Le Royaume-Uni s’appuie sur des avis pour renforcer sa cybersécurité

Le Royaume-Uni recherche des avis afin de renforcer sa cybersécurité. Il veut, par ailleurs, raffermir la résilience de ses data centers et plate-formes cloud en ligne. L’infrastructure de données devrait, en effet, augmenter ses protections contre les perturbations et les cyber menaces.

Royaume-Uni : les nouvelles protections s’appuient sur des garanties existantes

Le nombre de personnes qui comptent sur les services numériques augmentent de jour en jour. Que ce soit pour passer des appels, envoyer des photos ou des messages, l’infrastructure de données tient une place considérable. Selon des recherches de l’Office for National Statistics, les entreprises ayant acheté les services de cloud a plus que doublé entre 2013 et 2019. Cette statistique ramenant maintenant à plus de la moitié des entreprises s’appuyant sur des plateformes cloud.

L’infrastructure de stockage et de traitement de données du Royaume-Uni traite d’immenses volumes de données. En outre, elle dispose des plateformes cloud qui fournissent des services informatiques partageables à distance via Internet.

La cybersécurité du data center reposerait sur des garanties existantes. Cela inclut les réglementations de 2018 sur les réseaux et les systèmes d’information (NIS). Ces derniers couvrants les services de cloud computing. Le Centre national de cybersécurité et le Centre pour protection des infrastructures nationales actualise régulièrement les directives pour data center.

Royaume-Uni considèrera les avis pour renforcer sa cybersécurité

Dorénavant, Royaume-Uni privilégiera les millions de personnes qui comptent sur les infrastructures de données pour améliorer ses services. A part cela, les propositions serviront aux petites entreprises pour accéder aux services informatiques essentiels. En plus, si le Royaume-Uni dépend davantage des services numériques, la protection de cette infrastructure signifie protéger l’économie. C’est d’ailleurs ce qu’a déclaré la ministre des données Julia Lopez : « Nous avons légiféré pour mieux protéger nos réseaux de télécommunications et les appareils connectés à Internet dans nos maisons contre les cyberattaques et nous cherchons maintenant de nouvelles façons de renforcer la sécurité de notre infrastructure de données pour éviter que des données sensibles ne se retrouvent entre de mauvaises mains ».

Aujourd’hui, Royaume-Uni lance alors un appel à commentaires. Ceci est en vue de comprendre les risques auxquels les services de stockage et de traitement de données font face. Il y incite les opérateurs en data center, les fournisseurs de plateformes cloud, les clients, les fournisseurs de sécurité et d’équipements et les experts en cybersécurité à contribuer. Il veut notamment connaître les mesures que ces derniers prennent pour affronter les vulnérabilités de sécurité et de résilience.

Par ailleurs, l’appel fournira également plus de détails sur les types de clients des entreprises. Cela concerne à la fois celles qui louent, achètent ou exploitent tout élément d’un data center.

C’est ensuite à partir de ces avis obtenus que le DCMS (Département du numérique, de la culture, des médias et des sports) décidera si un soutien ou une gestion gouvernementale supplémentaire serait encore nécessaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest