data center consommation eau enquete

Sécheresse : voici la consommation d’eau révoltante des Data Centers, cachée par les GAFAM

La consommation d’eau des Data Centers est largement supérieure à ce qu’annoncent les GAFAM. Plusieurs dizaines de millions de litres d’eau potable sont consommés pour refroidir les serveurs. En pleine sécheresse, l’enquête menée par un journal local sur Microsoft et Google scandalise les Néerlandais…

Alors qu’une sécheresse sans précédent frappe l’Europe, la crainte d’une pénurie d’eau génère de vives tensions. En France, certains particuliers vont jusqu’à percer les jacuzzis de leurs voisins.

C’est dans ce contexte épineux que les Néerlandais viennent de découvrir la consommation d’eau du Data Center de Microsoft situé au nord des Pays-Bas : 84 millions de litres en 2021.

Or, déjà durant cette année, la chaleur avait causé un grave manque d’eau. En outre, Microsoft et la municipalité de Hollands Kroon avaient assuré que le complexe de Middenmeer n’aurait besoin que de 12 à 20 millions de litres d’eau par an.

C’est le journal local Noordhollands Dagblad qui a découvert des chiffres tenus secrets. Selon les documents percés à jour, ce site sur lequel Microsoft gère de multiples Data Centers a utilisé 84 millions de litres. En outre, Google détient aussi de larges Data Centers dans la même zone et utilise la même technologie de refroidissement…

Pire encore : les statistiques suggèrent que la consommation de cette année sera largement supérieure… alors même que les Pays-Bas sont officiellement en état de sécheresse.

Malgré l’opposition des agriculteurs de Middenmeer, la municipalité de Hollands-Kroon a approuvé le nouveau projet de Data Centers de Microsoft début 2021. C’est ce qui a permis à la firme d’ouvrir de nouveaux complexes à côté de celui déjà existant. La province de Noord-Holland a tenté de s’opposer à cette décision, mais la mairie de Hollands-Kroon a soutenu Microsoft jusqu’au bout.

Autre motif de controverse : les Data Centers de Microsoft et Google sont situés à Wieringermeer. Cette petite étendue de terre est protégée des inondations par des digues, et les Data Centers impliquent la construction de nouvelles digues.

Peu de temps avant que les véritables chiffres de consommation d’eau des Data Centers soient dévoilés, le conseil de Hollands-Kroon semblait avoir soudainement changé d’avis. En juin 2022, le conseil avait appelé à faire une pause dans la construction de Data Centers dans cette zone…

Actuellement, la construction de Data Centers hyperscale est d’ailleurs bannie pour neuf mois sur l’ensemble des Pays-Bas. Seules deux zones font exception, dont Hollands-Kroon.

En parallèle, la construction d’un Data Center par Facebook à Zeewolde avait été autorisée malgré l’interdiction. Elle a toutefois été annulée suite aux manifestations locales.

La canicule rend la clim’ trop chaude pour les Data Centers

En temps normal, comme la plupart des larges Data Centers, les complexes de Microsoft utilisent l’air extérieur pour le refroidissement des serveurs.

Toutefois, quand la température de l’air devient trop chaude, le refroidissement hydraulique fait office d’alternative. Dès que la température extérieure dépasse 25 degrés, l’eau prend le relais sur l’air.

Selon le journal Dagblad, Microsoft et la municipalité ont préféré annoncer les estimations basses pour la consommation d’eau en évoquant 12 à 20 millions de litres.

Toutefois, les chiffres ajustés sur les documents de la municipalité confirment que Microsoft a utilisé 75 millions de litres d’eau pour refroidir ses Data Centers et 9 millions de litres supplémentaires pour d’autres cas d’usage.

Le site web du gouvernement révèle aussi que tous les Data Centers de North Holland, y compris les complexes de Microsoft et Google à Wieringiermeer et tous les Data Centers à Amsterdam et Haarlemmermeer, ont utilisé un total de 550 millions de litres d’eau potable.

