Boom des attaques par rançongiciel dans le secteur de l'éducation

Boom des attaques par rançongiciel dans le secteur de l’éducation

Visiblement, les attaques par rançongiciel touche absolument tous les secteurs et celui de l’éducation ne fait pas exception. Un récente étude menée par l’équipe de recherche de Sophos, un société de cybersécurité britannique, révèle une hausse d’au moins 16% des attaques de ransomware ciblant écoles, collèges et universités. 

L’éducation, un des secteurs les moins touchés 

Les conclusions d’une enquête de Sophos, menée auprès de 730 établissements répartis dans 31 pays, révèlent une hausse des attaques par rançongiciel dans le secteur de l’éducation.

Les établissements d’enseignement ont jusqu’ici été relativement épargnés par ces cyberattaques. Néanmoins, en 2022, le secteurs a enregistré un taux d’attaque de ransomware particulièrement élevée estimé à 73% contre une moyenne de 65%  pour le reste des secteurs. 

Dans les détails, près de 56% des établissements de l’enseignement de base ont été touchés contre 64 % des établissements d’enseignement supérieur. Cela correspond à une moyenne de 60% en 2022 contre 44% l’année précédente.

De lourds impacts opérationnels 

Des 5 600 répondants issus de 320 établissements d’enseignement de base (moins de 18 ans) et 410 établissements d’enseignement supérieur, 94% signalent un impact négatif sur leur capacité de fonctionnement.

Par ailleurs, la quasi-totalité des victimes n’ont pu récupérer la totalité de leurs données cryptées. Selon le rapport, seulement 2% des établissements ont pu récupérer l’ensemble des données après le paiement de la rançon. 

Les études ont aussi démontré que le temps de récupération est particulièrement long pour les établissements d’enseignement supérieur. Selon Chester Wisniewski, chercheur principal chez Sophos, le secteur est généralement moins armé contre les cybermenaces, ce qui explique ce taux élevé d’attaque par rançongiciel

Un secteur moins couvert par l’assurance

Boom des attaques par rançongiciel dans le secteur de l'éducation

L’enquête révèle également que le secteur de l’éducation reste le moins couvert par la cyber-assurance. Celle-ci affiche un taux de couverture de 78% contre 83% pour l’ensemble du reste des secteurs. En revanche, pour ceux qui sont assurés, les assurances paient systématiquement les rançons.

Près de quatre établissements sur dix soutiennent qu’il y a moins de compagnies d’assurances disposées à les couvrir. Près de la moitié des répondants révèlent par ailleurs que les assureurs ont augmenté le niveau d’exigence de cyberprotection nécessaire pour pouvoir bénéficier d’une couverture.

Et pourtant, les budgets sont souvent limités. Ce qui empêche les établissements de répondre aux normes requises. Quoi qu’il en soit, au vu de ces chiffres inquiétants, les établissements du secteur de l’éducation n’ont d’autres choix que de renforcer le système de défense et de sécurité.

Protégez-vous des rançongiciels en installant un logiciel de protection performant. Trouvez votre solution parmi notre top des meilleurs antivirus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest