La France lève son bouclier contre les 4 géants de l’intelligence artificielle

Une consultation publique auprès des acteurs de l’IA s’ouvre en France. La contribution massive des géants du numérique dans le secteur inquiète.

L’intelligence artificielle générative soulève des enjeux économiques, juridiques et éthiques importants, notamment en matière de concurrence. Face à ces défis, l’Autorité de la concurrence s’autosaisit afin de rendre un avis sur les effets de la technologie. Elle compte sur une consultation publique auprès des acteurs de l’IA pour mieux connaître le secteur.

Rappelons que l’intelligence artificielle générative est cette technologie qui permet de générer des contenus numériques (textes, images, sons, vidéos et autres) à partir de données existantes. L’action humaine se limite à lancer la requête et à définir les paramètres de création. La machine exécute ensuite tout le processus créatif.

Par ailleurs, l’émergence de cette technologie ces deux dernières années se trouve à l’origine de nombreux changements. L’intelligence artificielle est en train de transformer tous les secteurs d’activité. L’intelligence artificielle générative est le moteur d’un marché avec une très forte croissance.

Un marché qui pèsera plus de 200 milliards d’euros

Depuis l’accès au public de ChatGPT en novembre 2022, l’IA générative occupe une place centrale dans les discussions publiques et économiques. En effet, elle suscite de grandes interrogations. Ces dernières concernent la protection des données personnelles, le respect de la propriété intellectuelle et son impact sur le marché du travail.

Dans le même temps, la technologie présente de nombreuses possibilités pour les entreprises. Ces opportunités ne concernent pas que la création de contenu ou la relation clientèle. Les chefs d’entreprise s’intéressent surtout à son immense impact sur la productivité.

D’autre part, le marché de l’intelligence artificielle génération connaît une expansion rapide. Sa valeur au terme de 2023 est estimée à 42 milliards d’euros. C’est le double de ce que le secteur pesait en 2022. D’après les projections, le marché pourrait atteindre plus de 200 milliards d’euros de chiffre d’affaires annuel d’ici 2030.

Une consultation publique des acteurs de l’IA indispensable

Le développement d’une IA générative nécessite une grande puissance de calcul, souvent obtenue à l’aide des services cloud. Cependant, le marché du cloud est dominé par quelques géants du numérique, à savoir Google, Microsoft et Amazon. De plus, l’entraînement des grands modèles de langage nécessite un volume colossal de données.

Certains acteurs majeurs pourraient restreindre l’accès à ces données à leurs concurrents. Vient également le risque de conclure des accords d’exclusivité avec des startups.

D’autre part, le développement de l’intelligence artificielle nécessite une main-d’œuvre très qualifiée. Or, ce sont les grandes entreprises du numérique qui possèdent les moyens d’attirer ces talents. Celles-ci peuvent proposer des salaires très élevés.

De ce fait, les géants de la tech, qui contrôlent déjà des ressources clé, pourraient consolider leurs positions sur le marché de l’intelligence artificielle. Ils pourraient utiliser leur situation de force pour exclure des concurrents ou pour entraver l’émergence de nouveaux acteurs.

« L’intelligence artificielle a le potentiel de devenir le musée des horreurs de l’antitrust si on ne fait rien », avait averti Benoît Cœuré, président de l’Autorité de la concurrence, en novembre. Précisons que la consultation publique auprès des acteurs de l’IA aura lieu jusqu’au 22 mars prochain.

Newsletter

Envie de ne louper aucun de nos articles ? Abonnez vous pour recevoir chaque semaine les meilleurs actualités avant tout le monde.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *