Catalog et Seagate signent un accord de partenariat pour leur stockage de données

La question du stockage des données devient de plus en plus coûteuse. Et pourtant les données ne cessent d’augmenter.

Internet Data Center (IDC) affirme certains chiffres pour le futur. La quantité des données mondiales qui avoisinait 33 zettaoctets en 2018 atteindra 175 zettaoctets en 2025. Où est-ce que toutes ces données seront hébergées ?

Catalog trouve une solution pour la question des stockages de données futures

Catalog, une nouvelle entreprise sise à Boston, a pris les devants pour trouver une solution. La société a créé une plateforme automatisée exploitant de l’ADN synthétique pour stocker les données. En chemin, Catalog a signé un accord de partenariat avec Seagate. Cette coopération permettrait d’approfondir les recherches concernant cette plateforme de stockage et de calcul d’ADN.

Seagate approvisionnera la plateforme en puces électroniques conçues par la société elle-même. L’objectif étant d’automatiser au maximum la plateforme de stockage. La particularité des puces électroniques de Seagate est qu’elles détiennent des petits réservoirs pouvant traiter de l’ADN synthétique liquide. Le principe passe par le traitement des liquides des deux contenants : les ADN et les microprocesseurs, et cela génèrera une réaction chimique. Les puces ordinaires exploitent uniquement le code binaire.

Catalog a nommé son prototype actuel de plateforme de stockage « Shannon ». Sa capacité en calcul et en stockage ADN a été prouvé. Cependant, ce prototype exige une quantité proportionnellement signifiante de chimie. En taille, Shannon équivaudrait une cuisine familiale. Pour qu’elle puisse être commercialisée, Catalog devra réduire la chimie et la rendre automatisée autant que possible.

 

Un accord de partenariat bénéfique pour Catalog et Seagate

Catalog et Seagate partagent la même vision : ils visent une toute nouvelle génération de plateforme de stockage et de calcul fondées sur ADN. Ces dernières seront moins exigeantes en énergie, moins coûteuses et de taille réduites. Selon Catalog, les premières séances de test débuteront en mi-septembre.

Seagate a bien avancé en recherches sur les microprocesseurs. Le « laboratoire sur les microprocesseurs » de l’entreprise pourra se suffire d’un ordinateur de bureau. Il pourra également servir comme appareil IoT.

Hyunjun Park, PDG de Catalog s’est exprimé : « Cet accord de partenariat avec une telle entreprise que Seagate est tout bénéfice pour nous. Il permettra d’avancer significativement les recherches sur le stockage d’ADN. Et de notre côté, nous avons trouvé comment introduire l’ADN à l’intérieur des algorithmes et des applications. Et cela avec l’IA, le machine learning, l’analyse des données et l’informatique sécurisée. Nous valorisons cet accord dans la mesure où elle permet également une réduction importante des coûts et de la difficulté de la technologie de stockage. »  

Ed Gage, VP de Seagate Research avance que « Catalog possède des capacités en technologie de stockage et de calcul sur ADN. Additionnez cela avec nos capacités commerciales de mise sur marché. Le résultat promet une accélération massive des solutions basées sur ADN qui résoudra les nombreux challenges en matière de stockage de données massives. »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Pin It on Pinterest