ChatGPT en panne ? OpenAI révèle la sombre vérité

a connu quelques épisodes de panne cette semaine. Le chatbot génératif était en réalité la cible d'une cyberattaque, révèle .

Celui qui est actuellement considéré comme le numéro un de l'intelligence artificielle a vu ses services fortement perturbés cette semaine. Cela au point d'impacter son populaire agent conversationnel. OpenAI est finalement sorti de son mutisme pour expliquer pourquoi ChatGPT était en panne à plusieurs reprises depuis lundi.

Les services de ChatGPT ciblés par des attaques DDoS

Les ennuis pour OpenAI et ses clients commencent lundi. Ceux-ci concernent d'abord son générateur d'images à intelligence artificielle. En effet, le taux d'erreurs de atteint des sommets. Mais les développeurs de l'entreprise américaine interviennent rapidement pour résoudre le problème.

Le jour d'après, c'est au tour de ChatGPT de subir une panne partielle. Le souci technique semble plus ou moins maîtrisé, OpenAI ne communique rien.

Arrive ensuite cette panne majeure de mercredi. Le message « Nous sommes confrontés à une demande exceptionnellement forte. Veuillez patienter pendant que nous travaillons à étendre nos systèmes » s'affiche à chaque requête. OpenAI s'explique et révèle avoir subi des attaques DDoS ciblant son API et les services de son chatbot IA.

ChatGPT en panne à conflit israélo-palestinien

OpenAI ne nomme pas les auteurs de cette vague de cyberattaque dans sa prise de parole. Toutefois, le groupe Anonymous Sudan revendique celle-ci.

« Le lien ChatGPT est totalement mort partout dans le monde. Des milliers de publications sur X et les autres réseaux sociaux en parlent. Voyons s'ils admettent qu'il s'agit d'une attaque DDoS », a écrit le collectif de hackers dans un canal Telegram. Il indique aussi que le botnet SkyNet se trouve au cœur du piratage contre l'entreprise américaine.

D'autre part, une attaque DDoS de niveau 7 – méthode utilisée contre OpenAI – permet aux acteurs malveillants de cibler la couche applicative en submergeant celle-ci de requêtes. Incapable de traiter la fluctuation inhabituelle de demandes, l'application ou le service s'arrête. Voilà comment ChatGPT est tombé en panne.

Par ailleurs, Anonymous Sudan a ciblé OpenAI et son chatbot génératif en raison de « sa position en faveur d'Israël » dans le conflit israélo-palestinien. Rappelons que cette guerre a pris une nouvelle tournure depuis le massacre perpétré par les terroristes du Hamas le 7 octobre dernier.

D'autres entreprises dans la tech également ciblées

Certains experts en cybersécurité pensent qu'Anonymous Sudan agit sous un faux drapeau afin de brouiller les pistes. En effet, le groupe pourrait avoir des liens avec la Russie, voire l'Iran, au vu de ses prises de position.

Pour rappel, le groupe a vu le jour en janvier dernier. Il avait alors annoncé qu'il ciblerait toute personne en opposition avec le Soudan. Depuis sa création, ses hackers ont ensuite lancé des attaques contre des organisations gouvernementales et internationales. Ils font de la perturbation des infrastructures de réseau leur spécialité.

Le groupe cible aussi les entreprises dans le monde de la technologie. En juin dernier, les services Outlook, OneDrive et Azure Portal de étaient sa cible. Le géant américain de l'informatique avait aussi subi une attaque DDoS de niveau 7.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *