare ainsi avoir bloqué de nombreuses applications et imposer des restrictions aux développeurs. Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend