intelligence artificielle Facebook Meta Reskin

Reskin : la peau synthétique créée par Meta va permettre aux robots d’avoir le sens du toucher

Avec sa technologie de peau synthétique Reskin, Meta veut que les robots aient un sens du toucher aussi développé que les humains.

En collaboration avec l’université Carnegie Mellon, Meta (anciennement Facebook) a annoncé récemment avoir développé Reskin, une peau permettant aux robots de développer le sens du toucher. « Nous avons conçu un capteur tactile haute résolution et travaillé avec l’université Carnegie Mellon pour créer une fine peau de robot », a détaillé son PDG Mark Zuckerberg sur Facebook.

Dans un avenir plus ou moins proche, Reskin pourrait être utilisé par des femmes et des hommes évoluant dans un univers virtuel. C’est d’ailleurs la principale finalité de la recherche menée par Meta et ses partenaires : que les humains puissent ressentir le contact des objets dans le fameux metaverse. Exactement de la même manière que lorsqu’ils sont dans le monde réel, c’est-à-dire celui de leur quotidien.

Reskin « nous rapproche un peu plus des objets virtuels réalistes et des interactions physiques dans le metaverse », a par ailleurs déclaré M. Zuckerberg. S’appuyant sur l’apprentissage automatique et la détection magnétique, ReSkin est conçu pour offrir une solution relativement bon marché, durable et remplaçable pour une utilisation à long terme.

Reskin : Une peau de robot peu coûteuse et durable

Ne disposant pas de composants électroniques, ReSkin est en effet une peau peu coûteuse à produire. 100 unités pourraient être créées avec moins de 6 dollars, selon Meta. Celui-ci affirme aussi qu’il est possible de l’utiliser des milliers de fois sans pour autant le détériorer. Et même en ce cas-là, remplacer une peau usée sera tout « aussi simple que d’enlever et de mettre un pansement ».

Comment fonctionne exactement cette peau artificielle ? ReSkin est un « élastomère » déformable de moins de 3 mm d’épaisseur, composé de particules magnétiques. Lorsqu’elle est déformée, le champ magnétique créé par les particules se modifie. Ces changements sont détectés par des capteurs et les données sont transmises à un logiciel d’intelligence artificielle, qui estime l’emplacement du contact et la force exercée par celui-ci.

Grâce à Reskin, les robots ont pu effectuer des actions complexes, par exemple utiliser une clé pour ouvrir une porte. Ou encore, manipuler des raisins et des myrtilles; cela sans jamais écraser ces fruits pourtant très délicats.

Meta va bientôt rendre publics ses travaux sur la peau synthétique

Les chercheurs de Meta et de la Carnegie Mellon prévoient de publier leur travail dans une revue universitaire. « La conception, la documentation pertinente, le code et les modèles de base » seront ainsi disponibles pour permettre à d’autres chercheurs en intelligence artificielle d’utiliser cette peau.

Meta estime que Reskin va aider ces derniers à créer des modèles d’IA alimentant différentes applications. Selon elle, « ces avancées devraient rendre la perception tactile beaucoup plus accessible et attrayante pour les applications du monde physique ».

En robotique, de tous les sens, celui du toucher reste le plus difficile à reproduire. Saisir des éléments fragiles, comme un raisin, sans les écraser reste une prouesse pour une main robotisée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Pin It on Pinterest