Cybersécurité : l’Australie donne des cours dès l’école maternelle

L’Australie pourrait devenir l’un des premiers pays à intégrer la cybersécurité à l’enseignement, et ce dès la maternelle. 

Informer de tous les dangers du cyberespace

Les enfants d’aujourd’hui sont des natifs du numérique, mais ne sont pas pour autant au fait de tous les dangers du cyberespace. L’Australie souhaite les sensibiliser sur le sujet dès le plus jeune âge, au moment où ils sont conscients de l’utilité des iPad et des smartphones, et qu’ils intègrent Instagram et TikTok à leur quotidien.

S’ils sont conscients de ce besoin, ils ne sont pas nécessairement informés des applications dangereuses, de la confidentialité des données ou du fait que l’ouverture d’une pièce jointe à un e-mail d’un émetteur inconnu peut aussi être dangereuse pour les données et l’appareil. Jusqu’ici, tout ceci n’est absolument pas une priorité dans l’éducation de la petite enfance, et ce, malgré la volonté de nombreux pays.

Éducation et cybersécurité : l’Australie en pionnier ?

L’Australie pourrait très bien être l’un des premiers à instaurer de façon concrète la cybersécurité dans l’éducation. Le pays est en cours de révision de son programme national, et le projet le plus récent comprend une section qui promet d’enseigner aux enfants âgés de 5 à 16 ans une variété de sujets liés à la sécurité numérique, aux données et à la vie privée.

Ce programme adopterait une approche régulière et graduelle de l’enseignement, introduisant différents concepts à différents âges. Il n’est pas encore certain que cette matière intégrera la version finale du programme d’études de l’Australie. Mais au moins, le pays l’évoque comme une possibilité et que les parties prenantes sont déjà en pourparlers. 

Australie : l’enseignement de la cybersécurité chez les tout-petits

Lorsque les enfants entrent pour la première fois dans les écoles publiques à l’âge de 5 ans, on leur apprend entre autres à  ne pas partager des données personnelles comme la date de naissance ou les noms complets avec des inconnus. On souligne également qu’il faut toujours consulter parents ou tuteurs avant de saisir des de telles informations en ligne.

Plus tard, à l’âge de six ans, les enfants apprendront parmi d’autres sujets comment  utiliser les noms d’utilisateur et les mots de passe. On leur enseignera également comment dévier les pièges  des liens contextuels vers la compétition.

Cas des plus grands 

Lorsque les enfants atteindront la troisième ou la quatrième année, ils recevront des leçons plus pointues sur l’utilisation des données et la confidentialité. Les enseignements porteront entre autres sur comment identifier les données personnelles qui peuvent être stockées par les services en ligne, et comment cela peut révéler leur position géographique ou leur identité.

Les enseignants discuteront également de l’utilisation des pseudonymes et de leur importance pour jouer à des jeux en ligne par exemple. Des compétences en éducation aux médias, censées aider les enfants à déchiffrer la différence entre les informations factuelles et la désinformation, feraient également partie du programme.