transformation cata center

Les différentes étapes de transformation d’un data center

Compte tenu de l’évolution technologique dans le monde, les centres de traitement de données sont aussi amenés à se moderniser. Afin d’accélérer leur transformation, il est important qu’un data center puisse effectivement transiter vers des stratégies multi-cloud. La réussite de cette migration, elle, repose sur six étapes clé.

La transformation d’un data center, c’est quoi ?

La transformation d’un data center est un procédé selon lequel on modifie l’infrastructure informatique d’une entreprise. Cette initiative a pour objectif d’optimiser la performance ainsi que la productivité de celle-ci. De nombreuses actions peuvent être entamées dans cette optique. Cela inclut par exemple l’amélioration de l’agilité via la migration du centre de données.

Le cloud computing, un incontournable dans la transformation du data center

Entamer une transformation d’un centre de traitement de données entraîne l’adoption du cloud computing. Cela implique également de virtualiser le data center en question. En effet, si ce dernier n’est pas taillé pour recevoir les fonctionnalités du cloud, il doit être modernisé.

Des éléments de l’infrastructure physique peuvent alors être substitués par des équipements virtuels. C’est le cas par exemple des plateformes de cloud computing. Ces dernières sont utilisées par les entreprises en vue d’accélérer l’approvisionnement en services informatisés.

Les nouveaux data centers sont aptes à bonifier la performance des bases de données. Ils permettent, par la même occasion, de ravitailler les projets Big Data tout en profitant des avantages fournis par le cloud computing.

En quoi est-ce utile pour les entreprises ?

Grâce à cette modernisation, les entreprises peuvent désormais aspirer à répondre aux attentes des consommateurs les plus exigeants. A ce titre, leurs clients bénéficieront d’un accès continu à des services personnalisés. Ces structures pourront, par ailleurs, adhérer au développement agile, et ce, dans le but d’être encore plus focalisé sur le client pour finalement défier la concurrence.

Dans la transformation du data center, l’IaaS constitue un point clé, au même titre que le cloud computing. Cette technologie garantit la rapidité de l’accès aux ressources fournies. En plus d’écarter tout risque d’interruption, elle permet de mettre en place les méthodologies DevOps.

Bref, l’ère du numérique dans laquelle l’on vit impose à tous les acteurs économiques une transformation au niveau des micro-services, services cloud et autres clusters. Sans se conformer à ces nouvelles exigences, il sera difficile d’être compétitif sur un marché.

Les six étapes clés d’une transformation du datacenter réussie

Bien que les prestataires proposent la migration d’un datacenter parmi leurs services, dans la pratique, cela ne suffit pas. En effet, ce projet requiert la participation d’une équipe informatique interne du client. Or, majoritairement, ces agents manquent de compétences pour faire face à de telles interventions.

Pour être efficace, il est essentiel de considérer, de part et d’autre, les différentes pratiques utilisées pour la transformation informatique. L’idée est que cette combinaison puisse aboutir à une méthodologie globale traduite en six étapes. Celle-ci sera ensuite exploitée dans le déploiement d’une feuille de route adaptée au data center dit « futuriste ».

L’approche « peinture par numéros »

Cette approche requiert des capacités en matière de planification stratégique. Cela concerne les activités, les dangers encourus, le volet technologique ainsi que le data center en lui-même. En adoptant le concept de « peinture par numéros », l’on morcelle les programmes majeurs du centre de traitement de données. Ce dépeçage a un gros avantage dans la mesure où il permet, tout le long du processus, d’axer sa concentration au niveau des détails. Les prestataires se baseront ainsi sur une aptitude : celle de faire concorder des composants de profil appropriés. Cette synchro permettra d’obtenir des data centers carrés, prévisibles et intégrés au fil du temps.

La compréhension du facteur risque

Cette deuxième phase nécessite de repérer les tolérances au risque qui émanent de chaque « stake-holding group driver ». C’est une manière de tâter le terrain et de le préparer. L’objectif étant que les data centers soient ordonnés, établis et administrés sur une longue période.

Zoom sur le type de data center

Chaque type de data center, suivi de leurs avantages respectifs doivent passer par une sérieuse expertise. Ceux-ci vont effectivement peser sur les efforts de planification stratégique édifiés par la société. Parmi les attributs du centre de traitement de données, l’on distingue la connaissance puis l’extension des conditions de disponibilité et de crédibilité envers les architectures et infrastructures informatiques.

Cette compréhension des interactions que existent entre technologie, infrastructures et installations est primordiale en matière de tolérance aux risques, de fiabilité et de mise à disposition. Cela participe au développement d’un data center de bonne taille et surtout synchronisée avec des modèles fonctionnels en particulier.

Le type d’expert à choisir

L’entreprise qui vise la transformation de ses data centers a la responsabilité d’approuver les compétences de son fournisseur. En effet, celui-ci devra avoir de l’expérience, mais aussi un haut niveau dans le domaine de la rationalisation. Il devra ensuite anticiper les incidences relatives aux différents risques. Pour finir, le prestataire sera amené à émettre des décisions sur le plan technologique. Ces dernières auront de graves conséquences sur les options d’approvisionnement des data centers futurs.

Des projections sur le modèle

En ce sens, l’on aura à valider tous les outils utilisés dans le processus de modélisation, et ce, quelle que soit leur provenance. Ces équipements peuvent provenir de l’industrie. Néanmoins, il se peut également qu’ils soient destinés à solutionner des besoins d’espace, à ravitailler ou à refroidir le data center sur un intervalle de 5 ou de 10 ans. Cette cinquième étape admet un plus haut niveau de prévisibilité, d’agilité et d’administrabilité au fur et à mesure que le temps passe.

Savoir appréhender les chiffres

Une connaissance poussée sur l’analyse du retour sur investissement et sur la modélisation des coûts sera nécessaire pour l’infrastructure logicielle du data center. Aussi, chaque paramètre, à savoir les risques ou encore les décisions commerciales, tout a un coût.

L’entreprise doit certifier que son consultant dispose des capacités et des outils complets pour permettre une modélisation exacte et fiable des coûts. Afin qu’ultérieurement, ces capacités s’améliorent, il reste capital de comprendre l’enjeu de ces optimisations.

Pin It on Pinterest