Accueil > Analytics > Big Data : le Japon, les Etats-Unis et l’UE s’allient pour combattre la Chine
big data chine japon ue

Big Data : le Japon, les Etats-Unis et l’UE s’allient pour combattre la Chine

Le RGPD est un avantage pour les citoyens de l’Union européenne, mais il s’agit aussi d’un obstacle pour le développement économique et technologique de la région dans des domaines comme l’IA et le Big Data. Le Japon et les Etats-Unis sont confrontés au même problème, tandis que la Chine continue à absorber d’immenses quantités de données sans le moindre obstacle. Pour rester compétitifs, l’UE, le Japon et les Etats-Unis ont décidé de s’allier.

Les Etats-Unis, l’Union Européenne et le Japon ont longtemps profité d’un grand volume de données personnelles collectées par les entreprises et organisations. Or, ces données sont le fioul nécessaire au développement de technologies nouvelles comme l’intelligence artificielle, le Machine Learning et le Big Data.

Cependant, avec l’apparition de nouvelles mesures comme le RGPD dans l’UE et les craintes liées aux multiples fuites de données survenues ces dernières années, ce développement technologique risque fort d’être freiné à l’avenir.

Par exemple, le RGPD interdit les transferts de données personnelles dans des pays hors-UE. Le gouvernement japonais adopte des restrictions similaires, et les Etats-Unis devraient prochainement mettre en place un règlement semblable. Les possibilités d’échanges de données s’en trouvent extrêmement réduites.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Big Data : une entente est indispensable pour rester compétitif face à la Chine

japon usa ue

La Chine, de son côté, continue à ingérer d’immenses volumes de données auprès de plus de 700 millions d’internautes que compte le pays. Avec des entreprises comme le moteur de recherche Baidu, le leader du e-commerce Alibaba ou encore Tencent et son application WeChat, la Chine se suffit à elle-même dans le domaine du Big Data.

De plus, contrairement à ses rivaux économiques, l’Empire du Milieu ne s’encombre pas de considérations éthiques. Techniquement, la Chine profite donc d’un avantage considérable dans le domaine de l’intelligence artificielle et des autres technologies de pointe. D’autant qu’elle compte désormais étendre ses centres de données au Moyen-Orient, à l’Afrique et à l’Asie du Sud-Est.

Afin de rester compétitifs face au géant asiatique, les Etats-Unis, le Japon et l’Union européenne ont décidé de former une alliance. En amont du G20 qui pendra place à Osaka, Japon, en juin 2019, un meeting aura lieu entre des représentants des trois puissances.

Le représentant du commerce des Etats-Unis Robert Lightizer, le Ministre de l’économie japonais Hiroshige Seko et la Commissaire européenne au Commerce Cecilia Malmstrom tenteront ensemble de créer une nouvelle règlementation commune pour la protection des données.

Ce règlement aura pour but de réguler les échanges de données personnelles entre les Etats-Unis, le Japon et l’UE en assurant la sécurité, la transparence et la confidentialité. Des mesures adaptées seront prises dans les trois régions pour permettre les échanges sans compromettre les droits et les libertés des citoyens. Si tout se passe bien, ce nouveau framework sera présenté lors du G20.

Cliquez ici pour un accompagnement sur le RGPD

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend