Accueil > Analytics > Data Analytics > Daesh : le Pentagone traque l’État islamiste à l’aide du Big Data
daesh big data

Daesh : le Pentagone traque l’État islamiste à l’aide du Big Data

Afin de lutter efficacement contre Daesh, le Pentagone vient d’annoncer que sa nouvelle division Algorithmic Warfare Cross Functional Team (AWCFT), utiliserait le Big Data et le Machine Learning pour accélérer le processus de découverte d’informations exploitables au sein des images aériennes dans le cadre du Project Maven. Ces technologies vont permettre d’automatiser les tâches administratives, pour laisser aux analystes le temps de traiter les données.

Face à l’immense quantité de données de surveillance vidéo enregistrées au cours des nombreuses opérations militaires contre Daesh, les analystes civils et militaires sont débordés. Selon le Lieutenant Général de l’Air Force Jack Shanahan, ces vidéos représentent trop d’informations  à traiter pour les analystes du Pentagone. Pourtant, elles représentent un atout précieux dans la lutte contre l’État Islamiste. Elles peuvent permettre de repérer des cibles importantes, et de décrypter la stratégie et le fonctionnement de l’organisation terroriste. Il est donc indispensable de parvenir à en tirer toutes les informations utiles.

Daesh : le Project Maven va permettre au Pentagone d’accélérer le processus analytique

Toutefois, l’armée américaine ne compte pas résoudre le problème en assignant davantage de personnel à la tâche. Ceci représenterait une forte hausse des dépenses, et ne découlerait pas nécessairement sur de meilleurs résultats. Elle compte plutôt opter pour une approche plus intelligente. L’idée du Pentagone est de réduire le temps passé par les analystes sur des tâches administratives, comme l’entrée manuelle des données intéressante dans les feuilles de données, et d’augmenter le temps qu’ils passent réellement à analyser ces données.

Pour y parvenir, la division AWCFT vient d’être assignée au Project Maven. Ce projet, en trois étapes, permettra au Pentagone d’augmenter ses capacités en termes de traitement, d’exploitation et de dissémination, et d’automatiser le processus d’étiquetage des données. La première phase du projet consiste à développer des algorithmes ou à les acquérir auprès d’entreprises privées. Elle s’achèvera dans 90 jours. La seconde et la troisième phase auront pour but d’obtenir le hardware nécessaire à l’utilisation de ces algorithmes et à l’implémentation du système complété. Ces deux phases dureront également 90 jours chacune.

Si le Project Maven est un succès, le Big Data sera utilisé dans tous les départements de l’armée américaine

Selon Shanahan, la vitesse de déploiement est essentielle. Ce système ne doit pas seulement être présenté et démontré au sein d’un laboratoire de recherche. Il doit être déployé dès cette année pour permettre aux militaires américains de surpasser les soldats de Daesh. Si le Project Maven s’avère efficace, Shanahan compte l’étendre au reste de l’armée américaine. Par exemple, le Machine Learning et le Big Data pourront permettre de mieux cibler les ennemis, de gérer la collecte de données, et d’augmenter l’efficacité des capteurs.

De même, les départements de logistique, de commande et de communication pourront profiter de ces technologies. Par ailleurs, ce succès devrait permettre de convaincre le Congrès d’approuver le transfert de 70 millions de dollars en attendant que l’unité dispose de son propre budget.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Send this to a friend