Accueil > Analytics > Le Big Data a permis de créer la 1ère carte de végétation du monde
big data carte végétation

Le Big Data a permis de créer la 1ère carte de végétation du monde

L’intelligence artificielle et les analyses Big Data ont permis de créer la première carte de la végétation de la planète Terre. Une précieuse ressource qui va permettre aux scientifiques de mieux comprendre la biodiversité de notre planète, de déterminer quels sont les meilleurs endroits pour l’agriculture, et quelles sont les zones les plus touchées par le réchauffement climatique.

Afin de créer la première carte de la végétation mondiale, les chercheurs de l’Université de Valence, Espagne, ont rassemblé des données d’observation satellite mises à disposition par Google. Les chercheurs ont ensuite utilisé un programme d’intelligence artificielle spécialement développé pour l’occasion afin d’analyser ces données et produire des cartes avec un code couleur.

Les satellites ont rassemblé des observations spatiales et temporelles, et c’est ce qui a permis de produire une série de cartes qui mettent en lumière différents paramètres biophysiques. Auparavant, comme l’explique le chercheur Álvaro Moreno , il était impossible de produire de telles cartes parce que les outils de statistiques de Machine Learning et les données utilisés n’étaient pas à disposition.

Le Big Data et l’IA vont permettre de déterminer quelles sont les zones les plus propices à l’agriculture

carte végétation

Ces cartes visent à déterminer quelles sont les zones de la planète les plus adaptées à l’agriculture, et quelles sont les zones où les conditions environnementales changent en réaction aux changements climatiques. Elles permettent notamment de mettre en lumière la quantité de phosphore et de nitrogène dans les sols.

Or, aux côtés de l’oxygène, du carbone et du soufre, il s’agit des principaux éléments chimiques incorporés dans les systèmes vivants. Ils permettent de déterminer si une zone est propice ou non à l’agriculture, car les plantes requièrent une grande quantité de nitrogène et de phosphore que l’on retrouve dans le sol sous forme de nitrates et de phosphates. Ces cartes permettent aussi de vérifier l’efficacité avec laquelle l’eau est utilisée pour l’agriculture, ou encore d’analyser la biodiversité de la Terre.

La prochaine étape sera d’utiliser la technologie pour analyser l’impact du changement climatique. Le Big Data et l’IA pourraient aussi permettre de se pencher sur des questions comme la quantité de nourriture à produire pour faire face à la croissance de la population mondiale, et d’assister le développement de nouvelles technologies comme la production de biocarburant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend