chine usa données vaccin covid

COVID-19 : les Etats-Unis accusent la Chine de pirater les données de vaccin

Les Etats-Unis accusent officiellement la Chine de déployer une armée de hackers pour dérober les données liées à la recherche d’un vaccin ou d’un traitement contre le COVID-19. Le FBI et le CISA ont publié un avertissement…

Dans un contexte de pandémie de COVID-19, la tension entre la Chine et les Etats-Unis vient encore d’augmenter d’un cran. Le gouvernement américain accuse la Chine d’orchestrer des cyberattaques contre les organisations menant des recherches contre le coronavirus.

Selon le FBI, des hackers directement liés au gouvernement chinois prennent pour cible les groupes américains développant des vaccins, des traitements ou des tests. Le 13 mai 2020, un avertissement a été publié conjointement avec le CISA (Cybersecurity and Infrastructure Security Agency).

Achetez des leads sur la marketplace I.T

Selon cette alerte, présentée comme une annonce de service public, les deux organisations préviennent que «  les secteurs pharmaceutiques, de la santé et de la recherche travaillant sur une réponse au COVID-19 doivent être avertis qu’ils sont des cibles prioritaires  » pour les hackers. En mars 2020, Reuters révélait déjà que les cyberattaques contre l’OMS et le secteur de la santé étaient en forte hausse…

Les cybercriminels en question auraient été  » observés en train de tenter d’identifier et d’obtenir de façon illicite une propriété intellectuelle précieuse et des données de santé publique  » sur le traitement du coronavirus.

Lors de sa conférence de presse, lundi 11 mai 2020, Donald Trump a fait brièvement référence à ces tentatives de piratage en affirmant que ces activités sont étroitement surveillées.

COVID-19 : la Chine réfute les accusations américaines

C’est loin d’être la première fois que les Etats-Unis accusent la Chine de cyberespionnage. En 2009, des hackers avaient dérobé des données sur le jet américain Lockheed Martin F-35.

Peu après, la Chine avait lancé le développement d’un jet très similaire dénommé Shenyang J-31. Au total, les Etats-Unis estiment que la Chine leur vole près de 400 milliards de dollars de propriété intellectuelle par an. De même, les Etats-Unis avaient accusé la Chine lors de la fuite de données des hôtels Marriott en 2018.

Comme à son habitude, la Chine dément et réfute ces accusations. Plus tôt cette semaine, le porte-parole du ministère des affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré que la Chine mène la recherche mondiale pour un traitement et un vaccin et qu’il est  » immoral de lancer des rumeurs sur la Chine en l’absence de preuves « .

Le 5 mai 2020, les Etats-Unis et le Royaume-Uni avaient déjà lancé un avertissement conjoint concernant des tentatives de piratage de la recherche par plusieurs pays. Les suspects n’avaient pas été nommés, mais des sources officieuses évoquaient la Chine, la Russie et l’Iran parmi les responsables.

Les Etats-Unis semblent donc avoir décidé d’accuser la Chine explicitement. Pour l’heure, le Royaume-Uni n’a pas encore suivi l’Oncle Sam dans cette opération de dénonciation. Si tel est le cas, on pourra en conclure que la Chine cible la recherche dans le monde entier et peut-être en France…