Seulement 33% des Français affirment avoir partagé leurs données biométriques

GetApp, une importante marketplace d’applications pour entreprises,  a mené un sondage auprès des Français sur le partage et le traitement des données géométriques. Seulement 33% des Français affirment les avoir partagé avec une entreprise privée. 

Données biométriques : un concept encore peu assimilé ? 

GetApp a mené ce sondage auprès de 1 009 Français. L’étude a révélé que seulement 33% des répondants affirment avoir déjà partagé leurs données biométriques avec une entreprise privée. Interrogés sur le contexte dans lequel ils ont eu à le faire (sans compter le déverrouillage d’appareil), ils évoquent entre autres les opérations de paiement en ligne ou encore l’activation d’un assistant vocal.

D’un autre côté, plus de la moitié des répondants (58% des personnes interrogées), estiment n’avoir jamais partagé leurs données biométriques. Les 10% restants pour leur part déclarent ne pas savoir si oui ou non ils ont déjà partagé des données de cette nature. Cela soulève une hypothèse : le concept de données biométrique n’est pas encore complètement assimilé par les Français.

Beaucoup de réserve par rapport au traitement des données biométrique

Les Français émettent également beaucoup de réserve par rapport au traitement de ces données biométriques. Et pourtant, cette technologie est déjà largement utilisée, ne serait-ce que par rapport à l’obtention d’un passeport biométrique. Ce document suppose le traitement de l’empreinte digitale du titulaire pour constituer une base de données à des fins de vérification, d’identification, etc. Les entreprises qui mettent en place un système d’accès biométrique procèdent aussi à des traitements similaires.

Cette étude menée par GetApp souligne que les Français sont très méfiants par rapport au traitement des données biométriques. Le degré de totale confiance n’excède par 20% , un taux accordé aux entreprises. 48% des répondants pour leur part n’accordent aucune confiance à Facebook. D’ailleurs, d’une manière générale, on porte ce regard circonspect sur les GAFAM (les géants du web).  

Partage de données biométriques et crainte

Les données biométriques désignent toutes les caractéristiques physiques propres à un individu permettant son identification. L’empreinte digitale reste la donnée biométrique la plus connue et jusque-là la plus utilisée, mais les autres tendent également à se démocratiser avec le passage du monde au numérique. La voix (pour la reconnaissance vocale), le visage (reconnaissance faciale), l’iris (reconnaissance oculaire), la main (pour la mesure de sa géométrie) ou encore l’ADN sont autant de données biométriques. 

Ces données assurent certes une meilleure sécurité, mais paradoxalement, elles peuvent être dangereuses en cas de vol. Les empreintes digitales par exemple peuvent être récupérées par des personnes mal intentionnées dans un lieu public, pois dupliquées. Il a également été prouvé que des hackers utilisent une simple photo pour tromper la reconnaissance faciale. Et contrairement aux mots de passe, les données biométriques sont immuables. C’est là le principal danger en cas de piratage. Et la crainte des utilisateurs concernant justement ces vols de données. Concrètement, 63% des répondants se préoccupent des risques de vol d’identité.