cloud computing aws google microsoft russie

Amazon, Microsoft et Google suppriment leur Cloud en Russie

Les principaux leaders du Cloud Computing ont décidé de se retirer de Russie. Amazon, Microsoft, Google et IBM annoncent cesser de vendre leurs services dans le pays de Poutine.

En réaction à l’invasion de l’Ukraine, l’Occident s’est lancé dans une guerre économique contre la Russie. L’objectif affiché est d’isoler le pays de Vladimir Poutine et de provoquer son effondrement économique, comme l’évoquait notre ministre des finances Bruno Le Maire avant de revenir sur ses propos jugés inappropriés.

Parallèlement aux sanctions économiques prononcées par les gouvernements de l’OTAN, les grandes entreprises multinationales du secteur privé se retirent de Russie. Après Visa, McDonald’s, Disney, Coca-Cola, Apple ou encore PayPal, c’est au tour des géants du Cloud Computing d’annoncer l’arrêt de leurs ventes dans le pays.

Dès le 4 mars 2022, Amazon Web Services a annoncé sur son blog ne pas avoir de Data Center en Russie et ne pas faire affaire avec le gouvernement russe. La firme de Jeff Bezos précisait que les données des clients russes sont hébergées hors de Russie, mais ne s’engageait pas à suspendre ses ventes. Le 8 mars, l’entreprise a finalement mis à jour sa publication pour indiquer avoir cessé toute nouvelle inscription à AWS en Russie et Biélorussie.

De même, le 4 mars, Brad Smith de Microsoft a annoncé sur son blog la suspension des ventes de tous les produits et services en Russie. Ceci inclut les services du cloud Azure, mais aussi l’OS Windows ou encore les consoles Xbox.

Aucun billet de blog n’a été publié par Google, mais la firme a diffusé un communiqué pour confirmer qu’elle n’accepte plus de client russe pour le moment. Les trois leaders du marché du Cloud Computing ont donc pris la décision de couper les liens avec la Russie.

Une position similaire a été adoptée par IBM. Le 7 mars, le CEO Arvind Krishna a annoncé sur son blog que les ventes sont suspendues en Russie.

Cloudflare choisit de rester en Russie pour lutter contre la censure et la désinformation

En revanche, Cloudflare a préféré continuer à préserver internet en Russie malgré les appels à désactiver son service. Rappelons que cette entreprise ne propose pas d’infrastructure cloud, mais offre un accès sécurisé à internet via des centaines de Data Centers autour du monde.

Après s’être entretenu avec des experts de gouvernements et du secteur privé, la firme a conclu que «  la Russie a besoin de plus d’accès internet, pas moins « . Il peut en effet s’agir d’une manière de lutter contre la censure des citoyens opposés à la guerre et contre la propagande et la désinformation du gouvernement Poutine.

Selon un rapport publié par IDC cette semaine, l’impact économique sera minime pour les fournisseurs de Cloud décidant de quitter la Russie. Les analystes s’attendent à une forte baisse des dépenses dans le Cloud en Russie et en Ukraine, mais ces deux pays ne représentent que 5,5% des dépenses Cloud en Europe et 1% à l’échelle mondiale.

Néanmoins, cette décision des fournisseurs démontre qu’il peut être risqué de s’en remettre au Cloud. Même si vous avez souscrit à une offre à vie, vous pourriez perdre tous vos fichiers et données stockés sur le nuage si un événement politique futur amenait votre vendeur à boycotter la France. Une raison de plus pour choisir un fournisseur de cloud français !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest