L’Union européenne veut interdire le Cloud Computing à la Russie

L’Union européenne se prépare à alourdir les sanctions à l’encontre de la Russie. Il sera très prochainement interdit de fournir des services cloud au pays russe. 

L’Union Européenne interdit la fourniture de cloud computing en Russie

Face à la récente invasion de l’Ukraine par la Russie, l’Union Européenne ne reste pas de marbre. Et le 8 juin dernier, à Reuters, Bruxelles, l’UE décide de se pencher sur la question de nouvelles sanctions incluant la possibilité d’interdire la fourniture de services cloud à la Russie.

La prise de décision définitive semble complexe, en effet, les conséquences sont jusqu’à présent imprévisibles. Étant donné que les fournisseurs de cloud en Europe sont en grande partie Amazon, Google et Microsoft.

Une pénalité supplémentaire pour la Russie

Déjà, il y a une semaine, la Russie et la Biélorussie ont fait l’objet de sanctions générales. Celles-ci comprenaient un embargo pétrolier, des pressions et prohibitions envers les actions bancaires russe et une interdiction de consultance vis-à-vis de Moscou.

Le 3 juin, un communiqué de presse publiait une première transcription écrite de l’ensemble de ces sanctions. Cependant, dans ce même document, les punitions relatives à la fourniture de services cloud avaient été effacées. La raison était que cette dernière sanction ne correspondait pas aux législations officielles du Journal officiel de l’UE.

Une sanction qui entraîne une discussion au sein de l’UE

D’autre part, un porte-parole du Conseil de l’UE avait jugé cette décision de sanction comme une « erreur matérielle ». Les débats réels des États de l’Union Européenne autour de la question restent imprécis. Un autre membre de l’UE avait avancé une autre position. Selon cette dernière, aucun point abordé lors des débats ne faisait mention de cette sanction. Cette décision est jusqu’à présent jugée techniquement trop complexe pour être définitivement prise.

Mykhailo Podolyak, le conseiller du président de l’Ukraine, s’exprime sur sa confusion par rapport aux sanctions prises par l’Union Européenne : «Non seulement, la communication de presse est ambigüe, mais elle semble également virer vers un assouplissement des sanctions. Ce n’est pas ce qu’il faut envisager, nous nous attendons à des alourdissements de sanctions et non à des diminutions. »

Notons que cette invasion de l’Ukraine par la Russie a entraîné de nombreuses perturbations géopolitiques. En février 2022, on avait suspecté la Russie de provoquer une panne Internet en Europe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest