Accueil > Sécurité > Facebook voulait secrètement vendre vos données à des tiers dès 2012
facebook vente données tiers

Facebook voulait secrètement vendre vos données à des tiers dès 2012

En 2012, Facebook envisageait de vendre les données de ses utilisateurs à des tiers sans leur demander leur avis. C’est ce que révèlent des documents internes saisis par le Parlement du Royaume-Uni.

Depuis ses débuts, Facebook a toujours promis de ne pas vendre les données de ses utilisateurs. Le créateur du réseau social, Mark Zuckerberg, l’a même répété de façon ferme en avril 2018 devant le Congrès américain.

Cependant, l’inverse semble démontré par des documents internes saisis par le Parlement du Royaume-Uni auprès du développeur Six4Three qui a accusé Facebook de pratiques anticoncurrentielles en 2015. Parmi ces documents, des emails révèlent que Facebook envisageait de vendre en secret les données des utilisateurs à des tiers en 2012. Il était aussi prévu de faire payer les annonceurs pour leur permettre d’accéder à encore plus d’informations.

A l’époque, l’entreprise venait d’entrer en Bourse et les analystes doutaient de sa capacité à générer des revenus. La vente des données aurait donc pu faire office de solution au problème. Cependant, un porte-parole a réagi en affirmant que des discussions avaient effectivement eu lieu, mais que le projet avait été rapidement écarté.

Facebook savait très bien que la Russie collectait vos données

facebook russie

En outre, l’entreprise prévoyait aussi éventuellement de permettre à l’application Tinder d’accéder aux données des utilisateurs de Facebook à condition qu’elle lui abandonne le nom de marque ” Moments “. Les deux firmes auraient finalement trouvé un autre terrain d’entente. Les documents de Six4Three dévoilent aussi que Facebook était tout à fait au courant que la Russie collectait les données des utilisateurs du réseau social dès 2014, mais ne l’a pas annoncé.

Ces révélations diverses viennent s’ajouter à la longue liste de scandales dont la firme fait l’objet depuis 2017, de l’affaire Cambridge Analytica à la tentative de Facebook de s’emparer des données bancaires de ses utilisateurs. Il semble de plus en plus évident qu’il existe un fossé entre les promesses et les excuses de Mark Zuckerberg et la réalité d’un service gratuit qui repose sur l’exploitation des données personnelles de ses utilisateurs…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend