cartouches laser cerabyte

Vidéo : ces cartouches bombardées de laser vont remplacer votre SSD dès 2030

L’entreprise Cerabyte vient de publier la première démonstration vidéo de son système de stockage basé sur la céramique annoncé comme révolutionnaire. Découvrez comment fonctionne cette nouvelle technologie permettant de préserver les données pendant plus de 5000 ans !

Et si c’était la grande révolution de 2024 dans le domaine du stockage de données ? Cerabyte vient de publier une vidéo présentant son système très attendu basé sur la céramique.

La promesse ? Transformer la façon dont les organisations stockent les données dans les Data Centers.

Contrairement aux disques durs et autres SSD utilisés à l’heure actuelle, cette nouvelle technologie repose sur un matériau de céramique combinée au verre.

Et elle permet de stocker d’immenses quantités de données sur une surface minuscule. Par exemple, Cerabyte compte fabriquer des cartouches pouvant tenir dans la paume de la main avec une capacité de 10 000 TB.

Alors comment s’explique ce prodige ? Les couches de céramique sont arrangées sur une surface de 300 micromètres d’épaisseur, par-dessus une base de verre.

Plusieurs TB peuvent être stockés sur chaque centimètre carré, contre seulement 0,02 TB par centimètre carré avec les HDD actuels. De plus, les données peuvent être écrites à une vitesse de plusieurs GB par seconde.

Une première démo révèle le fonctionnement de Cerabyte

Après avoir allègrement teasé son innovation, Cerabyte vient enfin de révéler une démonstration d’un prototype pleinement opérationnel.

On y découvre un rack unique lecture-écriture pour l’accessibilité du stockage, et plusieurs racks de bibliothèques. Pour le construire, la firme n’a utilisé que de l’équipement disponible dans le commerce.

Chaque cartouche comporte un support de données composé d’une couche de verre similaire au fameux Gorilla Glass protégeant les écrans de smartphones, et d’une fine couche de céramique sombre pour le stockage.

Ces cartouches sont conservées dans une bibliothèque robotique. Lorsqu’il y a besoin d’écrire des données, elle est déplacée depuis le rack de bibliothèque vers le rack de lecture-écriture.

La cartouche est ouverte, et le support de données en sort pour se positionner sur un étage. Les données sont alors écrites par deux millions de faisceaux laser qui insèrent des motifs semblables à des codes QR de taille nanométrique sur la surface du support.

L’impulsion laser est accrue par un dispositif à micromiroir numérique, et façonnée par l’optique d’un microscope. Ce processus imprime des trous sur la couche de surface, et afin de représenter les informations binaires.

Les motifs sont inscrits lors d’un mouvement avant, puis vérifiés par la caméra microscopique lors d’un mouvement arrière lorsque le support revient à sa position originelle.

Une fois entièrement écrit, le support de données est réinséré dans la cartouche et retransféré dans la bibliothèque. C’est ce mécanisme qui permet l’écriture de données.

Le processus de lecture est similaire, mais seule la caméra du microscope est utilisée pour lire les motifs en forme de code QR inscrits sur le medium de stockage. Les données sont lues dans les deux directions.

La solution pour conserver les données sur des millénaires ?

Même si cette première unité de démonstration ne rivalise pas avec les meilleurs appareils de stockage déjà existants dans le commerce, Cerabyte compte étendre son système pour augmenter massivement sa capacité.

Selon l’entreprise, les grands avantages sont le coût, la vitesse, et la scalabilité de cette technologie puisqu’aucune énergie n’est consommée pour stocker les données.

De plus, les informations peuvent être préservées pendant plus de 5000 ans grâce à la durabilité de la céramique. C’est un atout incontestable par rapport aux HDD et SSD qui doivent être remplacés après seulement quelques années !

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

1 commentaires

1 commentaire

  1. Les SSD ont l’avantage d’être réinscriptibles contrairement à cette technologie qui ne les remplacera donc jamais contrairement à ce qu’indique votre titre putassier.
    De plus même en 2030 les coûts de cette technologie resteront stratosphériques.

    Il serait bon que le modèle économique du pigiste incompétent sous payé par la publicité retourne aux poubelles d’où il est sorti. Il est très facile de blacklister un site de son newsfeed et cet article me suffit pour le faire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *