TikTok dans le viseur des assos de consommateurs pour exploitation des données

En Europe, TikTok fait face à une nouvelle série de plaintes. Plusieurs associations de protection des consommateurs ont déposé plainte contre le géant des réseaux sociaux, accusé d’exploitation sur les droits et les données des utilisateurs qui sont souvent mineurs.

Des clauses abusives

Le Bureau européen des unions de consommateurs (BEUC)  a déposé une plainte auprès de la Commission européenne contre Tik Tok. Ces associations exhortent la Commission à enquêter sur le géant des médias sociaux. Les plaintes dénoncent des clauses abusives et les contenus auxquels les enfants sont exposés sur la plateforme. 

Le BEUC dénonce également le manque de transparence sur le traitement des données et la politique  de confidentialité. Les détails des violations présumées sont exposés dans deux rapports associés aux plaintes. L’un couvre les problèmes liés à l’approche de TikTok en matière de protection des consommateurs. L’autre est axé sur la protection des données et la confidentialité.

La sécurité des enfants

Par rapport à la protection des enfants, les associations accusent TikTok de ne pas avoir protégé les enfants et les adolescents de la publicité cachée et des contenus potentiellement dangereux sur sa plateforme. Elles soulèvent également le manque de diligence de Tik Tok lorsqu’il s’agit de protéger les enfants contre les contenus inappropriés comme les vidéos montrant des contenus parfois très suggestifs.

Dans leur rapport, les plaignants attirent également l’attention le processus de vérification de l’âge. Ce dernier se limite en effet à l’auto-déclaration soulignée par une note des conditions d’utilisation annonçant que le service est réservé aux enfants de plus de 13 ans. Une étude intégrée dans le rapport suggère pourtant qu’une très grande partie des utilisateurs de la plateforme ont moins de 13 ans.

Exploitation des données et des transactions virtuelles

Les plaintes soulèvent également les conditions d’utilisation abusives. Le BEUC note par exemple que les CGU de TikTok lui confèrent un « droit irrévocable d’utiliser, de distribuer et de reproduire les vidéos publiées par les utilisateurs, sans rémunération ». Le droit des consommateurs ne serait pas non plus respecté dans le cadre de l’usage de la monnaie virtuelle de Tik Tok. 

TikTok permet aux utilisateurs d’acheter des pièces numériques qu’ils peuvent utiliser pour acheter des cadeaux virtuels pour d’autres utilisateurs. Là encore, certaines clauses des conditions d’utilisation sont jugées abusives, comme le fait que Tik Tok revendique un « droit absolu », celui  de modifier le taux de change des monnaies et les cadeaux.

Confidentialité et respect de la vie privée

La plainte relève le manque de transparence en ce qui concerne les données personnelles collectées et leur utilisation. Cela constitue une entorse au règlement général européen sur la protection des données (RGPD). Le rapport mentionne également l’absence de toute option de retrait des données personnelles traitées à des fins publicitaires.

Le manque de consentement explicite pour le traitement des données personnelles sensibles est aussi pointé du doigt. Tik Tok pour sa part affirme être ouvert à toutes solutions permettant d’améliorer la sécurité des utilisateurs et notamment des plus jeunes. La société aurait d’ailleurs contacté le BEUC pour engager un pourparler.