Ce volume impressionnant représente 0,5% de l’approvisionnement total d’eau potable annuel de la région élevé à 112 milliards de litres. La consommation a augmenté en 2021 suite à la construction de nouveaux Data Centers sur le site, et il est clair qu’elle sera largement plus élevée en 2022.

Les nouveaux complexes ont fonctionné tout au long de l’année, et les températures caniculaires ont largement dépassé celles de 2021. Par conséquent, le refroidissement hydraulique a été beaucoup plus exploité dans les Data Centers.

En 2021, la limite des 25 degrés n’a été dépassée que pendant six jours selon les données météorologiques. Or, les températures à Middenmeer ont déjà dépassé les 26 degrés plus de six jours rien qu’au cours des deux dernières semaines

Royaume-Uni : la compagnie des eaux britannique enquête sur les Data Centers

Alors que plusieurs régions du Royaume-Uni sont frappées par la sécheresse, la plus grande compagnie des eaux britannique a décidé d’enquêter sur la consommation d’eau des Data Centers.

L’entreprise Thames Water distribue l’eau potable dans plusieurs parties de Londres et de la vallée de la Tamise. Elle annonce avoir commencé un « exercice ciblé » visant à comprendre combien d’eau est utilisée par les Data Centers.

En effet, les centres de données sont de plus en plus nombreux à Londres et le long du couloir de l’autoroute M4. De nombreuses entreprises de technologie ont élu domicile dans ce secteur.

Selon le Strategic Development Manager de Thames Water, John Hernon, l’entreprise veut travailler avec les opérateurs de Data Centers pour réduire leur consommation d’eau et s’assurer qu’il y ait suffisamment d’eau pour tout le monde.

Il explique que « nous travaillons déjà en étroite collaboration avec les consultants prévoyant de nouveaux Data Centers dans la région de Slough. Nos conseils ont déjà résulté sur une réduction importante du volume d’eau requis par ces nouveaux centres grâce à nos recommandations de stockage additionnel et de procédures de refroidissement ».

En réalité, le système de refroidissement hydraulique n’a pas besoin d’utiliser l’eau potable de consommation en provenance des tuyaux de Thames Water. Selon John Hernon, le but de l’enquête est de vérifier « comment l’eau non-potable peut être utilisée et réutilisée ».

C’est la raison pour laquelle Thames Water veut collaborer avec les opérateurs de Data Center le plus tôt possible pour pouvoir influencer dès le départ leurs décisions sur des processus importants nécessitant de l’eau. La compagnie compte aussi travailler avec les commerçants.

L’eau de pluie en guise d’alternative ?

Les révélations révoltantes de Noordhollands Dagblad sur la consommation d’eau des Data Center de Middenmeer remettent en question l’usage et le fonctionnement actuels des Data Centers. Il est urgent de trouver une solution pour limiter l’impact écologique des fermes de serveur… ou de restreindre notre consommation de données effrénée.

Pour le futur, Microsoft propose de collecter l’eau de pluie pour refroidir ses Data Centers dans la zone. La firme estime que cette stratégie pourrait lui conférer le statut de fournisseur plutôt que d’utilisateur.

Toutefois, il ne s’agit pour l’heure que d’une proposition sans essais prévus à ce jour. Quoi qu’il en soit, Microsoft et Google ont promis de produire plus d’eau qu’ils n’en consomment d’ici 2030.

En juillet 2022, un groupe d’entreprises du secteur des Data Centers a proposé à la Commission européenne de minimiser l’utilisation d’eau. Le Climate Neutral Datacenter Pact propose de fixer une limite de 0,4 litre d’eau par kilowatt-heure de puissance de calcul déployée d’ici 2040. Les complexes respectant cette limite compteraient parmi les plus efficaces en consommation d’eau à l’échelle mondiale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest