Comment l’IA va bouleverser le coaching ?

L’utilisation de l’IA dans le milieu du coaching offre de nouvelles perspectives. Les coachs professionnels ont tout à gagner avec l’adoption de l’intelligence artificielle.

L’IA a sa place dans le milieu du coaching. Même si le nombre de coachs professionnels à utiliser la technologie reste faible, celle-ci continue de gagner du terrain. Les acteurs du milieu craignent d’être remplacés par l’intelligence artificielle. Cependant, ils peuvent optimiser leurs méthodes de travail en comprenant et en y intégrant la technologie.

Une évolution nécessaire pour le coaching

Le renforcement de la force de travail figure parmi les principaux soucis d’une entreprise. Il est effectivement indispensable de développer les capacités individuelles et collectives des employés. Cela permet d’améliorer l’efficacité et la productivité. Pour cette raison, de plus en plus d’entreprises ont recours au coaching pour développer les compétences de leurs salariés.

Le coaching traditionnel est une interaction en face-à-face, en duo ou en petite assemblée. Ce format a pour but de faciliter l’échange de connaissances entre un coach professionnel et un ou des collaborateurs moins expérimentés. Notons que le coach possède un domaine d’expertise spécifique. Sa mission consiste à satisfaire le besoin de ses collaborateurs à se perfectionner.

La pratique ne peut pas se limiter à sa forme traditionnelle. Le monde du travail évolue et tend davantage vers l’intégration des moyens technologiques. Le coaching doit en faire de même. Les spécialistes évoquent ainsi une transformation vers le coaching innovant. L’IA dans le coaching peut améliorer l’efficacité et l’accessibilité des formations.

Le potentiel de l’IA dans l’apprentissage et la formation

D’une certaine manière, l’intelligence artificielle est un cerveau digital. En effet, sa conception s’appuie sur le développement de fonctions cognitives (mentales) non humaines. De plus, sa complexité est similaire au fonctionnement du cerveau humain. L’IA est capable de reproduire les facultés suivantes :

  • L’apprentissage
  • La résolution de problèmes
  • L’interaction sociale
  • La créativité

Le coaching basé sur ou augmenté avec l’intelligence artificielle possède un énorme potentiel. Le cerveau digital peut effectivement simuler une pensée, un apprentissage et un comportement intelligents.

D’autre part, l’apprentissage automatique fait partie de ses principales fonctionnalités. Cela permet à la machine d’apprendre à partir des données. Celle-ci est alors capable d’améliorer ses performances au fil du temps sans intervention humaine ni programmation supplémentaire. C’est cet atout de l’IA qui peut servir le coaching.

Le coaching assisté par intelligence artificielle

La combinaison de l’IA générative et des techniques traditionnelles d’accompagnement donne naissance à une nouvelle forme de coaching : le coaching IA. Il s’agit d’un processus assisté par machine pour guider au mieux les employés.

Rappelons que les accompagnateurs humains ont une disponibilité limitée. Cela en raison de leurs autres occupations ou leurs vies privées. L’IA intégrée au coaching est en mesure de résoudre cet inconvénient. En effet, les coachs IA sont disponibles 24h/24 et 7j/7. Ils ont également l’avantage d’être plus accessibles, car il est possible de les installer sur un appareil mobile. L’accompagnement s’effectue ainsi en permanence.

La technologie IA a connu une progression remarquable ces dernières années. En revanche, l’époque des robots autonomes très évolués comme dans les œuvres de science-fiction reste loin. Les capacités d’interaction actuelles de l’intelligence artificielle sont limitées. Par conséquent, l’intégration de l’IA dans les méthodes de coaching requiert toujours un encadrement humain objectif.

Les critères d’évaluation de l’IA

Le processus d’intégration de l’IA dans les métiers ne s’improvise pas. Pour cette raison, de nombreux chercheurs continuent d’y réfléchir. Comment évaluer l’intelligence artificielle en vue de son intégration ? Une étude de 2017 a tenté de répondre à la question. 8 critères d’évaluation suffirait à déterminer les bénéfices de l’intégration de l’IA dans le coaching.

  • 1. Création et/ou exploitation d’une large base de données. Les coachs professionnels doivent pouvoir fournir suffisamment de données. En effet, l’apprentissage automatique se ne peut être efficace sans cela.
  • 2. Précision des informations. Les informations que le programme exploite doivent systématiquement être définies avec précision. Par exemple, la description des objectifs doit contenir des données spécifiques similaires pour que le coaching au moyen de l’IA soit efficace.
  • 3. Chaînes logiques courtes. Les processus de formation basés sur des concepts simples sont préférables. Notons que les capacités de raisonnement plus élevées et plus abstraites de la machine restent limitées.
  • 4. Tolérance des erreurs. Le modèle IA doit pouvoir tolérer les erreurs. Il doit également pouvoir compiler les données erronées fournies par les personnes à coacher.
  • 5. Auto-évaluation et remarques. Il faut fixer avec clarté les objectifs de développement. De cette manière, le coach IA peut analyser ses propres performances et celles de la personne à former. Le but est que la machine soit en mesure de suivre le développement du coaché.
  • 6. Accessibilité et prise en main simplifiée. Le coaching repose souvent sur la communication, de sorte que l’accompagnateur IA puisse facilement partager les données. La machine doit ainsi pouvoir s’adapter aux personnes en situation de handicap.
  • 7. Simplification des explications. Le coach IA doit pouvoir donner des explications concises afin de faciliter leur compréhension.
  • 8. Stabilité des fonctionnalités du logiciel de coaching. Il est indispensable que le modèle génératif IA fonctionne correctement durant l’intégralité de la formation. Une défaillance au niveau de son algorithme peut fournir des enseignements erronés aux personnes  à coacher.

Le coach IA assiste, mais ne remplace pas

Que la machine vienne remplacer les hommes constitue la principale crainte des salariés quant à l’intelligence artificielle. Des travaux antérieurs indiquent pourtant clairement que le rôle de l’IA se limitera à l’assistance des accompagnateurs. Par ailleurs, ces recherches mettent en évidence que :

  • Les applications de l’IA offrent des possibilités presque illimitées pour améliorer la qualité de la vie humaine. Notons que ces possibilités concernent divers domaines, dont les affaires, le conseil, l’éducation et la santé.
  • D’ici 2030, l’IA devrait générer jusqu’à 13 billions de dollars de valeur dans le monde dans tous les secteurs.
  • L’IA pour assister le coaching favorise le bien-être du personnel. Cela contribue à l’amélioration des performances de travail.
  • Dans un futur proche, l’intelligence artificielle sera suffisamment évoluée pour assurer un coaching sans intervention humaine.

Cependant, l’objectif n’est pas d’arriver à ce dernier point. Les performances de l’intelligence artificielle vont continuer d’être améliorées. La machine deviendra alors l’assistante parfaite des coachs professionnels.

Les problèmes éthiques de l’IA intégrée au coaching

L’implémentation de l’intelligence artificielle dans les méthodes de coaching a également ses inconvénients. Ces derniers sont principalement d’ordre éthique. En effet, l’IA ne peut pas faire la distinction entre les objectifs moralement acceptables et ceux qui sont néfastes. Et si le but de la formation était de tricher à un examen ou de harceler un collègue ? Le robot conversationnel sera-t-il surveillé pour éviter de telles malversations ?

Se pose ensuite la question des préjugés. Le chatbot collecte des données et réagit en conséquence. Et si les données sont biaisées ? Aujourd’hui, il n’est pas possible de jauger l’efficacité du coaching pour les femmes. Cela en raison du manque de données. Rappelons que les femmes continuent d’être sous-représentées dans les postes de direction.

Il en va de même pour les minorités raciales et sexuelles. L’intelligence artificielle peut-elle tenir compte de ces nuances ?

Une autre question éthique peut être liée à la protection de la vie privée. L’usage de l’intelligence artificielle dans le coaching nécessite la collecte et le stockage de données personnelles. Le défi sera alors de s’assurer que ces données soient protégées. Il ne faut que celles-ci soient utilisées d’une manière compromettante.

L’Union européenne a mis en place une législation protégeant les données des utilisateurs. Mais une telle réglementation n’existe pas dans de nombreux pays ? Dans ce cas, qui collectera les données ? Comment celles-ci seront-elles utilisées ? Ces questions continuent de rester sans réponse.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *