ursula von der pfizer

Le NYT porte plainte contre « Ursula von Pfizer » : les SMS cachés enfin dévoilés ?

Le célèbre journal américain New York Times porte plainte contre la Commission européenne, suite au refus de la présidente Ursula von der Leyen de dévoiler ses négociations d’achat de vaccin par SMS avec Albert Bourla, le CEO de Pifzer.

C’est l’un des nombreux scandales autour de la gestion de la crise Covid-19 dans l’Union européenne. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, avait refusé de dévoiler ses échanges par SMS avec Albert Bourla le CEO de Pfizer au sujet de l’achat de 1,8 milliard de doses de vaccin.

Ces négociations avaient eu lieu en pleine crise du Covid, alors que le principal fournisseur de l’UE AstraZeneca rencontrait des difficultés à fabriquer ses vaccins et à convaincre le public que le produit était fiable.

La Commission s’était alors tournée vers Pfizer pour commander 900 millions de doses avec une option pour en acheter 900 millions supplémentaires. Il s’agit du plus large contrat signé par l’UE pendant la pandémie, pour un total de 35 milliards d’euros. Pourtant, les échanges ont été tenus dans le plus grand des secrets.

Cette sombre affaire avait été mise en lumière dès le mois d’avril 2021 par le New York Times. À présent, le prestigieux journal américain vient de porter plainte contre la Commission européenne le 25 janvier 2023. Cette plainte est désormais visible sur le registre public de la Cour de Justice de l’Union européenne depuis le 13 février.

La décision du NYT de porter le dossier en justice fait suite à une demande d’accès aux messages de la part du journaliste Alexander Fanta du site web netzpolitik.org. En réponse, la Commission européenne lui avait répondu qu’elle n’avait « pas identifié » les SMS et ne pouvait plus les trouver.

Une absence totale de transparence

Dès lors, cette déclaration avait poussé la médiatrice européenne Emily O’Reilly à déposer plainte en janvier 2022. Elle avait exigé que l’UE mène « une recherche plus approfondie des messages pertinents ». Selon sa propre enquête, la Commission n’a même pas pris la peine de demander explicitement au bureau personnel de la Présidente de chercher ces SMS.

La Vice-présidente de la Commission européenne chargée des Valeurs et de la Transparence, Věra Jourová, avait alors déclaré que la recherche de ces échanges textuels entre Ursula von der Leyen et Bourla n’avait « donné aucun résultat ». D’après elle, les textos ont pu être supprimés à cause de leur « nature éphémère ».

Par la suite, en juillet 2022, la médiatrice a sévèrement critiqué la Commission. Elle a affirmé que ce manque de volonté pour tracer les SMS devait faire office de signal d’alarme.

À l’époque, elle avait ajouté que « la gestion de cet accès au document donne la regrettable impression qu’une institution de l’UE n’est pas préoccupée par des problèmes d’intérêt public ».

Quelques mois plus tard, le 26 octobre 2022, la vice-présidente de la Commission européenne, Margaritis Schinas, avait rétorqué que « personne ne peut négocier la complexité de ces contrats, par SMS ou autre. Il s’agit d’une procédure très structurée entre les états membres et la Commission ».

La vérité bientôt dévoilée grâce au New York Times ?

Une conclusion qui n’a clairement pas satisfait le New York Times, qui souhaite à présent traîner la Commission devant les tribunaux. Le média estime que l’institution est légalement obligée de dévoiler ces messages, pouvant contenir des informations importantes sur les accords d’achat de milliards de doses de vaccin.

Auparavant, le quotidien allemand Bild avait également déposé plusieurs plaintes en réclamant la divulgation des documents liés aux négociations d’achat des vaccins Covid-19 fabriqués par Pfizer et AstraZeneca.

Bien que plusieurs de ces pétitions aient été balayées d’un revers de manche par les tribunaux, Bild est parvenu à obtenir plusieurs documents liés à ces échanges. Notamment des correspondances par email débutant en juin 2020, n’ayant toutefois révélé aucune information sur les communications entre Bourla et von Der Leyen.

Pour l’heure, le New York Times refuse de commenter ce dépôt de plainte et la Commission européenne ne s’est pas encore exprimée sur le sujet…

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *