tinder russie données

Tinder sommé de fournir les données personnelles par la Russie

Tinder va désormais devoir fournir les données personnelles de ses utilisateurs aux autorités russes qui souhaitent renforcer leur contrôle de l’activité web. Si l’entreprise s’y refuse, elle risque d’être bannie du territoire…

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

Au fil des dernières années, la Russie a pris de nombreuses mesures pour renforcer son contrôle sur l’activité en ligne des citoyens russes. L’une de ces mesures concerne les entreprises du web. Celles-ci sont désormais contraintes de stocker les données personnelles de leurs utilisateurs pendant six mois, et de les fournir immédiatement en cas de demande des autorités ou des services de renseignement comme le FSB.

Ce lundi 3 juin 2019, le régulateur russe des communications annonce que Tinder est désormais sur la liste des 175 sites web et applications contraintes de coopérer avec le FSB. La firme devra donc impérativement fournir les données de ses utilisateurs en cas de demande des autorités.

Tinder devra fournir les messages textuels, audio et vidéo de ses utilisateurs

Dans le détail, les applications placées sur la liste ” organizers of information dissemination (ORI) ” devront fournir ” les correspondances, les messages audio et vidéo et tout autre matériel utilisateur “. Cette liste est mandatée par la loi fédérale 149-03, qui vise principalement à éliminer le matériel extrémiste en ligne.

Compte tenu du caractère ” intime ” des échanges pouvant avoir lieu sur une application comme Tinder, il est peu probable que les utilisateurs soient ravis à l’idée que les autorités aient accès à tous leurs échanges… pour l’heure, Tinder ne s’est pas encore exprimé à ce sujet.

Black Friday : -75% sur le stockage à vie 500Go et 2To chez pCloud 🤑

En 2018, les autorités ont fait le choix de bannir l’application de messagerie Telegram après qu’elle ait refusé d’obtempérer. Si Tinder refuse de fournir ses données, la célèbre application de dating data-driven risque à son tour d’être bannie de ce marché qui représente tout de même près de 100 millions d’internautes (sur une population de 144,5 millions d’habitants).