Reconnaissance faciale : Amazon et Microsoft s’allient face aux attaques en justice

Amazon et Microsoft, pourtant rivaux sur le marché du cloud computing, se rallient pour se défendre contre deux poursuites judiciaires mettant en cause la manière dont elles ont construit leur logiciel de reconnaissance faciale.

Microsoft et Amazon poursuivis en Illinois

Steven Vance et Tim Janecyk, deux résidents de l’Illinois, ont ​​téléchargé leurs photos sur Flickr au milieu des années 2000. À leur insu, IBM a inclus leurs visages dans un ensemble de données d’un million d’images, appelé Diversity in Faces. Celui-ci est conçu pour aider à former des algorithmes de reconnaissance faciale, et ce, pour mieux distinguer les personnes de couleur, un des biais de bon nombre de systèmes de reconnaissance faciale. 

Microsoft et Amazon ont tous deux utilisé l’ensemble de données Diversity in Faces pour améliorer la précision de leur logiciel de reconnaissance faciale. Ce faisant, les entreprises ont violé une loi de l’Illinois de 2008, la Biometric Information Privacy Act (BIPA), interdisant aux entreprises de profiter des données biométriques des individus. 

pcloud black friday 2022

Dans leur plainte, Vance et Janecyk qui sollicite le statut de recours collectif, soutiennent cette violation de la loi. Les plaignants ont également déposé une plainte pour enrichissement sans cause contre les entreprises, faisant valoir qu’Amazon et Microsoft n’avaient pas obtenu leur consentement pour utiliser leurs images afin de développer des logiciels.

Amazon et Microsoft, main dans la main

Selon le juge James Robart de Seattle, les plaintes qui ont été déposées dans cette juridiction pourront suivre leur cours, et ce malgré les objections de Microsoft et d’Amazon. Néanmoins, le juge a annulé la plainte relative à la BIPA des plaignants contre Microsoft dont le siège est à Redmond, ne laissant que la demande d’enrichissement sans cause. Microsoft et Amazon ne se sont pas exprimées sur ces allégations.

Il faut savoir que ces mêmes plaignants, à savoir Steven Vance et Tim Janecyk, poursuivent également Google en Californie. Cette affaire a été reportée jusqu’à la conclusion d’une autre affaire BIPA que ces deux personnes ont intentée contre IBM, qui est en phase d’enquête.

Facebook pour sa part a réglé un recours collectif en 2015 contre la BIPA pour 650 millions de dollars le mois dernier. En effet, Snapchat et Shutterfly ont fait l’objet de poursuites similaires.

Amazon dans le viseur des défenseurs des libertés civiles

Le logiciel de reconnaissance faciale d’Amazon, Rekognition, fait l’objet de vives critiques de la part des défenseurs des libertés civiles. Amazon est le plus grand fournisseur de technologie de reconnaissance faciale pour les forces de l’ordre américaines. L’entreprise fournit entre autres les agences d’immigration fédérales et le FBI.

L’été dernier, alors que les manifestations contre l’assassinat de George Floyd par la police ont secoué le pays, Andy Jassy, ​​PDG d’Amazon Web Services, a imposé un moratoire d’un an sur la vente et l’utilisation de Rekognition par les forces de l’ordre

Le président de Microsoft, Brad Smith, s’est également engagé à ne pas vendre le logiciel de reconnaissance faciale de la société à la police tant que la technologie ne sera pas réglementée au niveau fédéral.

Pin It on Pinterest